Accueil » Appareils Auditifs » Dossier » Le prix des appareils auditifs » Aides financières pour l'achat de mes appareils auditifs

Aides financières pour l'achat de mes appareils auditifs

Contenu mis à jour le 19/10/2020

Pour beaucoup de patients, il est difficile de financer son appareillage lorsqu'on a une perte d'audition tant le prix des appareils auditifs est souvent prohibitif. Il existe pourtant différentes aides financières selon votre situation.

La prestation de compensation du handicap (PCH)

La prestation de compensation du handicap est une aide à demander à la MDPH (maison départementale des personnes handicapées). Le dossier est à trouver sur place ou directement sur internet.

Pour faire votre demande de PCH, vous aurez besoin d’un audiogramme tonal et vocal réalisé avec et sans aides auditives. Celui-ci sera consulté pour attester de votre situation de handicap.

Vous pouvez réaliser ces tests auditifs chez VivaSon, sur rendez-vous, gratuitement

Plusieurs conditions sont requises pour prétendre à la PCH

  • Conditions d’âge : le demandeur doit avoir entre 20 et 75 ans. Le handicap doit également avoir été reconnu avant 60 ans
  • Conditions liées au handicap : il faut que soient reconnues une difficulté absolue ou deux difficultés graves dans les actes essentiels de la vie.

picto-idea.png

Comment demander une aide de PCH pour ses appareils auditifs ?

  1. Demandez le dossier de demande de PCH à votre MDPH ou bien sur son site internet
  2. Compléter le dossier. Vous aurez besoin notamment : un certificat médical attestant de vos troubles d'audition, une attestation de prise en charge de votre mutuelle, d'un ou plusieurs devis obtenus auprès d'un audioprothésiste
  3. Etude de votre demande : Après la réception et étude de votre dossier, la MDPH vous communique un plan de compensation précisant les modalités de prise en charge possible pour votre cas. Vous devez y répondre dans les 15 jours pour donner votre avis et vos commentaires. Suite à cela, votre dossier est pris en charge par la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) qui rendra son verdict dans les 4 mois suivants.

Vous trouverez sur le site de la CNSA un guide d'accès aux aides techniques récapitulant les aides disponibles et les démarches nécessaires, dont la demande de PCH.

L'AGEFIPH (Association de Gestion des Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées)

Pour bénéficier d’une aide financière de L'AGEFIPH pour votre appareillage auditif, vous devez être travailleur, salarié dans le privé, commercial, profession libérale ou artisan. Vous devez au préalable faire une demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé.

  • Vous pouvez faire la demande de reconnaissance d'invalidité en tant que travailleur handicapé en même temps qu’une demande de PCH.
  • Le montant de l’aide financière accordée par L'AGEFIPH a comme plafonnement la moitié de la facture, sans pour autant dépasser 700€ par prothèse auditive (1400€ pour une stéréophonie), et ce, pendant 4 ans.
  • Toute demande de financement auprès de L'AGEFIPH doit être effectuée avant l’achat de vos prothèses auditives. Pour faire une demande, vous devez remplir un dossier d'intervention AGEFIPH qui sera ensuite transmis à la délégation régionale dont vous dépendez.
  • L'aide de l'AGEFIPH est cumulable avec le remboursement Sécurité Sociale et Mutuelle.

Le FIPHFP (Fond pour l'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique)

Le FIPHFP est l’équivalent de L'AGEFIPH pour les salariés du secteur publique. L’organisme finance lui aussi des aides techniques comme les appareils auditifs en cas de situation de handicap reconnue. Le financement est plafonné à 1600€ sur 3 ans, sur le reste à charge, après déduction des remboursements sécurité sociale et mutuelles.

L’OETH (L'obligation d'emploi des travailleurs handicapés)

à l’instar de L'AGEFIPH, l’OETH est également un organisme collecteur dont vous pouvez dépendre vis-à-vis de votre employeur. Vous pouvez si c’est le cas effectuer une demande d’aide au financement de vos appareils auditifs. Prise en charge plafonnée à 800 euros/prothèse (en complément des aides de tiers : sécurité sociale, mutuelle, prestation de compensation du handicap de la MDPH).

