L’amusie ou la surdité musicale

Crédit Photo : Medisite

Les patients atteints d’amusie sont très incommodés lorsqu’ils écoutent de la musique. Même s’ils n’ont aucune difficulté à parler, communiquer ou percevoir les sons et les bruits, ils n’arrivent pas à reconnaître les mélodies et les musiques ni à capter les différentes hauteurs tonales. 

L’amusie est une maladie soit génétique soit congénitale culturelle ou provoquée par une lésion cérébrale qui touche 4% de la population mondiale. Paradoxalement, on parle de surdité musicale, alors même que l’appareil auditif du patient peut fonctionner parfaitement : la cause du trouble est uniquement cérébrale. Il existe différents types d’amusie en fonction de la région cérébrale touchée mais dans tous les cas, il s’agit d’un problème permanent qui se traduit par une inaptitude musicale. Cette déficience auditive ne touche qu’une partie du cortex et n’altère en général pas les autres fonctions cérébrales de l’individu. C’est pourquoi elle est parfois assimilée à des déficiences comme la dyslexie ou la dysphasie.

 

Différents types de surdité

On généralise l’amusie congénitale à la surdité musicale mais il existe en réalité différents types de surdité :

–          La surdité tonale ou amusie totale : Le patient n’est pas capable d’entendre les sons à une certaine hauteur. Il peut ainsi rater toute une série de sons ou avoir une écoute saccagée.

–          La surdité rythmique : le patient a du mal à identifier le rythme et la tonalité d’une musique même s’il peut entendre sa mélodie

–          La surdité musicale ou amélodie : l’individu ne perçoit plus la musique, il entend très bien les bruits et des sons mais il rencontre des problèmes avec la vitesse d’exécution de certains passages. La dystimbrie et la simultagnosie sont des cas distincts d’amusie et décrivent des situations où le patient va entendre que des bruits à la place des morceaux musicaux ou des situations où il va scinder tout ce qu’il entend en sons distincts.

 

Cette déficience auditive est imputable à certaines régions cérébrales

L’incapacité à reconnaître un profil vient d’une trop faible concentration de  substance blanche dans le Gyrus Frontal Inférieur Droit. Contrairement à cette affection complètement localisée dans l’hémisphère droit du lobe temporal, les troubles à différencier des notes distantes de moins d’un ton viennent de différentes régions du cerveau et sont par conséquent moins radicaux. Chez les personnes normales, cette capacité fait principalement appel à l’hémisphère gauche et à des systèmes sous-corticaux dans les ganglions de la base et du cervelet.

Il faut savoir que beaucoup de personnes atteintes par l’amusie l’ignorent. Si vous voulez, il existe des tests auditifs gratuits qui en demandant au patient d’écouter des mélodies et de reconnaitre les similitudes et les différences permettent d’établir un premier bilan médical. 

 

Source : Wikipédia
Publié le
Une plateforme intitulée « Liberté Santé » propose désormais aux professionnels de quitter les réseaux de soins s’ils le désirent.

30/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

Une plateforme web encourage les insatisfaits à sortir des réseaux professionnels

De nos jours, communiquer est un jeu d’enfant et se réunir autour d’une idée commune n’est guère beaucoup plus difficile. Les critiques parfois s’empilent contre le fait de travailler pour de grands groupes commerciaux et dans de grands réseaux professionnels. Dans le domaine de la santé, une plateforme intitulée « Liberté Santé » propose désormais de quitter ces réseaux pour ceux qui le désirent.

Lire l'article
Acouphènes : 4 conseils pour mieux vivre avec - VivaSon

07/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Acouphènes : 4 conseils pour mieux vivre avec

Percevoir des sons sans présence de son externe est assez contraignant. Ces nuisances, aussi appelées acouphènes, peuvent affecter les deux oreilles. Néanmoins, il existe des solutions pour les soulager. Découvrez 4 conseils VivaSon pour mieux vivre avec.

Lire l'article