Etude qui révèle une liaison entre l’insomnie et les acouphènes

Selon une étude réalisée, insomnie et acouphènes seraient liés. En effet, les patients insomniaques sujets aux acouphènes pourraient voir ces derniers s’intensifier.

Selon une étude réalisée il y a peu de temps aux Etats-Unis, insomnie et acouphènes seraient liés. En effet, les patients insomniaques sujets aux acouphènes pourraient voir ces derniers s’intensifier.

Pour parvenir à un tel constat, 117 patients traités pour une insomnie ou des acouphènes ont été interrogés à l’hôpital Henry Ford à Détroit. Le niveau d’insomnie ainsi que la fréquence et l’amplitude de leurs acouphènes ont été mesuré. Des entretiens ont été menés dans le but de connaître les causes psychologiques des insomnies. Il  a été constaté qu’un cercle vicieux se met en place pour ces patients. En effet, un patient acouphénique a beaucoup plus de difficultés à dormir paisiblement qu’un autre. De même, s’il dort mal, il est davantage exposé aux acouphènes. Des sifflements que, par manque de sommeil, il gère de plus en plus difficilement.

Aujourd’hui, il est donc clairement établi que si l’exposition aux fréquences sonores élevées, l’accumulation de cérumen, ou encore les sinusites sont facteurs de bourdonnements, l’insomnie est une cause supplémentaires.

A partir du moment où les patients insomniaques suivent donc un traitement pour diminuer leurs maux, cela aura pour conséquence de réduire considérablement la fréquence de leurs acouphènes.

Publié le
Les personnes âgées ayant des difficultés à comprendre les conversations n'ont peut-être pas de trouble auditif mais une activité cérébrale différente Vivason

10/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

Activité cérébrale divergente ou déficience auditive, pourquoi les seniors nous font répéter plusieurs fois ?

Il existe une explication à la raison pour laquelle vous avez besoin de faire répéter plusieurs fois votre interlocuteur. Cela ne résulterait pas forcément de votre audition. Des spécialistes ont découvert que les 61-71 ans avaient une activité cérébrale divergente qui rend la compréhension plus compliquée dans des milieux bruyants, et ce indépendamment de la qualité de l’audition.

Lire l'article