Un nouveau président pour l’agence Santé Publique France

Crédit Photo : Usea

La toute nouvelle agence nationale de santé publique intitulée Santé Publique France s’est vu nommer son président le 29 juillet dernier. C’est le professeur Lionel Collet qui est désormais en charge de cette fonction, par ailleurs docteur en médecine et en biologie humaine. Cette agence est le fruit de la fusion de trois organismes dans un effort de coordination simplifiée et d’efficacité grandie. En médecine, cela peut sauver des vies.

Un nouveau président

La nomination de Lionel Collet faisait depuis déjà quelques temps l’objet de pronostics, désormais confirmés. Anciennement président des conseils d’administration de l’InVS (Institut de Veille Sanitaire) et de l’Eprus (Etablissement de préparation aux urgences sanitaires), ce dernier a été désigné le 29 juillet 2016 par décret présidentiel comme le président de l’agence nationale Santé Publique France. Cette agence, créée le 1er mai 2016, est en réalité l’union des trois anciens organismes suivants : l’InVS, l’Eprus et l’Inpes (Institution national de prévention et d’éducation à la santé). Comme l’expliquait Lionel Collet lui-même, cette fusion a bien des avantages : pendant l’épidémie du virus Zika, les trois organismes précédents avaient tous contribués à la résolution du problème dans la mesure de leurs fonctions respectives. Mais cela avait demandé un travail de coordination important qui n’est désormais plus nécessaire dans le cadre d’une unique agence de santé publique. C’est l’opinion qu’il est plus aisé de préserver un continuum de mesures cohérentes à l’intérieur d’un organisme unique qui a donc motivé la création de cette nouvelle agence.

Des synergies

C’est au cours d’une audition devant la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale que Lionel Collet a réaffirmé l’objectif premier de cette jeune agence : il s’agit précisément d’assurer la création de synergies entre les compétences qui autrefois appartenaient à des agences différentes. Ce serait donc par le rapprochement de fonctions différentes mais complémentaires que se manifesteront des effets vertueux dans les processus de travail. Cet effort d’efficience est en réalité une nouveauté susceptible de nous toucher positivement sur le long terme et représente donc une initiative louable et vertueuse en termes de soins. Regroupant en son sein des processus allant de la veille médicale à l’envoi effectif de professionnels sur le terrain en passant par la prévention, cet organisme devient un vecteur d’information dont peut aussi profiter le milieu des soins auditifs. Leur site internet propose d’ailleurs une base d’informations utile sur le thème de l’audition. Le concept de santé auditive progressant peu à peu de nos jours, il est légitime d’attendre de cette agence une contribution sur le sujet. A une époque technologique et hyperactive où le bruit devient omniprésent, il serait en effet regrettable de laisser les troubles auditifs s’installer comme une nouvelle épidémie.

Source : EDP Audio

Publié le
Le gouvernement prend enfin des mesures pour améliorer l’accès aux soins auditifs ! Les arguments des acteurs de l’audition sont entendus.

05/12

ARTICLE SUGGÉRÉ

Le gouvernement prend enfin des mesures pour améliorer l’accès aux soins auditifs

Cela fait déjà plusieurs années que le milieu de l’audition insiste sur les bienfaits du port d’un appareil auditif. Des études scientifiques ont étayé et confirmé ces affirmations de manière non-équivoque, si bien que récemment, l’audition semblait injustement pénalisée malgré sa contribution à la santé collective. Après de grands efforts militants et de prévention, le gouvernement présente enfin des mesures pour améliorer l’accès aux soins auditifs.

Lire l'article
L’Unsaf exprime son indignation devant une vidéo montrant la directrice de la mutuelle Santéclair tenir des propos dégradants pour la profession d’audioprothésistes et rétrogrades en termes de protection sociale.

27/05

ARTICLE SUGGÉRÉ

La directrice de Santéclair tient des propos choquants dans une vidéo de 2012

Hier, l’Unsaf (Syndicat national des audioprothésistes) s’exprimait à propos d’une vidéo récemment dévoilée sur le site internet du Ministère des Finances. Celle-ci montre Marianne Binst, directrice de la mutuelle de santé Santéclair, tenir un discours diffamateur et choquant pour les audios et le monde de l’appareil auditif lors d’un atelier de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) ayant eu lieu en 2012.

Lire l'article