Les audioprothésistes s’engagent auprès des patients et communiquent sur la qualité du service

Crédit Photo : Vmsys

A l’occasion de l’adoption récente de la charte des bonnes pratiques de l’audioprothésiste, c’est toute la profession qui s’engage auprès des patients. Il s’agit aussi d’une excellente opportunité afin de communiquer sur la qualité des prestations et de rappeler les réalités du métier d’audioprothésiste et des appareils auditifs.

Une charte de 10 engagements

L’audioprothésiste est un professionnel dont les connaissances techniques lui permettent d’aiguiller au mieux les patients et de leur proposer les appareils auditifs les plus adaptés. Chaque aide auditive est un appareil aux caractéristiques bien précises, et certains dispositifs sont plus efficaces que d’autres pour traiter vos troubles auditifs. Dans un effort de transparence et afin de replacer le service d’audioprothèse à sa juste place, la profession a adopté le 14 novembre dernier une charte de bonnes pratiques. Cette charte en « 10 engagements de l’audioprothésiste » est le résultat d’un engagement général de la part du CNA (Collègue National de l’Audioprothèse), du Synéa (Syndicat national des entreprises de l’audition), de l’Unsaf (syndicat national des entreprises de l’audition) et du Synam (Syndicat des centres d’audition nationaux mutualistes).

Un mouvement à l’unisson

Cette démarche illustre la volonté des audioprothésistes de construire un futur pour l’audioprothèse où la qualité des services est affichée et sans ambiguïté. Il s’agit de donner plus de visibilité à la « démarche qualitative et déontologique » de la profession. Détection gratuite des troubles auditifs, explications adaptées, devis clair et détaillé, essai préalable pendant « une période minimale de 2 semaines avant acquisition », suivi régulier et illimité, tant de points qui témoignent des réalités d’une profession bien souvent injustement dénigrée.

Une confiance méritée

Cette charte sera affichée chez les 3300 audioprothésistes exerçant en France. Derrière cet engagement se trouve aussi l’idée que la confiance n’est pas négociable mais bien méritée et garantie. Coupant court avec les aprioris et toutes les idées fausses que l’on pourrait avoir, cette charte envoie un signal positif tant à destination des patients que des pouvoirs publics. L’audioprothèse est une nécessité médicale dans notre société, et s’accompagne d’un professionnalisme à la hauteur de sa tâche. En se reconnectant avec les réalités factuelles du métier, il n’apparaît plus justifier de négliger son audition ou l’audioprothèse en général.

Source : EDP-Audio

Publié le
L’Unsaf exprime son indignation devant une vidéo montrant la directrice de la mutuelle Santéclair tenir des propos dégradants pour la profession d’audioprothésistes et rétrogrades en termes de protection sociale.

27/05

ARTICLE SUGGÉRÉ

La directrice de Santéclair tient des propos choquants dans une vidéo de 2012

Hier, l’Unsaf (Syndicat national des audioprothésistes) s’exprimait à propos d’une vidéo récemment dévoilée sur le site internet du Ministère des Finances. Celle-ci montre Marianne Binst, directrice de la mutuelle de santé Santéclair, tenir un discours diffamateur et choquant pour les audios et le monde de l’appareil auditif lors d’un atelier de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) ayant eu lieu en 2012.

Lire l'article