Audioprothésistes : vers une formation universitaire dès 2018 ?

Audioprothésistes : vers une formation universitaire dès 2018 ?

Crédit photo : Camille Stromboni on flickr

Le gouvernement souhaite accélérer le processus d’universitarisation des métiers paramédicaux, tels que les opticiens et les audioprothésistes.

Réflexion débutée de longue date, les ministres de la Santé, Agnès Buzyn, et de l’enseignement, Frédérique Vidal, travaillent pour accélérer l’intégration des formations paramédicales dans le programme universitaire. Les audioprothésistes pourraient donc, à la rentrée prochaine, intégrer les bancs de l’université pour leur cursus.

Jusqu’à présent la formation était dispensée par des établissements publics. Ces établissements sont ouverts aux titulaires du bac S qui se soumettent à un concours d’entrée très sélectif. Le numérus clausus pour l’année 2016-17 était de 200 étudiants. De nombreux candidats admis ont effectué une ou deux années de médecine, de pharmacie, d’optique ou ont suivi une prépa privée. Le diplôme d’Etat se prépare en 3 ans. Dorénavant ces formations se feront à l’université ce qui permettra aux acteurs de la santé d’avoir la même base. Coordonner les formations de santé pour unifier les soins dispensés. Décloisonner pour intensifier la recherche. Tels sont les objectifs des deux ministères à partir de la rentrée prochaine.

Pour se faire la première étape sera de penser à l’intégration de ces nouvelles formations universitaires dans son ensemble. Des tables rondes avec tous les acteurs, directeurs d’université, agents de formation, professeurs, étudiants, collectivités seront organisées afin que les jalons soient posés fin 2017. Les professionnels de l’audition souhaitent que la formation se fasse entre 3 et 5 ans sous forme de master. Les opticiens seront quant à eux formés en 3 ans dans le cadre d’une licence. Ils pourront au-delà, avec un master, s’ouvrir à des techniques avancées.

Source : Ouie magazine

Publié le
Avec sa nouvelle campagne publicitaire, Sonalto suscite de sérieuses critiques. L’amalgame entre assistants d’écoute et aides auditives n’est pas tolérable.

31/10

ARTICLE SUGGÉRÉ

Une erreur marketing dans la campagne publicitaire de Sonalto

Avec sa nouvelle campagne publicitaire, Sonalto suscite les critiques. Si la vente en pharmacie d’assistants d’écoute est censée faciliter l’accès aux soins auditifs, ces appareils auditifs n’en reste pas moins une solution de moindre qualité en comparaison avec les aides auditives. L’on ne devrait en effet confondre ces appareils. C’est pourtant ce que vient de faire Sonalto dans sa nouvelle campagne, volontairement ou non.

Lire l'article