Quelques gestes pour ménager ses oreilles

Bruit, cotons-tiges, eau : apprenez à préserver votre audition

Crédit Photo : Mgc Prévention

Au quotidien, notre environnement extérieur se révèle le plus souvent être très agressif pour notre système auditif. Or, une simple lésion, même minime, peut entraîner de lourdes conséquences à long terme, et nécessiter le recours aux appareils auditifs de manière  permanente. En effet, le bruit, l’eau et les différences de pressions atmosphériques sont autant de facteurs susceptibles de fragiliser notre audition. Il est donc important de savoir comment s’adapter et surtout comment se protéger en fonction des différentes situations rencontrées, quelques petits gestes simples pourraient contribuer à retarder le recours aux appareils auditifs.

 

Le bruit est le premier ennemi de l’audition

Les spécialistes de l’audition le soulignent de plus en plus et de jour en jour : le bruit est inéluctablement omniprésent dans notre vie. Que ce soit au travail, dans la rue, ou même chez nous à notre propre domicile, aucun lieu n’est épargné ! Les nuisances sonores peuvent parfois se révéler extrêmement néfastes pour le système auditif, notamment lorsque son volume est élevé, qu’il dure trop longtemps ou qu’il est fréquent. Une exposition abusive au bruit, consciente ou non, peut causer des défaillances auditives irréversibles et rendre nécessaire le port d’un appareil auditif.

En effet, de plus en plus de personnes utilisent aujourd’hui des appareils auditifs car leur système auditif est définitivement endommagé. En effet, cela fait seulement quelques années que la surdité est considérée comme une problématique de santé publique, qui risque de croître dans le futur. C’est pourquoi les dispositifs de prévention sont aujourd’hui mis en avant. Il est ainsi important de penser à utiliser un casque anti-bruit ou des bouchons d’oreille  lorsque l’on effectue diverses tâches qui nous exposent fortement au bruit, comme le bricolage. L’écoute de musique doit se faire raisonnablement et les pauses auditives doivent devenir une habitude : écouter le silence fait du bien à nos oreilles !

Des gestes simples existent pour retarder le recours aux appareils auditifs

Au-delà du bruit, d’autres facteurs viennent augmenter la vulnérabilité de l’ouïe. Lorsque l’oreille est mouillée, elle devient beaucoup plus fragile et sensible. Le sel et le chlore peuvent entrainer des inflammations internes très douloureuses, dont les symptômes principaux sont de fortes démangeaisons. C’est pour cette raison que, dès les premiers signes et surtout si vous pratiquez une activité aquatique, il faut consulter un médecin ORL. En amont, n’hésitez pas à vous protéger en utilisant par exemple des bouchons d’oreilles spécialement adaptés pour aller sous l’eau !

Les différences de pressions atmosphériques peuvent également avoir un impact très néfaste sur le système auditif. Dans ce cas c’est le tympan qui subit une compression et qui peut être endommagé. Cela arrive notamment lors de la pratique de la plongée sous-marine ou tout simplement lorsque vous prenez l’avion ! Il est bon à savoir qu’il existe également des protections pour ce genre de situation, permettant d’amortir ces variations.   

Pour finir, il est fortement déconseillé d’utiliser des cotons-tiges pour nettoyer l’intérieur de vos oreilles, car ils peuvent former des bouchons de cire et cela ne fait qu’empirer la situation Préférez plutôt un linge propre humidifié et imprégné de savon doux ou du spray nettoyant pour l’hygiène de vos oreilles.

 

 Source : VivaSon

Publié le
Le nombre d’étudiants admis en école d’audiprothèse a récemment été fixé au nombre de 200. Cette modification est déclarée par le gouvernement.

16/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

200 étudiants admis en école d’audioprothèse

Le nombre d’étudiants admis en école d’audioprothèse n’est pas le fruit d’une logique hasardeuse. Ce nombre est en effet déterminé par un arrêté que vous pouvez vous-même consulter sur le site legifrance. C’est le 22 juillet dernier que cette information a été révisée, plaçant à 200 étudiants les admissions possibles en école d’audioprothèse.

Lire l'article
Certaines personnes sont capables de s’accommoder de leurs acouphènes plus aisément que d’autres. Notre cerveau tient une place centrale dans ce phénomène.

23/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’utilisation de notre cerveau affecte nos acouphènes

Le cerveau reçoit et interprète quantité de signaux qu’il délivre finalement à notre conscience. Cette gêne particulièrement handicapante que représente les acouphènes est elle aussi soumise au travail interprétatif du cerveau. Ainsi, au-delà des seules déficiences physiques, c’est aussi le fonctionnement cérébral qui est contributeur de la nature et de l’intensité des acouphènes dont souffre tant d’individus. Une étude récente nous en dit plus.

Lire l'article