Les conclusions de l’enquête sectorielle menée par l’Autorité de la concurrence

Crédit Photo : SMSPSD

L’Autorité de la concurrence vient de publier les résultats de son enquête portant sur le secteur de l’audioprothèse. Les propositions de l’institution encouragent à bouleverser plusieurs pratiques établies afin d’améliorer les services proposés. Entre autres, la manière de proposer les appareils auditifs aux patients est abordée.

Les conclusions de l’Autorité de la concurrence

Après avoir étudié l’ensemble du secteur de l’audioprothèse au travers d’une vaste enquête, l’Autorité de la concurrence a publié ce 14 décembre les résultats obtenus. Les propositions de l’institution ne sont pas sans aller à l’encontre des pratiques établies, abordant la suppression du numerus clausus ou encore la séparation de l’achat d’un appareil auditif avec l’achat des suivis à venir. Ces deux recommandations sont les points saillants à retenir de cette étude sectorielle.

Deux recommandations phares 

Inciter à la suppression du numerus clausus revient à vouloir changer la règle d’entrée pour les professions de l’audioprothèse. En effet, le nombre d’étudiants en audioprothèse est chaque année décidé et fixé au préalable, limitant donc mécaniquement le nombre d’audioprothésistes à la sortie des écoles. Par ailleurs, l’association de l’achat d’un premier appareillage aux prestations futures est pour l’Autorité de la concurrence un second point expliquant l’appareillage trop faible des français aujourd’hui. Le but de tels changements est ni plus ni moins de stimuler la concurrence sans bouleverser la qualité des soins proposés. L’institution explique qu’un regain de concurrence permettrait à plus de patients de s’équiper d’aides auditives.

Stimuler la concurrence

L’Autorité de la concurrence affirme que l’équipement encore trop faible des français s’explique notamment par les prix élevés de ces produits. Un levier possible afin de changer les choses est la stimulation de la concurrence. La limitation du nombre d’audioprothésistes entrant chaque année sur le marché du travail est un premier obstacle restreignant l’offre de services et entravant les campagnes de recrutement des nouveaux entrants dans le secteur de l’audioprothèse. Par ailleurs, la non-dissociation de l’achat d’appareils avec les services postérieurs constitue un second obstacle fondamental. L’absence de séparation entre ces deux offres empêcherait en effet les patients de véritablement choisir la meilleure solution entre différentes offres.

Les effets prévus

Supprimer le numerus clausus ou du moins l’augmenter permettrait aux nouveaux entrants désireux de se développer à la mesure de leurs moyens de pénétrer le marché. Ils auraient en effet l’opportunité de recruter toutes les compétences requises pour leur activité et d’étendre leur réseau sur le territoire. Donner plus de moyens aux entrants potentiels stimulera à terme la concurrence. Cela facilitera la diminution des prix et rendra donc plus accessibles les soins auditifs. Dans le même registre, la dissociation des offres d’appareillage et de suivi permettra la diminution du « coût d’entrée » (dépense nécessaire pour s’appareiller) et donnera aux patients l’opportunité de sélectionner les offres qui leurs conviennent le mieux. En effet, les patients seront libres de comparer et de choisir entre des offres différenciées.

Source : EDP-Audio

Publié le
Revenons un instant sur le succès récent d’Olivier Ferber

12/07

ARTICLE SUGGÉRÉ

Retour sur le succès d’Olivier Ferber

Revenons sur le succès récent d’Olivier Ferber, étudiant à la faculté de pharmacie de Nancy. Récompensé en mars  par le Collège national d’audioprothèse, ce dernier a réalisé un travail qui n’est pas sans importance pour l’avenir des soins auditifs. Le son binaural, au centre de cette étude, aborde la subtile qualité de la perception humaine et représente un potentiel d’amélioration tant des appareils auditifs que des techniques de rééducation.

Lire l'article
La toxicité du bruit au travail pointée du doigt par l’association JNA. Les coûts humains et financiers sont importants et incitent au changement.

24/10

ARTICLE SUGGÉRÉ

La toxicité du bruit au travail pointée du doigt par l’association JNA

Si notre cerveau fait du monde extérieur un ensemble compréhensible d’objets et de phénomènes, ce sont nos sens qui nous ouvrent sur notre environnement. Au travail, notre rapport à l’environnement est tout à fait spécifique et dépend largement de l’organisation pour laquelle nous travaillons.  Si le bruit ambiant est parfois la cause d’une dégradation de l’audition et génère le besoin d’un appareil auditif, celui-ci peut aussi nous affecter d’autres manières.

Lire l'article
Acouphènes : 4 conseils pour mieux vivre avec - VivaSon

31/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

Acouphènes : 4 conseils pour mieux vivre avec

Percevoir des sons sans présence de son externe est assez contraignant. Ces nuisances, aussi appelées acouphènes, peuvent affecter les deux oreilles. Néanmoins, il existe des solutions pour les soulager. Découvrez 4 conseils VivaSon pour mieux vivre avec.

Lire l'article