Le gouvernement prend enfin des mesures pour améliorer l’accès aux soins auditifs

Crédit Photo : Peb2

Cela fait déjà plusieurs années que le milieu de l’audition insiste sur les bienfaits du port d’un appareil auditif. Des études scientifiques ont étayé et confirmé ces affirmations de manière non-équivoque, si bien que récemment, l’audition semblait injustement pénalisée malgré sa contribution à la santé collective. Après de grands efforts militants et de prévention, le gouvernement présente enfin des mesures pour améliorer l’accès aux soins auditifs.

Le gouvernement annonce des mesures

Nos connaissances en ce qui concerne la contribution des soins auditifs à la santé collective n’ont cessé de se développer ces dernières années. Toujours avec de nouvelles études à l’appui, des liens sérieux ont été établis entre une absence de soin auditif et un vieillissement prématuré, des capacités cognitives notamment. Isolement social, perte d’autonomie, perte de mémoire… tant de points qui ont révélé le caractère essentiel des appareils auditifs pour les personnes souffrant de troubles auditifs. Aujourd’hui pourtant, une sérieuse barrière persiste contre l’appareillage : le manque de prise en charge. Cependant, en fin de semaine dernière, le vendredi 2 décembre, le gouvernement a finalement annoncé des mesures visant à améliorer l’accès aux soins, notamment dans le domaine de l’audition. Une grande nouvelle après tant d’efforts de communication sur l’importance des soins auditifs.

Une amélioration de la prise en charge

C’est à l’issue d’une réunion menée par le comité interministériel du handicap que de telles mesures ont été présentées. Dans le dossier de presse du CIH, nous pouvons lire que la mesure centrale concernant l’audioprothèse se résume comme la « solvabilisation » de l’offre « d’entrée de gamme ». Autrement dit, il s’agit d’améliorer l’accès aux soins en encadrant un prix limite de telle sorte que le patient n’ait plus de reste à charge après le remboursement de l’assurance maladie et des complémentaires santé. Un budget de 47 millions d’euros est consacré à cette mesure qui devrait débuter au premier semestre 2017. La justification de cette mesure par le gouvernement est en phase avec les constats du milieu de l’audition : l’accès aux soins améliore sensiblement la qualité de vie des personnes souffrant de troubles auditifs, la prise en charge est actuellement insuffisante à l’échelle de l’importante contribution des services d’audioprothèse à la santé des patients.

Un besoin véritable

C’est une avancée remarquable pour le secteur de l’audioprothèse et de ses patients. Le 11 octobre dernier déjà, la ministre de la Santé s’était prononcée en faveur d’une prise en charge accrue des appareils auditifs, ce qui avait envoyé un premier signal fort. C’est une véritable réussite pour tous les acteurs de la profession. Il n’y a pas si longtemps encore, l’Unsaf insistait sur l’importance de la prise en charge et dénonçait des remboursements archaïques. Il est important de comprendre une chose : soutenir l’appareillage auditif n’est pas un acte neutre, bien au contraire. Prévenir la perte d’autonomie par l’appareillage auditif peut générer des économies rapides sur les dépenses de santé, c’est une contribution positive. Une étude récente menée par Jean de Kervasdoué et Laurence Hartmann a révélé que dans le scénario où toute personne susceptible d’être appareillée l’était, cela dégagerait une économie de dépenses de soin allant de 1,7 à 2,1 milliards d’euros. Améliorer l’accès aux soins auditifs est bel et bien une nécessité.

Source : EDP-Audio

Publié le
Du 24 octobre au 28 octobre, l’association Journée Nationale de l’Audition organise la Semaine de la santé auditive au travail.

24/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Rendez-vous en octobre pour la Semaine de la santé auditive au travail

Du 24 octobre au 28 octobre, l’association Journée Nationale de l’Audition organise la Semaine de la santé auditive au travail, un événement de sensibilisation sur le bien-être auditif au travail, la réduction du bruit de manière préventive, et la lutte contre les risques de déficience auditive qui mènent trop souvent au port prématuré d’appareils auditifs.

Lire l'article
Le CISS exprime dans une note d’étude son opposition au découplage vente/suivi des appareils auditifs et au démantèlement du numerus clausus des audios.

21/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Les patients défendent le numerus clausus des audios

Le 16 juin 2016, le Collectif Interassociatif Sur la Santé publiait une note d’étude titrée « Faciliter l’accès à l’audioprothèse ». Dans les conclusions de celle-ci, les patients et utilisateurs défendent le numerus clausus et s’opposent catégoriquement au découplage de la vente et du suivi des appareils auditifs.

Lire l'article