L’hypnose pour traiter les acouphènes

L’hypnose pour traiter les acouphènes

Cristian Newman on Unsplash

Véritable calamité du 21e siècle, au centre des derniers JNA, les acouphènes touchent de plus en plus de personnes. Alors qu’on estime qu’1 personne sur 5 en est atteinte dans le monde, on évalue à près de 16 millions le nombre d’acouphéniques en France.  Les hommes auraient une prévalence plus élevée. Les causes sont différentes et parfois multiples. Alors qu’il n’existe pour le moment pas de cure, plusieurs traitements sont efficaces pour soulager les acouphènes comme l’hypnose médicale.

L’origine des acouphènes chez un patient est aussi difficile à définir que de les traiter. Plusieurs causes, souvent multiples, sont à l’origine du mal. Concernant les acouphènes objectifs, cela peut provenir d’une modification du flux sanguin ou d’une anomalie anatomique. Les acouphènes subjectifs peuvent survenir suite à une exposition trop longue à des bruits trop forts ou encore suite à la presbyacousie (perte auditive naturelle liée à l’âge). Certaines maladies, la prise de médicaments ototoxiques, le stress et la dépression sont aussi facteurs d’acouphènes. Il existe également une hypothèse expliquant que les acouphènes proviendraient d’un dysfonctionnement du système nerveux.

À l’exception de certains cas où la cause est connue, malgré de nombreuses études à ce sujet, il n’existe actuellement pas de traitement contre les acouphènes. Il y a néanmoins des solutions pour les soulager.  La thérapie sonore consiste à écouter des sons thérapeutiques. Le port d’un appareil auditif est également une aide précieuse. La prothèse accroît la stimulation auditive, permet la tolérance et réduction de l’acouphène. Enfin l’hypnose médicale apparaît comme une solution fiable pour gérer ses acouphènes. L’objectif de la thérapie par hypnose est de permettre aux patients de se dissocier de la perception consciente de leurs acouphènes. Dans certains cas, on obtient une suppression totale de la perception elle-même. Plus raisonnablement on peut espérer aider les personnes à se départir de leur perception perturbante. Le phénomène d’acouphènes persiste, mais n’a plus de retentissement sur le patient qui retrouve une meilleure qualité de vie. Selon les études, de 65 à 75 % des personnes acouphéniques tireraient un bénéfice de cette technique. 36 % des personnes résistantes à toute autre forme de thérapie retrouveraient un mieux-être général grâce à l’hypnose. L’hypnose, en effet, accroît les capacités à gérer les acouphènes et les symptômes associés : stress, dépression et troubles du sommeil.

Afin de minimiser le risque, il convient d’éviter l’exposition aux sons forts (tronçonneuse, perceuse, marteau-piqueur, coup de fusil, moto, concert de rock) en portant des protections (bouchons, casque) quand cela est nécessaire. Aménagez des moments d’écoute d’un bruit de fond à faible intensité (cela facilite l’habituation). Privilégiez des moments de silence autant que possible durant la journée. La prise abusive d’alcool et d’excitants tels que le café, le thé, les boissons sucrées et le chocolat est à éviter, elle exacerbe souvent l’acouphène. De plus, il est recommandé de signaler à votre médecin que vous avez un acouphène pour éviter la prise de médicaments ototoxiques éventuellement susceptibles d’amplifier la gêne. Pratiquer un sport ou apprendre une technique permettant d’évacuer et/ou de mieux gérer son stress (relaxation, sophrologie, Taï Chi, yoga …) est conseillé. Dans tous les cas, VivaSon vous conseille de consulter un audioprothésiste.

 

Source : uneoreilleavertie.com

Publié le
C’est bien connu, écouter de la musique ou entendre des sons de volume trop élevé peut dégrader sensiblement notre audition. Cependant, savons-nous réellement mesurer les risques ou détecter dans les faits les situations dangereuses ?

08/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Des habitudes à risque pour la jeunesse

La musique est un plaisir répandu, c’est un fait. Et comme pour toute chose qui concerne le plaisir, l’intensité est bien souvent recherchée. Certains diront bien-sûr qu’apprécier la musique tient davantage à la qualité plutôt qu’à la puissance sonore, et ils n’auront pas tort. Ceci dit, particulièrement chez les plus jeunes d’entre nous, les volumes élevés font partie intégrante de l’expérience musicale et cela peut présenter quelques dangers.

Lire l'article
La toxicité du bruit au travail pointée du doigt par l’association JNA. Les coûts humains et financiers sont importants et incitent au changement.

24/10

ARTICLE SUGGÉRÉ

La toxicité du bruit au travail pointée du doigt par l’association JNA

Si notre cerveau fait du monde extérieur un ensemble compréhensible d’objets et de phénomènes, ce sont nos sens qui nous ouvrent sur notre environnement. Au travail, notre rapport à l’environnement est tout à fait spécifique et dépend largement de l’organisation pour laquelle nous travaillons.  Si le bruit ambiant est parfois la cause d’une dégradation de l’audition et génère le besoin d’un appareil auditif, celui-ci peut aussi nous affecter d’autres manières.

Lire l'article

25/01

ARTICLE SUGGÉRÉ

Vague de froid, ne négligez pas vos oreilles !

Depuis quelques jours, une vague de froid sec et glacial provenant de la Russie a envahi la France provoquant des baisses de températures importantes pouvant aller de -10°C jusqu’à -20°C avec le ressentit. Bien que le froid ait certains avantages sur le corps humain, il n’en reste pas moins offensif et vos oreilles en sont les premières impactées.

Lire l'article