Les analgésiques ordinaires sont nuisibles à votre audition 

Crédit Photoo : Medisite

Utilisés de manière excessive, les analgésiques augmenteraient les risques de surdité et de défaillance auditive.Utilisés de manière excessive, les analgésiques augmenteraient les risques de surdité et de défaillance auditive, rendant nécessaire le port d'un appareil auditif.

De nombreux patients  en suivant les recommandations prescrites dans les notices d’utilisation prennent jusqu’à huit comprimés par jour d’aspirine, d’ibuprofène (Advil) ou d’acétaminophène (Tylénol). Les conséquences peuvent pourtant être désastreuses. L’aspirine et l’ibuprofène peuvent provoquer un grand nombre d’effets secondaires mais sont quand même en libre-service. The American College of Rheumatology répertorie entre autres des problèmes d’estomac, d’hypertension artérielle et des problèmes rénaux et cardiaques. Pour les personnes souffrant de maladies chroniques, il est courant de ne pas prendre en considération ces avertissements afin de soulager la douleur. De nombreux médecins recommandent l’acétaminophène comme l’analgésique avec le moins d’effets secondaires dangereux.

Cependant, deux études menées par Sharon Curhan et une équipe basée à l’hôpital des femmes de Brigham et à Boston ont démontré la corrélation entre les analgésiques et la perte d’audition.

La première étude a mesuré l’association de la perte auditive chez les hommes avec trois types d’antalgiques: l’aspirine, les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) et l’acétaminophène. L’étude a révélé que l’utilisation régulière de ces médicaments, même en petites quantités, a été associée à un risque plus élevé de défaillance auditive. Plus l’usage est fréquent, plus le risque augmente.

Deux ans plus tard, Curhan et ses collègues ont étudié le lien entre la consommation régulière d’antidouleurs par les femmes et le risque de défaillance auditive. Cette étude a révélé que l’utilisation régulière d’ibuprofène ou d’acétaminophène augmente les risques de défaillance du système auditif. Ils n’ont observé aucune corrélation entre l’utilisation de l’aspirine et l’altération de l’audition chez les femmes.

Cette étude est la première à faire le lien entre l’utilisation de l’ibuprofène chez les femmes et la perte d’audition. Pour les femmes qui utilisent l’ibuprofène plus de six fois par semaine, le risque est beaucoup plus élevé. Ce lien n’a pas été prouvé pour l’aspirine.

Les chercheurs ne savent pas exactement pourquoi ces analgésiques ordinaires contribuent à une perte auditive, mais Curhan a déclaré que les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent réduire le flux sanguin à la cochlée de l’oreille, et l’acétaminophène peut interférer avec les facteurs qui protègent la cochlée contre les dommages du bruit. Les études montrent qu’il existe un lien entre la perte d’audition et les analgésiques, mais pour le moment elles ne permettent pas de montrer s’ils en sont effectivement responsables.

Si vous ressentez une diminution de votre ouïe suite à une consommation importante ou prolongée d’analgésiques, il peut être judicieux de passer à un autre médicament pour voir si la défaillance persiste ou diminue. Selon Neil Bauman, directeur du Centre pour la perte auditive et auteur de nombreux livres du même sujet, l’arrêt d’un médicament peut parfois résoudre le problème, même si la perte est malheureusement très souvent permanente et accompagnée d’acouphènes : le port d’un appareil auditif devient la seule solution pour rétablir une audition confortable.

Source : AARP Blog

 

Publié le

04/02

ARTICLE SUGGÉRÉ

Vivre avec un trouble auditif

La plupart du temps, les personnes atteintes de déficiences auditives ne s’en rendent pas compte. Pourtant, les symptômes ne trompent pas! Eprouver des difficultés à suivre une conversation, accuser ses proches de ne pas articuler suffisamment, monter le volume de la radio de plus en plus fort… Ce sont bel et bien les signes précurseurs d’une perte de la faculté auditive.

Lire l'article
Une étude de 2015 analyse les différents systèmes de remboursement des appareils auditifs et leurs conséquences sur l'appareillage des malentendants.

01/09

ARTICLE SUGGÉRÉ

Quel pays d’Europe assure la meilleure prise en charge pour vos appareils auditifs ?

Une étude produite par Luis Godinho, audioprothésiste et président du Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF) et membre du Haut Conseil pour l’avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM) analyse les différents systèmes de prise en charge publique des prothèses auditives. Cette étude a été réalisée à partir de données EuroTrak et porte sur sept pays d’Europe.

Lire l'article