Révélation du nombre d’audioprothésistes en France au 1er janvier 2016

Crédit Photo : SmokeBall

Les statistiques relatives à la profession d’audioprothésiste viennent de paraitre, publiées par la Dress. Ces chiffres indiquent entre autres que la population des audioprothésistes continue de croître chaque année, selon un taux d’environ 5%. Une pareille tendance est révélatrice de l’importance croissante de la profession. D’ailleurs, il apparaît que la population des audioprothésistes en France croît plus rapidement que la population française dans son ensemble, ce qui est intéressant.

Publication du nombre d’audioprothésistes en France

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress) vient de révéler un ensemble de statistiques touchant aux professions de santé en France, incluant donc des statistiques relatives à la profession d’audioprothésiste. Au 1er janvier 2016, ce sont 3 264 audioprothésistes qui exercent en France, soit plus que l’année précédente qui en comptait 3 090. C’est donc une augmentation de 5,6% de la population des audioprothésistes que nous comptabilisons, une augmentation plus faible qu’entre 2014 et 2015. Ceci dit, croisés aux donnés de l’Insee sur la croissance de la population française, ce taux de croissance n’est pas négligeable. Par ailleurs, c’est désormais une proportion de 5 audioprothésistes pour 100 000 habitants qui s’établit en France métropolitaine. Une pareille densité n’est cependant pas trouvée partout en France et des disparités géographiques importantes existes. Des régions comme la Corse ou la Provence-Alpes-Côte-D’azur bénéficient d’une densité particulièrement élevée, au-dessus de 6 audioprothésistes pour 100 000 habitants. A l’inverse, il existe ce qui semble être des No Man’s Lands de l’audioprothésiste et c’est la France Outre-mer qui comptabilise le score minimum avec un densité légèrement supérieure à 1. Par ailleurs, la Normandie, le Hauts-de-France et le Centre-Val-de-Loire sont aussi des régions relativement basses dans le classement, quoi qu’aux alentours de 4 audioprothésistes pour 100 000 habitants. Ainsi, se procurer un appareil auditif n’est pas nécessairement chose facile partout en France.

Des statistiques complémentaires

Outre le simple nombre d’audioprothésistes en France, la Dees a publié des informations complémentaires et utiles afin de faire un état des lieux de la profession. Une analyse de l’âge de la population en question révèle une moyenne de 42,4 ans pour les audioprothésistes, soit sensiblement le même résultat que l’année précédente. La part des jeunes âges a cependant légèrement augmenté, traduisant un léger rajeunissement de la profession. Par ailleurs, en termes de parité, la proportion de femmes chez les audioprothésistes progresse, atteignant désormais 47,3% cette année contre 46,8% l’année précédente. Il est ainsi légitime d’espérer atteindre la parité homme-femme prochainement. D’après ces informations, il n’en reste pas moins que le profil type d’un audioprothésiste est aujourd’hui en France un homme de 42 ans vivant dans les grandes villes de la région Provence-Alpes-Côte-D’azur par exemple. Ce profil type pourrait cependant bien vite se transformer.

Source : EDP Audio

Publié le

17/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

Phonak publie une étude sur le rapport entre perte auditive et dépression

Le fabricant d’appareils auditifs Phonak a récemment publié les résultats d’une étude sur le lien entre perte auditive et dépression. Celle-ci démontre d’une part l’impact fortement négatif des troubles de l’audition sur le bien-être et la corrélation direct entre perte de l’audition et dépression. D’autre part et de manière encourageante, l’étude met l’accent sur l’efficacité des aides auditives dans l’amélioration de la qualité de vie des malentendants notamment par la disparition de la sensation d’isolement qu’ils peuvent ressentir.

Lire l'article
Nettoyer ses oreilles : nos conseils pour ne pas les abîmer Vivason

17/02

ARTICLE SUGGÉRÉ

Nettoyer ses oreilles : nos conseils pour ne pas les abîmer

Se nettoyer les oreilles est un geste hygiénique qui soulage la sensation désagréable de la cire. Cependant, ce n’est pas sans risque. Des bouchons, des irritations, champignons peuvent survenir. De plus, suivant la méthode de nettoyage utilisée, l’audition peut être  dégradée.

Lire l'article