Gênes auditives : pourquoi faut-il agir vite ?

Crédit Photo : La Dépêche

Beaucoup de personnes ont tendance à nier leur perte auditive et à ne pas se soigner. Pourtant, une prise en charge rapide permet de retrouver son audition très aisément, et d'évider les conséquences d'un trouble auditif aggravé, comme la dépression.

Que vous soyez personnellement affecté par des déséquilibres auditifs ou bien que ce soit l’un de vos proches, nous vous exposons ici les différentes raisons expliquant pourquoi il est important d’agir vite suite à une perte auditive, même insignifiante à premier abord.

Certes, il peut arriver qu’un choc brutal et inattendu soit responsable d’une surdité sévère chez un individu, suite à un accident par exemple. Toutefois, dans la très grande majorité des cas, la déficience auditive s’installe très lentement, sans même que l’on s’en aperçoive, et sans qu’il n’y ait eu d’élément déclencheur net et précis. En effet, le plus souvent c’est seulement le vieillissement naturel du système auditif qui donne les signes avant coureurs de début de faiblesse. Le risque devient alors de laisser de côté cette gêne en pensant que cela va passer tout seul. C’est une erreur de penser de cette manière car la perte auditive ne va absolument pas s’atténuer et disparaître toute seule, bien au contraire même, elle va progresser et s’aggraver d’avantage car la surdité est un phénomène irréversible.

Depuis notre naissance, notre organe auditif, bien vivant, assimile une grande quantité de son quotidiennement. Toutefois, lorsque le système auditif présente divers problèmes ou gênes, le cerveau devient alors incapable de reconnaître certains sons, comme s’ils disparaissaient totalement de notre champ auditif. Porter un appareil auditif permet de retrouver ces sons, mais cela prendra plus ou moins de temps en fonction du niveau de dégradation de notre audition. C’est pourquoi il faut agir vite suite à une blessure auditive, car plus on attend, plus le retour à une audition correcte via les appareils auditifs sera long et exigent.

​Par ailleurs, et on le sait tous, l’ouïe est un sens primordiale dans notre vie sociale et permet une bonne relation avec notre environnement extérieur. Privé de cet atout, le malentendant ressent continuellement une sorte de malaise, ce qui le pousse à se mettre en retrait. A terme, les conséquences peuvent être plus graves, entraînant une forme de dépression par exemple. Certaines études récentes ont également mis en avant qu’il existait une relation importante entre la défaillance auditive et l’apparition de la maladie d’Alzheimer, prouvant que la probabilité de développer cette maladie s’accroît avec la perte auditive.

Publié le
Les nouveaux appareils auditifs intra-auriculaires Insio de Signia sont combinés à la technologie Primax, alliant discrétion et performance.

29/04

ARTICLE SUGGÉRÉ

Insio, le nouvel intra-auriculaire signé Signia

Le mois d’avril 2016 a été riche en nouveautés du côté des appareils auditifs. Alors qu’Oticon mettait sur le marché les premiers appareils dotés de sa nouvelle puce Velox, le fabricant Signia – Solutions Auditives Siemens, lance Insio, le nouvel intra-auriculaire doté de la technologie Primax.

Lire l'article
Les personnes âgées ayant des difficultés à comprendre les conversations n'ont peut-être pas de trouble auditif mais une activité cérébrale différente Vivason

10/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

Activité cérébrale divergente ou déficience auditive, pourquoi les seniors nous font répéter plusieurs fois ?

Il existe une explication à la raison pour laquelle vous avez besoin de faire répéter plusieurs fois votre interlocuteur. Cela ne résulterait pas forcément de votre audition. Des spécialistes ont découvert que les 61-71 ans avaient une activité cérébrale divergente qui rend la compréhension plus compliquée dans des milieux bruyants, et ce indépendamment de la qualité de l’audition.

Lire l'article
Le danger des troubles auditifs non-traités

15/07

ARTICLE SUGGÉRÉ

Le danger des troubles auditifs non-traités

C’est au cours de la 38ème édition du congrès des audioprothésistes qu’Hélène Amieva, professeur en neurosciences et en neuropharmacologie, a abordé les résultats préliminaires de ses dernières recherches. Etudiant l’impact des troubles auditifs sur l’individu au-delà de la simple perte de l’audition, ces recherches pourraient bien donner un argument de poids en faveur du port d’audioprothèses.

Lire l'article