La grande émotion d’entendre pour la première fois

Crédit Photo : Trendimi

Nous parlons régulièrement de troubles auditifs acquis dans nos articles, mais certaines personnes naissent sourdes ou malentendantes. La vie de ceux pour qui le son a depuis toujours déserté les lieux n’est guère vraiment imaginable pour la plupart des gens. Aujourd’hui, des vidéos montrent l’émotion de patients entendant pour la première fois grâce à un appareil auditif, et leur joie marque les esprits.

Une vie sans bruit

Il est important de saisir cela. Vivre en société, c’est aussi savoir se préoccuper de l’autre et le comprendre. Pour ceux ne souffrant pas de surdité, l’idée d’un monde sans aucun bruit est bien souvent un concept vague. Développer une parfaite empathie est dès lors difficile, faute de repère. Essayer de comprendre le quotidien des malentendants et des individus atteints de surdité est pourtant une bonne occasion pour tout le monde de se rappeler de l’importance d’entendre et de l’équilibre fragile des sens humains. Des témoignages nous en disent plus sur leur quotidien silencieux, il s’agit souvent de récits pleins d’émotions et de remarques fortes d’introspection et de sensibilité. Des livres tel que « Breaking the silence » (« Rompre le silence » en français) traduisent l’expérience d’une forme de vide sensorielle qui est en réalité compris mais pas tout à fait mesuré. Difficile en effet de sérieusement regretter une dimension sensorielle inaccessible. Comment comprendre le son lorsqu’on n’entend pas ?

Découvrir les sons et les bruits, une grande émotion

Aujourd’hui, des opérations sont cependant capables de donner la capacité d’entendre à certaines personnes qui n’en n’ont jamais fait l’expérience. C’est le port d’implants cochléaires qui rend cela possible. Une opération est bien sûr nécessaire, et elle peut présenter certains risques. Si le nerf auditif est endommagé, c’est la perte totale de l’audition. Dans pareil cas, même le bruit blanc donné par certains appareils auditifs pour aider les malvoyants à se repérer ne serait plus d’aucune utilité. Un pari donc, qui ajoute à la tension émotionnelle du processus. Un balancement troublant entre deux possibilités qui joue avec l’espoir. Puis vient le moment intime et quelque peu solennel où l’appareil est testé en compagnie de l’audiologiste. Une question simple est alors posée, quelques mots, et c’est une effusion de sentiments qui submerge alors les patients. Leur cerveau reçoit pour la première fois des signaux liés au son, ils affichent alors un regard surpris. Nous lisons dans leurs yeux : ils viennent tout juste de comprendre ce qu’est le son, cela pour la première fois de leur vie et parfois à un âge avancé. Au travers de ces sourires, de ces larmes, nous tenons tout à coup une idée de la valeur de notre audition. Sur les réseaux sociaux, quantité de vidéos ont déjà défilé sur ce thème et attendrissent nombre d’utilisateurs ; elles font dès lors le buzz sans difficulté. Ce sentiment qu’entendre est un miracle et une merveille marque les esprits, il rappelle à tous la valeur de nos sens.

Publié le
Certaines personnes sont capables de s’accommoder de leurs acouphènes plus aisément que d’autres. Notre cerveau tient une place centrale dans ce phénomène.

23/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’utilisation de notre cerveau affecte nos acouphènes

Le cerveau reçoit et interprète quantité de signaux qu’il délivre finalement à notre conscience. Cette gêne particulièrement handicapante que représente les acouphènes est elle aussi soumise au travail interprétatif du cerveau. Ainsi, au-delà des seules déficiences physiques, c’est aussi le fonctionnement cérébral qui est contributeur de la nature et de l’intensité des acouphènes dont souffre tant d’individus. Une étude récente nous en dit plus.

Lire l'article

08/05

ARTICLE SUGGÉRÉ

Gênes auditives : pourquoi faut-il agir vite ?

Beaucoup de personnes ont tendance à nier leur perte auditive et à ne pas se soigner. Pourtant, une prise en charge rapide permet de retrouver son audition très aisément, et d'évider les conséquences d'un trouble auditif aggravé, comme la dépression.

Lire l'article