Audioprothésiste et opticien : deux experts bien différents

Audioprothésistes et opticiens sont experts de l’ouïe d'une part et de la vue d'autre part. On voit, cependant, de plus en plus d'opticien proposer d'équiper leurs client en appareils auditifs. Qu'en est-il de la qualité du service ?

Longtemps liées, l’audition et la vue ont pourtant des troubles bien différents qui exigent une expertise distincte. Si les audioprothésistes le savent, de nombreux opticiens et centres d’optiques proposent des appareils auditifs à leur clientèle pour diversifier leur activité. Un choix hasardeux pour la clientèle et la qualité des soins.

Chacun sa spécialité

Si 90 % des personnes étant équipées d’un appareil auditif portent également des lunettes, ces deux troubles arrêtent-là leurs points communs. C’est au cours des années 1980 qu’audioprothésistes et opticiens sont physiquement séparés : jusque-là, les deux spécialités étaient regroupées au sein de magasins communs. Depuis, les deux corps d’experts disposent chacun de leur enseigne, de leur équipement et de leur savoir-faire. L’achat sur Internet de montures optiques, la concurrence étrangère et d’autres facteurs mettent à mal les opticiens. Certains décident alors d’ajouter une corde à leur arc en accueillant dans leurs locaux, un audioprothésiste. Ou plutôt en se partageant, avec d’autres locaux de la région, un tel spécialiste. Un gain financier conséquent pour ces opticiens qui créent des « corners audition » au cœur de leurs boutiques. Une bonne idée pour les clients ? Rien n’est moins sûr.

Un service et une expertise revus à la baisse

Les troubles de la vue exigent un suivi de la part d’un médecin qui prescrit ensuite des verres adaptés que réalise l’opticien. L’audioprothésiste, lui, est à l’écoute de son client pour lui assurer confort et efficacité, mais aussi afin de distiller des conseils d’utilisation, d’entretien de leurs appareils auditifs. Le tout sur une base de confiance et dans la durée puisque l’audition évolue au fil des ans. Les réglages précis et la bonne adaptation du cerveau à ces changements ne peuvent être réalisés que par des audioprothésistes qui s’appuient sur leur équipement spécifique. Mêler les deux métiers, c’est donc offrir une relation client à la baisse et pénaliser les deux professions. Et surtout mettre à mal l’accompagnement des personnes devant être appareillées.

Publié le

17/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

Phonak publie une étude sur le rapport entre perte auditive et dépression

Le fabricant d’appareils auditifs Phonak a récemment publié les résultats d’une étude sur le lien entre perte auditive et dépression. Celle-ci démontre d’une part l’impact fortement négatif des troubles de l’audition sur le bien-être et la corrélation direct entre perte de l’audition et dépression. D’autre part et de manière encourageante, l’étude met l’accent sur l’efficacité des aides auditives dans l’amélioration de la qualité de vie des malentendants notamment par la disparition de la sensation d’isolement qu’ils peuvent ressentir.

Lire l'article

16/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

La musique perçue par les sourds

Le son musical, comme tous les sons, est composé de différentes ondes sonores de différentes fréquences. Ainsi, les personnes sourdes ou malentendantes, porteuses d’un appareil auditif ou non, sont capables de percevoir les vibrations créées par ces ondes et donc de « sentir » la musique.

Lire l'article

20/04

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’association Journée Nationale de l’Audition propose des outils de communication et de prévention destinés aux jeunes

L’arrivée du printemps est synonyme de  fête de la musique, de festivals, de concerts, et d’occasions de sortir en discothèque … Autant de festivités agréables que de risques d’agresser son système auditif. Pour cette raison, l’association de la Journée Nationale de l’Audition propose dès maintenant des packs de prévention  pédagogiques tout particulièrement destinés aux jeunes.

 

Lire l'article