Ecoutez de la musique sans faire casquer votre ouïe

Crédit Photo : Ma pause sophro

Les professionnels de l'audition n'insistent jamais assez sur les méfaits de l'écoute excessive de musique au casque. VivaSon vous donne quelques conseils afin de ne pas faire souffrir vos oreilles, sans pour autant arrêter d'apprécier la musique qui vous fait vibrer !

Eviter de monter le son excessivement pour préserver son capital auditif

Selon l’étude publiée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) le mardi 19 janvier, 3 jeunes sur 5 admettent qu’ils ne baissent jamais le volume de leur casque quand ils écoutent de la musique, bien qu’ils affirment être au courant des risques que cela implique. Le phénomène préoccupe les spécialistes car la pratique de l’écoute intensive au casque devient fréquente chez les jeunes de 15 à 35 ans, à raison de plus d’une heure et de plus d’une fois chaque semaine. L’Institut de veille sanitaire donne quelques pistes pour ménager ses oreilles, car bien que les risques soient connus, les bonnes pratiques ne sont pas forcément spontanées.

Tout d’abord, cela semble évident, mais l’InVS préconise de garder constamment un volume sonore acceptable. Il faut savoir qu’au-delà de 90 décibels, les sons sont potentiellement dangereux pour nos oreilles. Les lecteurs MP3 et les téléphones qui répondent aux normes européennes ne peuvent délivrer de son supérieur à 100 décibels, et afficher un message d’alerte lorsque l’utilisateur essaie de pousser le volume sonore au maximum. La tentation d’augmenter le son arrive souvent lorsque nous sommes dans des lieux bruyants, comme les transports en commun : pour ne pas entendre le bruit environnement, on met sa musique plus forte, mais cela revient à additionner les décibels ! De plus, pour réduire l’impact des vibrations de sondes sonores sur nos tympans, veillez à choisir des casques ou des écouteurs qui laissent de l’espace entre eux et vos oreilles, laissant ainsi s’échapper un peu de son.

 

Le temps passé au bruit ou dans le silence est aussi important

Si l’intensité de la musique que nous écoutons est importante, la fréquence à laquelle nous l’écoutons l’est également. En effet, on peut noter que le Code du travail limite la durée d’exposition au bruit (indispensable dans certaines professions comme celles du BTP). Le brouhaha permanent est nocif pour l’audition, ainsi il est recommandé de parfois prendre le temps « d’écouter le silence ». Il est nécessaire de s’imposer un laps de temps de son naturel après une écoute au casque, d’une durée égale au moins.

Enfin, les médecins ORL insistent sur le fait qu’il faut écouter son corps. Chaque oreille a une sensibilité différente et une résistance au son qui varie. L’essentiel est de veiller au à la limite au-delà de laquelle l’écoute de musique n’est plus de l’ordre du plaisir mais de celle du bruit. On évite ainsi de s’habituer à une écoute trop forte et à ne plus faire la distinction, en fatiguant constamment son ouïe. Egalement, si un bourdonnement ou un sifflement se fait entendre dans vos oreilles, consultez au plus vite un médecin ORL. Ces symptômes d’acouphènes disparaissent souvent d’eux-mêmes mais on constate aussi toujours une perte d’audition, qui peut dégénérer avec le vieillissement et rendre nécessaire le port d’un appareil auditif.

Source: France TV Info

Publié le
Séjour au ski, quel impact l'altitude a t-elle sur nos oreilles ?

19/01

ARTICLE SUGGÉRÉ

Séjour au ski, quel impact l’altitude a-t-elle sur nos oreilles ?

Les vacances d’hiver approchent à grands pas et nombre d’entre vous vont s’offrir des vacances bien méritées au ski. Se ressourcer à la montagne est évidemment bénéfique pour la santé, décompresser, changer d’air et admirer des paysages à couper le souffle, ne peut vous faire que du bien. Cependant, accéder à ces monts vêtus de draps blancs n’est pas sans danger pour vos oreilles.

Lire l'article
La douleur auditive est une souffrance s’approchant de la normalité dans une société technologique et rapide où nos sens sont mis à rude épreuve.

30/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

La douleur auditive : un phénomène de plus en plus banal

Surdité, surdité, surdité. Nous aurions beau répéter ce mot, certains ne pourraient pas l’entendre. Par chance, nombre de solutions existent aujourd’hui afin de venir en aide à ceux privés d’une bonne audition. L’appareil auditif, du fait de la recherche scientifique, est un objet d’innovation et une source de performances renouvelées. Cependant, ce mal sévère qu’est la surdité n’est pas le seul qui touche notre société, moderne et de plus en plus technologique.

Lire l'article
Une étude de 2015 analyse les différents systèmes de remboursement des appareils auditifs et leurs conséquences sur l'appareillage des malentendants.

01/09

ARTICLE SUGGÉRÉ

Quel pays d’Europe assure la meilleure prise en charge pour vos appareils auditifs ?

Une étude produite par Luis Godinho, audioprothésiste et président du Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF) et membre du Haut Conseil pour l’avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM) analyse les différents systèmes de prise en charge publique des prothèses auditives. Cette étude a été réalisée à partir de données EuroTrak et porte sur sept pays d’Europe.

Lire l'article