Good Vibrations, un film sur l’éveil musical d’enfants sourds

Crédit Photo : Scuch Prod

Good Vibrations, c’est le titre du film de Lydia Erbibou, une jeune réalisatrice de talent qui a suivi, durant un an, les cours d’éveil musical d’une classe de jeunes sourds. Caméra au poing, elle capte leurs joies, leurs peines, leurs découvertes, avec une sensibilité à l’image de l’âge adolescent, au-delà du handicap. Une œuvre qui fait relativiser le port d’appareils auditifs à un âge plus avancé …

Musique et surdité, au-delà du handicap

Musique et surdité, deux mots qui, d’emblée, semblent difficilement s’accorder. Les musiciens sourds ne courent pas les rues, mais de ceux-là on s’en souvient : Ludwig Van Beethoven, Evelyn Glennie, Christian Guyot …

Imaginez une classe d’adolescents sourds, toute la complexité des relations induites non seulement par leur handicap, mais aussi simplement par leur âge. Cette classe de l’Institut national des jeunes sourds de Paris a entreprit une aventure folle : apprendre à ressentir et à faire de la musique. Dans leur école, une salle a été aménagée : équipée d’un dispositif innovant qui permet de propager les vibrations sonores via des capteurs, elle a rendu possible des cours d’éveil musical pour ces adolescents.

La réalisatrice Lydia Erbibou, également pianiste, a suivi cette aventure pendant un an, sa caméra à bout de bras. D’une manière extrêmement sensible, poétique même, elle capte les rires, les inquiétudes, les questionnements, les joies de ces jeunes. Certains sont totalement sourds, d’autres entendent un peu, portent un appareil auditif, ont du mal à s’exprimer ou pas du tout …  Ensemble, ils forment un univers rempli de « good vibrations » (bonnes vibrations), bouillonnant et parfois espiègle.

Un film attendu en salle fin 2016

« La cécité sépare les gens des choses, la surdité les sépare des gens », disaient Helen Keller, écrivaine sourde, muette et aveugle. C’est cet élan de communication qui s’exprime comme un besoin que Lydia Erbibou a voulu retranscrire dans le film Good Vibrations. Celle-ci a entamé le tournage sans attendre de financement, ne voulant pas manquer une fraction de l’aventure des jeunes qu’elle a suivi, et qu’elle a aimé, dit-elle.

Aujourd’hui, le tournage est terminé et le film entre en phase de post-production (montage et étalonnage des images, bruitage, mixage des sons …), un passage d’autant plus crucial pour cette œuvre dont le son et l’image sont les thèmes premiers. L’équipe du film, pour financer cette étape ainsi que la diffusion, est à la recherche de mécènes sensibles à la cause des malentendants et des sourds.

Découvrez la bande-annonce du film Good Vibrations (60 min), de Lydia Erbibou, produit par Schuch Production :

Source : Schuch Prod

Publié le
Unitron lance les « Informations Patient », qui permettent de combiner les données objectives l’appareil auditifs et celles, subjectives, des patients

10/05

ARTICLE SUGGÉRÉ

Unitron améliore l’expérience patient grâce à l’analyse des données

Les seniors utilisent de plus en plus la technologie smartphone et leurs diverses fonctionnalité s : ils sont de plus en plus connectés, et leurs appareils auditifs se doivent de l’être aussi. C’est une tendance du marché qu’à bien compris la marque Unitron, qui propose dès ce mois-ci un dispositif innovant pour l’expérience patient, qui permet également d’améliorer le soin et de l’adapter à chacun.

Lire l'article