Les patients défendent le numerus clausus des audios

Crédit Photo : Droit-finances.net

Le 16 juin 2016, le Collectif Interassociatif Sur la Santé publiait une note d’étude titrée « Faciliter l’accès à l’audioprothèse ». Dans les conclusions de celle-ci, les patients et utilisateurs défendent le numerus clausus et s’opposent catégoriquement au découplage de la vente et du suivi des appareils auditifs.

« Faciliter l’accès à l’audioprothèse », une note d’étude d’un collectif de patients

C’est le 16 juin qu’est parue la note d’étude « Faciliter l’accès à l’audioprothèse » du CISS (Collectif Interassociatif Sur la Santé), un collectif des patients et des usagers qui regroupe 44 associations intervenant dans le champ de la santé à partir des approches complémentaires de personnes malades et handicapées, de personnes âgées et retraitées, de consommateurs et de familles, et ce depuis 1966.

Dans ce rapport, le CISS identifie d’abord le déficit auditif comme un réel problème de santé publique, avec près de 10% de la population atteinte dont 1/3 renoncent à porter audioprothèse ou implant, faute de prise en charge complète. Puis, la note insiste sur l’importante des appareils auditifs dans le parcours de soins, et du rôle prépondérant du médecin ORL comme de l’audioprothésiste, qui n’est pas seulement chargé de vendre l’audioprothèse adaptée mais assure aussi un suivi personnalisé à long terme. La note comprend également un récapitulatif du coût d’une audioprothèse qui comprend non seulement l’appareil auditif mais aussi la prestation initiale ainsi que le suivi prothétique sur la durée de vie de l’appareil.

2016, une année tumultueuse pour le secteur de l’audioprothèse

En février 2016, l’Autorité de la concurrence s’est autosaisit pour avis de la situation du marché de l’audioprothèse. Cette dernière se préoccupe des prix des appareils auditifs et de la situation de numerus clausus qui limite l’installation de nouveaux audioprothésistes.

En réaction à cette saisine, le Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF) établit des propositions en faveur d’un accès facilitée à l’audioprothèse, pour toute personne atteinte de surdité, quelle que soit sa gravité. Tout d’abord, une offre d’accessibilité doit être créée, disponible chez tous les audioprothésistes, et couplée d’un prix limite de vente. De plus la prise en charge de l’Assurance maladie devrait tripler.

Les propositions du CISS sur le prix des appareils auditifs et pour en améliorer l’accès

Le CISS propose :
– la définition d’un PLV (prix limite de vente) qui correspondrait au tarif forfaitaire de responsabilité (base de remboursement de l’Assurance maladie
– se méfier des mesures visant à libérer le numerus clausus, qui sous prétexte de vouloir réguler les prix par augmentation de la concurrence, pourrait avoir un effet pervers, citant l’exemple selon eux « désastreux » de l’optique ;
– éviter à tout prix le découplage du bien (appareils auditifs) et du service d’audioprothèse (suivi) qui aurait des effets inflationnistes et risquerait de provoquer le renoncement au suivi pour les patients au budget serré, au prix de l’efficacité thérapeutique du traitement.

Publié le
Les aides auditives gagnent une place importante dans nos vies, participer à quelques conférences et workshops peut être l'occasion d'en apprendre plus.

19/07

ARTICLE SUGGÉRÉ

Quelques rendez-vous à venir

Les appareils auditifs gagnent une place importante dans nos vies dès lors que c’est sur elles que repose notre qualité d’écoute et de communication. L’on peut légitimement être curieux des évolutions et de l’actualité dans ce domaine. Vous trouverez ci-dessous trois rendez-vous à venir qui pourraient vous intéresser ; tous concernent le domaine de l’audition.

Lire l'article
A l’occasion des 40 ans d’anniversaire de la première implantation cochléaire, nous revenons sur ces inventeurs qui ont changé des vies.

07/10

ARTICLE SUGGÉRÉ

Il y a 40 ans était réalisée la première implantation cochléaire

Les progrès récents de la médecine sont remarquables, et des milliers de gens en bénéficient désormais en France. Les appareils auditifs et les implants cochléaires ont eux aussi connu d’importantes améliorations ces dernières années, et il parfois impressionnant d’observer le chemin parcouru. Il y a 40 ans, la première implantation cochléaire était réalisée.

Lire l'article