Acouphènes : se soigner par la tinnitométrie

Acouphènes : se soigner par la tinnitométrie

acouphene.com

Quand on est atteint d’acouphènes, il n’est pas rare de s’entendre dire qu’il n’y a pas de solution, qu’il faut apprendre à vivre avec. Avec une double carrière d’opticien et d’audioprothésiste de plus de 44 ans, Pierre Grignard nous livre sa recette pour soigner les acouphènes.

L’auteur, lui-même atteint d’acouphènes propose une nouvelle technique pour guérir, la tinnitométrie.  Dans son ouvrage paru aux éditions Irelia Mu : « Acouphènes : enfin des solutions », il fait part de ses années de souffrance acouphéniques et de ses années d’observation en tant que professionnel de l’audition. Obsédé par ce mal, il aura mis plus de 8 ans à écrire son livre, sorti début 2017.

En France nous serions 2 personnes sur 5 à subir ce mal au quotidien. Le sujet est récent puisqu’on commence à réellement en parler dans les années 70. L’Oto-Rhino-Laryngologie est une jeune spécialité et nombreux sont les progrès et avancées qu’il reste à faire. Ainsi,  malgré le nombre croissant de personnes touchées, la médecine n’a rien de valable à proposer à ceux qui vivent une torture permanente. La gêne est telle que, chez certains patients, elle gâche la sociabilité relationnelle, la qualité du sommeil, et peut même mener au suicide.

Il y a plusieurs types d’acouphènes. L’art de la tinnitométrie est de les réparer et d’essayer de désamorcer, voire de supprimer les causes premières. Cette nouvelle technique est basée sur l’analyse minutieuse d’éventuels traumatismes physiques ou psychologiques de la personne concernée. Le patient est alors pris en charge hollistiquement, c’est-à-dire de façon globale en remontant à la source du mal. Les causes de l’acouphène peuvent être multiples : choc émotionnel ou traumatique, déséquilibre postural, problème dentaire, tensions physiques ou psychologiques etc. Pierre Grignard propose avec sa technique de consacrer 15 à 20 h par patient. Pour se faire il s’entoure d’une équipe pluridisciplinaire de composée d’audioprothésistes, d’optométristes, de sophrologues, de podologues, d’ostéopathes, de naturopathes, de kinésiologues et de neuro-linguistique (PNL). L’idée est de connaitre le patient afin de détecter l’origine de l’acouphène et de le traiter. Cette méthode est assez récente et il n’est pas encore possible d’en mesurer les résultats. De plus le patient doit être en capacité de se livrer « corps et âme » pour espérer que l’équipe trouve la source de l’acouphène.

En attendant de trouver la cure appropriée à son cas il est nécessaire de consulter un audioprothésiste ou même son médecin traitant dans un premier temps. Ils seront détecter la pathologie et pourront vous conseiller sur la façon de traiter et/ou soulager la gêne acouphénique.

Source : Alternative Santé

Publié le
Dans notre laboratoire VivaSon, des études sont menées afin d’améliorer toujours plus notre savoir-faire. Nous vous présentons une de ces études.

19/10

ARTICLE SUGGÉRÉ

Une étude VivaSon en laboratoire en lien avec la presbyacousie et l’audition dans le bruit

L’adaptation des appareils auditifs aux spécificités de chaque patient est essentielle. C’est cette pertinence de diagnostic qui conditionne la récupération d’une audition de qualité. Dans nos laboratoires VivaSon, une étude a récemment été menée afin d’améliorer toujours plus notre savoir-faire. Cette étude concerne les patients souffrant de presbyacousie, et cherche à optimiser leur expérience sonore au quotidien.

Lire l'article