L’OMS met en garde contre les problèmes auditifs chez les jeunes

Les jeunes aussi sont concernés par les troubles auditifs. Comment les prévenir et les traitez ? Lisez notre article.

La moitié des 12-35 ans des pays développés sont exposés à des niveaux sonores trop élevés, selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Ces jeunes seraient plus d’un milliard  à être menacés par un trouble auditif. Avec pour conséquences : un trouble auditif après un concert marqué par un sifflement d’oreille de 2, 3, 4 jours ou plus, voire des acouphènes de plusieurs mois.

Quelles sont les causes de ces troubles auditifs chez les jeunes ? Une exposition à des niveaux sonores trop élevés lors des concerts musicaux ou à travers les smartphones et autres baladeurs MP3. L’organisation mondiale recommande de ne pas utiliser les smartphones plus d’une heure par jour et de mettre des bouchons d’oreille lors des concerts musicaux, ou dans les locaux trop bruyants. Les ados doivent aussi surveiller leur audition et faire des contrôles auditifs réguliers.

Sauf qu’en France, où le tiers des jeunes écoutent  de la musique deux à trois heures par jour, seuls 8% d’entre eux ont consulté un médecin et notamment un médecin ORL  pour un problème d’audition, selon une enquête de la Journée nationale de l’audition. Alors que 52 % disent avoir ressenti de la fatigue, 42 % des maux de tête et 29 % des acouphènes, c’est-à-dire  des sifflements d’oreille ou des bourdonnements d’oreille, suite à une exposition au bruit qui a provoqué un véritable traumatisme auditif.

Cette forte exposition à des volumes sonores excessifs peut avoir comme conséquence une « fatigue auditive » qui demande un temps de récupération avant de recouvrer une audition normale. Mais les conséquences peuvent parfois s’avérer plus graves et  aboutir à une perte auditive définitive lorsque les cellules sensorielles de l’oreille interne sont atteintes. Un des phénomènes récurrents demeure les acouphènes, un sifflement d’oreille qui peut durer plusieurs jours.

Quelles sont les solutions à ce phénomène ? D’abord l’information notamment à l’école, mais aussi la prévention à travers les protections auditives distribuées lors des concerts de musique. Voire des applications sur les smartphones qui mettraient en garde les jeunes « addicts » à la musique. Reste qu’une visite chez un ORL et un rendez-vous pour un bilan auditif demeurent incontournables  dans de telles situations d’autant que le  test est gratuit en centre auditif.

Publié le
A l’occasion de la semaine du son, ce sont de nombreux sujets qui vont être abordés. De quoi faire progresser le débat et proposer une vision d'avenir.

29/11

ARTICLE SUGGÉRÉ

La semaine du son se tiendra du 23 janvier au 5 février

Pour la majorité d’entre nous, le son occupe une place centrale dans nos vies. Parfois nous l’oublions, mais dès qu’il nous manque nous le désirons. Les progrès techniques, technologiques et médicaux de notre époque ont apporté leur grande contribution à l’expérience auditive. Et désormais les appareils auditifs, quasiment invisibles, redonnent le plaisir d’entendre et d’écouter à tant de patients. La semaine du son est une occasion d’aborder les futurs accomplissements.

Lire l'article
La toxicité du bruit au travail pointée du doigt par l’association JNA. Les coûts humains et financiers sont importants et incitent au changement.

24/10

ARTICLE SUGGÉRÉ

La toxicité du bruit au travail pointée du doigt par l’association JNA

Si notre cerveau fait du monde extérieur un ensemble compréhensible d’objets et de phénomènes, ce sont nos sens qui nous ouvrent sur notre environnement. Au travail, notre rapport à l’environnement est tout à fait spécifique et dépend largement de l’organisation pour laquelle nous travaillons.  Si le bruit ambiant est parfois la cause d’une dégradation de l’audition et génère le besoin d’un appareil auditif, celui-ci peut aussi nous affecter d’autres manières.

Lire l'article