Crédit d’impôt dans le cadre d’une activité professionnelle

Dans le cadre d’une activité professionnelle, il est possible, si vous optez pour l’option « frais réels » lors de la déclaration de vos revenus, de déduire la moitié de votre reste à charge de vos revenus déclarés. Il faudra en revanche justifier l’utilité des aides auditives pour votre activité.

La prise en charge par la sécurité sociale et les aides spécifiques

Les appareils auditifs font partie de la LPP (liste des produits et prestations) de la sécurité sociale et son donc pris en charge.

Prise en charge et base de remboursement en 2018

L’Assurance maladie prend en charge depuis 2002 et jusqu'à fin 2018, pour les adultes une partie du montant de vos appareils auditifs à 119,83€ à 60% de la base et 199,71€ à 100% (pour un appareil auditif, pendant 2 ans). Attention, la sécurité sociale ne rembourse pas les accessoires en revanche. Pour plus d’information sur les remboursements sécurité sociale, visitez notre page sur le remboursement des appareils auditifs.

La réforme du 100% Santé : une meilleure prise en charge des appareils auditifs

Le remboursement des appareils auditifs par la sécurité sociale a évoluée depuis le 1er Janvier 2019 avec la réforme du reste à charge zéro portée par le gouvernement. Celle-ci augmente la base de remboursement de la sécurité social. A ce jour, la base de remboursement s'élève à 350€, soit pour le régime général (60%), une prise en charge de 210€ par oreille.

Pour plus d’information sur le calendrier de mise en place du dispositif 100% Santé, consultez notre page dédiée à la prise en charge des appareils auditifs par la sécurité sociale. Vous pouvez également vous renseigner auprès de votre caisse d'assurance maladie pour plus d'informations sur vos droits.

Le remboursement de la mutuelle

Les complémentaires santé prennent elles aussi en charge, selon le contrat, une partie des frais de votre appareillage auditif. Contactez votre mutuelle pour plus de renseignements. Vous pouvez consulter la page concernant les remboursements mutuelles pour vous aider à choisir une complémentaire santé qui rembourse bien les appareils auditifs.

Aides complémentaires pour les enfants et les retraités

Pour l’appareillage auditif d’un enfant, il est possible de faire des demandes spécifiques auprès de la MDPH ainsi qu’à la DDASS (Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale).

Enfin, pour les personnes à la retraite qui n’ont pas la CMU, il est possible de faire une demande auprès de l’assurance maladie pour obtenir une allocution supplémentaire. Pour cela, vous devez vous adresser au service d’action sociale de votre mairie.

La déficience auditive et la surdité sont des troubles qui ne doivent pas être négligés. Quelle que soit votre situation, VivaSon vous accompagne dans votre démarche d'appareillage auditif pour vous apporter une solution qui convient à vos attentes et votre budget. Nos audioprothésistes vous accueillent gratuitement dans tous nos centres auditifs en France pour vous conseiller

TROUVEZ VOTRE CENTRE VIVASON


ACTUALITÉS SIMILAIRES


QUESTIONS SIMILAIRES

questions_frequentes.jpg

VIVASON RÉPOND À VOS QUESTIONS

Le prix des appareils auditifs reste un frein majeur à l'équipement des personnes malentendantes. La perte d'audition doit pourtant être traitée sérieusement au vu de ses cons...

Le prix des prothèses auditives est un des freins principaux à l'appareillage auditif, décourageant plus d'un malentendant sur trois à s'appareiller. La situation est pré...

Les appareils auditifs sont des équipements médicaux onéreux. Près de deux malentendants sur 3 renoncent à s’équiper à cause du prix des prothèses auditives. Certains ...

Pour les personnes âgées de moins de 20 ans, le remboursement des appareils auditifs prévu par la sécurité sociale est plus important qu'un adulte...

Les appareils auditifs sont des équipements paramédicaux qui sont en partie remboursés par la sécurité sociale, sous certaines conditions.