Mouche Ormia Ochracea, son ouïe pourrait aider l’audition humaine

Mouche Ormia Ochracea, son ouïe pourrait aider l'audition humaine- VivaSon

Crédit Photo : Jpaur

De nouvelles études se penchent sur l’ouïe extraordinaire d’une mouche. Ses capacités auditives pourraient bien permettre aux scientifiques de trouver un moyen d’améliorer considérablement l’audition ou, au moins, éviter la perte progressive auditive.

Connaissez-vous l’Ormia ochracea ? Il s’agit d’une mouche très petite vivant dans le sud des USA et au Mexique. Saviez-vous également que ce minuscule insecte possédait une ouïe très fine ? Peut-être l’insecte doté de la meilleure audition. Par la suite de cette découverte, de nombreux chercheurs ont commencé à étudier cette petite mouche jaune.

Le professeur Andrew Mason, de l’Université de Toronto, au Canada, a notamment porté ses recherches sur ce sujet. Le but étant de trouver, grâce aux facultés de cette mouche, une possibilité d’améliorer l’audition humaine ou, tout du moins, d’empêcher la perte auditive. Car bien sûr, la perte auditive est quelque chose d’inévitable. En effet, quand bien même vous avez toujours pris soin de protéger vos oreilles et votre audition toute votre vie, l’âge, qui entraîne le vieillissement des cellules notamment les cellules ciliées (de l’audition), naturellement, est facteur de perte auditive.

En effet, les capacités auditives de cette mouche sont incroyables. Grâce à leurs oreilles très hautes et à leur double tympan, elles peuvent entendre au moins 1000 fois mieux que les autres animaux. Les spécificités auditives avaient d’ailleurs permis aux scientifiques de développer des innovations techniques comme les émetteurs directionnels que l’on retrouve dans les appareils auditifs.

Aussi, la mouche Ormia Ochracea, en plus d’entendre plus que bien, est capable de déterminer d’où celui-ci provient. Ce système de localisation du bruit, fondamental à la survie de l’espèce pourrait bien permettre aux humains de mieux capter les sons lors de conversations bruyantes. Les chercheurs désirent améliorer la façon de percevoir les sons lorsque l’environnement sonore est submergé de bruits. Néanmoins, ce ne sont là que des désirs. En effet, une nouvelle étude à montrer que l’on ne savait pas comment la mouche faisait pour identifier ces sons. Sans ce savoir, il sera difficile de s’inspirer de cette capacité auditive pour améliorer l’audition humaine.

Source : acuite.fr

Publié le

22/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Phonak organise un stage de football pour les jeunes malentendants

Du 19 au 21 août, un stage de football pour les jeunes malentendants et sourds se déroulera en Allemagne, résultant d’une initiative de la marque Phonak et parrainé par le footballeur sourd Simon Ollert. Leur but commun : favoriser le développement des enfants atteints de surdité grâce au sport et les aider à accepter le port de leur appareil auditif.

Lire l'article