Le bruit coûte chaque année 57 milliards d’euros à la société

Crédit Photo : Urban-driver.com

L’augmentation des troubles auditifs et de la surdité acquise est un fait constaté. Notre mode de vie urbain, qui favorise le bruit, en est le principal responsable, et conduit de nombreuses personnes à recourir au port d’appareils auditifs. Ainsi, selon une étude réalisé par le cabinet d’audit Ernst & Young, le coût social du bruit en France s’élèverait à 57 millions d’euros par an !

L’étude est une analyse bibliographique de travaux français et européens préexistants dans les champs universitaires de la sociologie et de l’économie, comprenant des études empiriques (sondages et enquêtes auprès des populations). Commandée par le Conseil National du Bruit et l’Agence de l’Environnement et de la maîtrise de l’Energie, elle synthétise les résultats scientifiques déjà obtenus à propos des nuisances liés aux pollutions sonores et, pour la première fois, les quantifie et leur attribue une valeur monétaire.

Le bruit des transports, le plus néfaste, représente un coût social de 11,5 milliards d’euros

L’étude affiche des chiffres clés en ce qui concerne le bruit des transports : quasiment 9 millions d’individus sont, dans notre pays, exposés de manière dangereuse pour leur audition à ce type de pollution sonore.

L’étude détaille : 8 millions de personnes souffrent quotidiennement des bruits des voitures, deux-roues, camions et trains ; tandis que 500 mille individus sont excessivement exposés aux bruits des avions et autres engins volants. Le volume sonore considéré comme critique est fixé à 60 décibels environ. Au-delà de cette limite, des plans contre le bruit sont souvent mis en œuvre afin d’éviter la dégénérescence auditive et le port d’audioprothèses des personnes concernées.

Pour traduire en valeur monétaire l’impact de la pollution sonore liée aux moyens de transport, le cabinet Ernst & Young a utilisé une méthode l’Organisation Mondiale de la Santé qui mesure le rapport entre l’exposition au bruit et les conséquences que cela induit. Appliqué au territoire français, cette méthodologie a permis de démontrer que le coût économique et social du bruit des transports en France s’élève à 11,5 milliards d’euros. Le bruit des routes et autoroutes représente 10 milliards d’euros, celui des trains 1 milliard d’euros et celui des avions un demi-milliard d’euros.

Parmi les effets néfastes constatés, les premiers concernent la santé des populations plus de la moitié se manifeste par des troubles de l’endormissement et du sommeil, puis vient la gêne au quotidien, et enfin, de manière surprenante, les maladies cardiovasculaires. Les problèmes de sommeil ont en plus un impact sur l’efficacité au travail et en milieu scolaire. Sans compter l’augmentation générale de la surdité et des troubles auditifs liée aux pollutions sonores, qui explique la croissance du marché des audioprothèses et des appareils auditifs.

Le bruit lié à l’activité professionnel et du voisinage nous coûte aussi !

Plus de la moitié des actifs en France affirment être soumis au bruit. Parmi eux, 8 sur 10 déclarent occuper un travail difficile pour les nerfs et 7 sur 10 physiquement épuisant. A l’école, on estime qu’un cas sur cinq de décrochage scolaire est dû au bruit des salles de classe, ce qui représenterait 6 milliards d’euros de perte économique chaque année.

Les Français ressentent énormément l’impact du bruit causé par leurs voisins, c’est selon eux la pollution sonore la plus dérangeante au quotidien. Cette pollution sonore n’est pas quantifiée mais reste un phénomène conséquent.

Ainsi, le coût global de la pollution sonore a été estimé à 57 milliards d’euros. Certains types de bruits restent mal connus et on peut donc penser que ce chiffre va augmenter dans les années qui vont suivre.

Source : « Analyse bibliographique des travaux français et européens. Le coût social des pollutions sonores », Ernst & Young, Mai 2016

Publié le
Une étude de 2015 analyse les différents systèmes de remboursement des appareils auditifs et leurs conséquences sur l'appareillage des malentendants.

01/09

ARTICLE SUGGÉRÉ

Quel pays d’Europe assure la meilleure prise en charge pour vos appareils auditifs ?

Une étude produite par Luis Godinho, audioprothésiste et président du Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF) et membre du Haut Conseil pour l’avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM) analyse les différents systèmes de prise en charge publique des prothèses auditives. Cette étude a été réalisée à partir de données EuroTrak et porte sur sept pays d’Europe.

Lire l'article
Les nouveaux appareils auditifs intra-auriculaires Insio de Signia sont combinés à la technologie Primax, alliant discrétion et performance.

29/04

ARTICLE SUGGÉRÉ

Insio, le nouvel intra-auriculaire signé Signia

Le mois d’avril 2016 a été riche en nouveautés du côté des appareils auditifs. Alors qu’Oticon mettait sur le marché les premiers appareils dotés de sa nouvelle puce Velox, le fabricant Signia – Solutions Auditives Siemens, lance Insio, le nouvel intra-auriculaire doté de la technologie Primax.

Lire l'article