Une charte de bonnes pratiques de l’audioprothésiste

Crédit Photo: Emaze

L’UNSAF, le Syndicat national des audioprothésistes, fait preuve d’initiative afin de valoriser la profession. D’une part, le syndicat a développé une charte en 10 points à destination des patients ; le but étant d’informer les individus, qu’ils prennent connaissance de l’amplitude des services mis à leur disposition. D’autre part, l’UNSAF désire un décret formalisant les règles de bonnes pratiques professionnelles.

Une charte à destination des patients

 Le président de l’UNSAF s’est exprimé sur le sujet : la contribution des soins auditifs en termes de santé publique ne fait plus l’objet de contestation, il a en effet été prouvé scientifiquement que le port d’un appareil auditif permet d’endiguer certains dangers tels que les chutes et le déclin cognitif lié à l’âge. En ce sens, il est important de mettre en évidence le travail et les progrès réalisés dans le domaine de l’audition. Cette première charte en 10 points est l’occasion de prendre connaissance de l’accessibilité des soins auditifs et de leur intérêt. Cet effort de visibilité intègre entres autre la gratuité d’un examen de sa propre audition, la qualité de l’accompagnement et des explications ou encore la possibilité de profiter d’un essai préalable avant toute décision d’acquisition. La liste n’est pas exhaustive. L’ambition de cette charte serait donc de renforcer les liens de confiance entre patients et audioprothésistes, de lever certaines inhibitions non légitimes envers les appareils auditifs et de fortifier les échanges de manière générale.

Un décret pour la profession

L’UNSAF souhaite obtenir, main dans la main avec le Collège national d’audioprothèse, un décret définissant formellement les règles de bonnes pratiques de la profession. Afin de réaliser ce souhait, il est prévu que ces derniers contactent sans tarder le Ministère de la Santé pour débuter les procédures nécessaires. Par ailleurs, la profession d’audioprothésistes ne bénéficiant pas encore d’un dispositif officiel de mesure de la démographie professionnelle, le syndicat cherchera prochainement la contribution de l’Observatoire national de la démographie des professions de santé afin d’en retirer une étude formulant les besoins d’effectifs du métier d’audioprothésiste. Ces deux efforts s’inscrivent dans le cadre d’une même réflexion, l’idée étant de développer un ensemble objectif et fiable d’informations capable de motiver les pratiques professionnelles de soins auditifs. La profession comprend ainsi le besoin de rigueur et de clarté nécessaire à la construction d’une relation de confiance et compte bien mener cet effort de formalisation supplémentaire jusqu’au bout.

Source: Ouiemagazine

Publié le
Les campagnes se multiplient pour avertir la population sur les risques liés à l'audition

28/04

ARTICLE SUGGÉRÉ

Sensibilisation aux risques auditifs

La pollution sonore est un vrai fléau pour les oreilles. Destructrice de l’audition, elle touche de plus en plus de personnes. C’est pourquoi des campagnes de sensibilisation sont réalisées chaque année.

Lire l'article