L’évolution de la profession d’ ORL d’après les statistiques de la Drees

Crédit Photo : Sossanita

La Drees publie chaque année un ensemble de statistiques relatives aux professions de santé. Il est alors possible de faire un état des lieux, de mesurer la croissance d’effectif dans chaque profession et cela selon certaines variables. Etre au courant des évolutions professionnelles, c’est aussi avoir une idée de la manière dont change la médecine et d’imaginer les consultations de demain. Nous nous intéressons ici aux ORL.

Le nombre d’ORL en France

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a recensé en date du 1er janvier 2016 un nombre de 3 076 ORL en France. En métropole, les ORL (oto-rhino-laryngologiste) sont 3 008, soit pas moins de 98% du nombre total en France. L’année précédente, 3 054 ORL en activité avaient été recensés. Nous constatons donc une faible hausse d’effectif dans la profession, de 0,7% plus précisément. Cependant, plus que la proportion de cette hausse, le point notable est davantage qu’il y a bel et bien croissance, à l’inverse de la tendance à la baisse entre 2014 et 2015. Rappelons que les ORL sont les seuls à pouvoir délivrer un traitement médical ou chirurgical et incarnent donc un rouage central dans l’apport de soins auditifs. La délivrance d’une prothèse auditive nécessitant une prescription médicale, le maintien de cette profession en France n’est pas sans importance. En ce sens, il est intéressant de regarder plus en détail leur répartition géographique afin d’estimer à quel point les soins auditifs sont accessibles.

Des disparités entre régions

Comme pour toute profession, les ORL ne sont pas répartis uniformément sur le territoire. Cependant, il existe des disparités plus ou moins fortes entre régions. Dans l’ensemble, la profession présente une densité de 4,6 médecins ORL pour 100 000 habitants. Ainsi, les franciliens ont un accès privilégié à ce service médical avec une densité de 6,6 médecins ORL pour 100 000 habitants, tout comme les habitants de la région PACA avec une densité de 6,3. Logique inverse pour ceux des Hauts-de-France et des Pays-de-la-Loire avec respectivement des densités de 3,3 et 3,5 médecins ORL pour 100 000 habitants. En comparaison avec l’année précédente, ces informations sont sensiblement identiques.

L’ORL d’aujourd’hui

En termes d’âge moyen, le médecin ORL se situe à 53,2 ans. C’est 40% des ORL qui appartiennent à la catégorie des 55 à 64 ans ; moins de 18% ont un âge inférieur à 40 ans. Sans un rajeunissement prochain de la profession, l’on peut deviner une pénurie d’ORL dans les prochaines années. Par ailleurs, le faible taux de femmes est un autre point saillant de la profession. Seulement 25% des médecins ORL sont des femmes. Cependant, de plus en plus, le métier d’ORL se féminise ; par ailleurs, ces femmes représentent en grande partie la jeunesse de cette profession.  Elles ont en effet un âge moyen de 46,3 ans, soit près de 9 ans inférieur à celui des hommes (55,4 ans). Enfin, 38% des femmes ORL ont moins de 40 ans. La différence est significative. Rappelons que le métier d’ORL contribue de manière centrale aux soins auditifs, ce sont leurs diagnostics qui orientent nombre de patients vers le port d’appareils auditifs. Dans nos précédents articles, nous avons déjà largement insisté sur l’appareil auditif et ses vertus pour la santé, à la fois actives et préventives. Ainsi, il sera important de continuer à suivre l’évolution de la profession d’ORL durant les prochaines années, d’autant plus que l’audition devient progressivement une préoccupation de premier plan en termes de santé publique.

Source : EDP Audio

Publié le
Le récent sondage GFK révèle une sous-estimation sévère des risques liées à l’audition lors du vieillissement. Les efforts de prévention semblent essentiels.

08/11

ARTICLE SUGGÉRÉ

La perte auditive sous-estimée d’après un sondage GFK

Le vieillissement s’accompagne de préoccupations courantes. Que ce soit problème de vue, réduction des capacités intellectuelles, diminution de l’autonomie ou bien d’autres encore, nous avons tous notre propre idée des risques liés au vieillissement. Un sondage GFK classe ces préoccupations et révèle une sous-estimation de la perte auditive.

Lire l'article