L’association JNA saisit la HAS et dénonce la pression des lobbies

Crédit Photo : Diplomeo

L’association JNA, fidèle à sa fonction de « lanceur d’alerte », a récemment interpelé la Haute Autorité de Santé à propos d’un sujet qui concerne l’avenir de l’audition. Les appareils auditifs contribuent à notre santé, il est légitime de placer cet argument avant tout autre raisonnement économique.

La JNA alerte la HAS

L’association JNA (Journée Nationale de l’Audition) continue d’assumer sa fonction de « lanceur d’alerte » en saisissant récemment la HAS (Haute Autorité de Santé). Le but de cette démarche est d’encourager la conduite d’une évaluation du service médicale et de réintroduire le patient au cœur des débats qui touchent à l’audition. En effet, dans son courrier du 28 juillet, l’association JNA explique et déplore combien le cœur du débat sur l’audioprothèse est aujourd’hui occupé par « les enjeux économiques et commerciaux portés par les lobbies ». Pourtant, la presbyacousie touche des millions de français. Par ailleurs, les études du professeur Hélène Amieva ont montré l’importance des appareils auditifs et le risque de sur-déclin cognitif en cas de non-appareillage. Les aides auditives et les assistants d’écoute répondent à un réel enjeu de santé.

La HAS accepte

La Haute Autorité de Santé a accepté de traiter l’enjeu présenté par l’association. Il s’agit de replacer le patient presbyacousique au cœur du débat et de rappeler que ces souffrances ne se soignent pas mais doivent faire l’objet d’une réponse médicale appropriée. Ainsi, en plus de l’enquête de la HAS, l’association lui suggère de procéder à une évaluation des appareils de corrections auditives. Un pareil indicateur serait selon la JNA une occasion de tirer des informations utiles aux décisions de santé publique et aux débats sur le thème de l’audition. Il s’agit aussi de remettre en avant la valeur ajoutée pour les patients souffrant de troubles auditifs et d’envoyer un signal positif à tous les acteurs. Il est ainsi temps d’en finir avec la « double peine » : celle de devoir s’équiper et de payer en plus un reste à charge relativement important. Notons que si la HAS a accepté de traiter cette requête et de recevoir le président de l’association, l’entretien ne pourra se dérouler dans « le cadre du droit d’alerte » pour lequel l’association n’est pas agréée.

Source : Ouïe Magazine

 

Publié le
L’Unsaf exprime son indignation devant une vidéo montrant la directrice de la mutuelle Santéclair tenir des propos dégradants pour la profession d’audioprothésistes et rétrogrades en termes de protection sociale.

27/05

ARTICLE SUGGÉRÉ

La directrice de Santéclair tient des propos choquants dans une vidéo de 2012

Hier, l’Unsaf (Syndicat national des audioprothésistes) s’exprimait à propos d’une vidéo récemment dévoilée sur le site internet du Ministère des Finances. Celle-ci montre Marianne Binst, directrice de la mutuelle de santé Santéclair, tenir un discours diffamateur et choquant pour les audios et le monde de l’appareil auditif lors d’un atelier de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) ayant eu lieu en 2012.

Lire l'article
Peu de temps après la publication des résultats de l’enquête menée par l’Autorité de la Concurrence, l’ Unsaf réagit et critique une approche consumériste.

19/12

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’ Unsaf réagit à l’enquête menée par l’Autorité de la concurrence

Peu de temps après la publication de l’enquête menée par l’Autorité de la concurrence, l’Unsaf réagit et donne un avis non-équivoque sur les propositions de l’institution. Rappelons que l’Autorité de la Concurrence encourageait la dissociation de la vente d’appareils auditifs avec la vente de suivis, ainsi que la suppression du numerus clausus.

Lire l'article