Assistants d’écoute : restons vigilants

Crédit Photo : Sonalto

La vente d'amplificateurs auditifs est autorisée en pharmacie depuis 2014. On pourrait dire de ces appareils qu’ils sont à l’audition ce que les lunettes loupes sont à la vue. Pouvant être utiles pour les personnes atteintes d’une légère perte auditive, vendus en pharmacie sans ordonnance et préréglés, il est important de s’assurer que ces produits ne soient pas dangereux.

Les amplificateurs auditifs ou assistants d’écoute sont souvent considérés à tort comme des solutions auditives low-cost. Ces appareils sont utiles afin de mieux entendre les sons du quotidien lorsque l’on souffre d’une surdité très légère. Voici quelques conseils sur les critères qui doivent vous mettre la puce à l’oreille au moment de choisir votre aide auditive.

Une amplification supérieure à 40 décibels

L’Association Européenne des Audioprothésistes a récemment tiré la sonnette d’alarme concernant les amplificateurs auditifs peu chers, capables d’émettre des sons à plus de 100 décibels. En effet, une amplification très forte de 40 décibels ou plus doit vous inquiéter. Une conversation normale a déjà un volume sonore de 60 décibels : une amplification de 40 ou 50 décibels de plus porterai le niveau sonore de cette simple conversation à celui d’un marteau-piqueur ! Difficile alors de ne pas s’abîmer les oreilles. La loi française limite donc l’amplification maximale à 20 décibels pour les aides auditives. De plus, les assistants d’écoute qui affichent une amplification supérieure ou égale à 50 décibels tiennent rarement leurs promesses : bien souvent, il se mettront à siffler dès qu’on en augmente le volume, les rendant impossible à utiliser.

Un prix trop faible

Un prix très bas doit vous alerter. En 2009, une étude américaine mettait déjà en évidence que les amplificateurs d’écoute dont le prix était inférieur à 100$ par oreille étaient sans intérêt. De mauvaise qualité, amplifiant démesurément les sons graves et pourtant inefficaces pour amplifier les fréquences aiguës nécessaires à la compréhension d’une conversation, ces appareils étaient totalement inefficaces pour les personnes atteintes de presbyacousie.

L’absence de pièces de rechange

Un assistant d’écoute fonctionne avec un micro qui capte les sons de l’environnement et un amplificateur qui les restitue plus fort dans le conduit auditif externe. Il est donc nécessaire de pouvoir changer les embouts se plaçant dans le conduit auditif, afin d’écarter les risques d’infection et d’otite. En l’absence de pièces de rechange fournies avec votre amplificateur auditif, vous devrez prendre à votre charge le remplacement des embouts toutes les trois semaines (en plus du changement des piles toutes les semaines), voire jeter ces appareils que les fabricants ne reprennent pas pour des questions d’hygiène.

Les amplificateurs auditifs qui s’utilisent en autonomie méritent toute votre attention au moment de leur achat, car certains appareils pourraient mettre en danger votre audition. Le meilleur moyen pour trouver une solution auditive qui vous accompagne efficacement au quotidien demeurant un bilan auditif complet et le diagnostic d’un audioprothésiste.

Publié le