Comment fonctionnent les implants auditifs ?

Crédit Photo : Médical Expo

Quand la perte auditive devient tellement importante qu’elle rend l’appareil auditif insuffisant, ou que le patient ne supporte pas ses appareils auditifs, il faut envisager l’installation d’un implant auditif par une opération chirurgicale. Comment ces implants fonctionnent-ils ?

Les appareils auditifs sont le moyen le plus facile et le moins contraignant à court terme pour pallier à un trouble auditif. Cependant, il arrive que la perte auditive soit assez importante pour rendre l’appareil auditif insuffisant. Il faut donc envisager l’installation d’un implant auditif par une opération chirurgicale. Pour l’instant, il n’existe aucun implant qui soit totalement invisible, tous nécessitent une partie externe autour de l’oreille.

Comment ces implants fonctionnent-ils ? Pour le comprendre, il faut d’abord saisir de manière générale le mécanisme de l’ouïe. D’une part, le son que l’on entend pénètre l’oreille externe, entraînant la vibration du tympan et des petits osselets. Puis, le son passe dans l’oreille interne ce qui provoque le déplacement de fluides et des cellules ciliées qui vont stimuler les nerfs de l’audition. C’est la conduction aérienne. D’autre part, le son entraine également un résonnement dans notre crâne pour stimuler de manière directe la clochée : c’est la conduction osseuse.

Il existe 3 catégories d’implants auditifs : l’implant cochléaire, l’implant à ancrage osseux et l’implant de l’oreille moyenne.

L’implant cochléaire concerne les patients dont la perte auditive importante a pour origine l’oreille interne, dans laquelle on place un porte-électrode. A l’arrière de l’oreille est implanté un récepteur et stimulateur  qui va recevoir les sons captés par un processeur fixé de manière externe à l’oreille. Le son devient grâce au stimulateur un ensemble d’électrodes qui va stimuler artificiellement la clochée grâce au porte-électrode.

L’implant à ancrage osseux concerne les patients dont la surdité provient de l’oreille moyenne, ce qui empêche le port d’un appareil auditif à cause d’infections et/ou de déformations de l’oreille externe. Cet implant est constitué d’un vibreur osseux, fixé par une vis en métal derrière l’oreille, qui capte le son et fait résonner l’os du crâne comme il devrait le faire naturellement.

Enfin, l’implant de l’oreille moyenne concerne les patients dont le trouble auditif est lié aux nerfs sensoriels et qui ne peuvent pas supporter d’audioprothèse pour diverses raisons. Dans ce cas, un ballonnet est installé dans l’oreille interne  et une antenne derrière l’oreille, sous l’épiderme. Les sons sont alors captés par l’antenne qui les transmet au ballon qui va agir tel que le ferait l’oreille moyenne en temps normal (vibrations).

Publié le
Le fabricants d’implants cochléaires MED-EL vient de sortir une playlist spécialement étudiée pour ses patients et diffusée sur Spotify.

20/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Une playlist pour les malentendants porteurs d’implant

Mai était le mois de l’Audition et du Langage aux Etats-Unis. A cette occasion, l’entreprise MED-EL, fabricant d’implants auditifs, a conçu et diffusé sur Spotify une playlist de 68 titres spécialement étudiée pour les porteurs d’implants cochléaires. Au total, ce sont quatre heures et vingt minutes qui ont été compilé pour respecter des oreilles en réapprentissage de l’écoute. En attendant une playlist développée pour les porteurs d’appareils auditifs, on vous laisse découvrir la playlist « MED-EL Music for Cochlear Implants » …

Lire l'article

20/04

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’association Journée Nationale de l’Audition propose des outils de communication et de prévention destinés aux jeunes

L’arrivée du printemps est synonyme de  fête de la musique, de festivals, de concerts, et d’occasions de sortir en discothèque … Autant de festivités agréables que de risques d’agresser son système auditif. Pour cette raison, l’association de la Journée Nationale de l’Audition propose dès maintenant des packs de prévention  pédagogiques tout particulièrement destinés aux jeunes.

 

Lire l'article