Accueil » Actualites » Un plan « e-santé » à l’horizon de 2020

Un plan « e-santé » à l’horizon de 2020

29-01-19  -  Médecine et progrès  - 

« E-santé » et Big Data

L’information est un élément central en médecine. C’est la connaissance qui nous permet de traiter les maladies et les déficiences, c’est elle qui nous donne la capacité d’agir. Ainsi, parvenir à exploiter intelligemment la quantité d’informations que rendent disponibles les nouvelles technologies est un enjeu majeur. C’est pour cette raison que Marisol Touraine, Ministre de la Santé, a présenté début juillet quelques éléments de son plan « e-santé » dont l’horizon est à portée de main. Elle a d’ailleurs profité de cette présentation pour rappeler que des limites doivent être imposées à la circulation des informations de santé. Ce qu’elle désigne comme l’open data doit ainsi être filtré et les assureurs par exemple ne devraient pas avoir accès à un contenu nu et sans limite. Son opinion est que l’open data devrait davantage servir à faire progresser la recherche et les programmes de soin, et c’est en effet là l’objet de nos attentes. Souhaitant placer le citoyen au cœur de « l’e-santé », celui-ci devrait alors profiter d’une médecine accessible à distance et en ligne, enrichie des informations de santé du patient concerné.

Accessibilité et sécurité

La sécurité est une préoccupation première, naturellement. En ce sens, c’est une nouvelle fonction au ministère qui devrait être créée, sous la forme d’un administrateur chargé d’assurer la sécurité de ces données. Si ces données doivent être protégées, c’est qu’elles sont au centre de la réflexion : un effort de numérisation devra ainsi être mené notamment. Il est attendu que l’utilisation de ce « big data » soit l’occasion de voir émerger de nouvelles pratiques sous la forme de suivi à distance et d’aide à la décision médicale, entre autres. L’innovation est le maître-mot. Le renforcement de la communication entre tous les acteurs de la santé, l’utilisation de nouveaux systèmes de production et d’objets connectés, la formation numérique, sont autant de voies au service du progrès. Il va sans dire que le domaine de l’audition ne peut que profiter d’une telle évolution, au service des patients. Accessibilité des soins, compréhensions des traitements, liberté et adaptabilité des solutions, et communication facilitée sont de nombreux points prometteurs que les dispositifs technologiques de soins auditifs intègrent déjà et intégreront davantage dans le futur avec les progrès de notre époque.

Source: Ouïe Magazine

LES ACTUALITÉS SIMILAIRES

06-02

06-02-19  -  Médecine et progrès  -  Aurélien BAFEKR

Recevoir un chien guide relève du parcours du combattant. D’abord par ce que le dressage est long et compliqué. Ensuite parce qu’il y a peu de structures encadrent les ...

08-02

08-02-19  -  Médecine et progrès  -  Aurélien BAFEKR

Nos oreilles nous permettent d’entendre les sons, mais pas seulement. Elles ont bien d’autres fonctions, dont celle de nous faire tenir debout ! En effet, dans l’oreille ...

06-02

06-02-19  -  Médecine et progrès  -  Aurélien BAFEKR

Certains enfants naissent sourds ou le deviennent dans les première années de leur vie. Dans ce cas, le déficit auditif est d’origine génétique. Cette forme de surdité ...

29-01

29-01-19  -  Médecine et progrès  -  Aurélien BAFEKR
L’examen médical permettant de détecter le trouble de l’audition chez le nourrisson est indolore, simple et rapide. Il est généralement effectué sur l’enfant endormi, ...

29-01

29-01-19  -  Médecine et progrès  - 
L’otite avec effusion est une pathologie chronique extrêmement courante chez les jeunes enfants. Elle devient moins fréquente après 2 ans et rare lorsque l’enfant atteint l...

08-03

08-03-19  -  Médecine et progrès  -  VivaSon

En France 1 enfant sur 700 naît avec un trouble auditif léger ou majeur. Plutôt il est pris en charge et  plus il a une chance d’avoir le même taux de réussite que ses ...

Économisez 500€
par appareil

Ecart de prix constaté par huissier entre VivaSon et ses concurrents. Profitez des prix les plus bas de France

PRENDRE RENDEZ-VOUS