Personnes âgées : quelles aides pour financer la perte d’autonomie ?

Personnes âgées : quelles aides pour financer la perte d'autonomie ? - VivaSon

Crédit Photo : Zak

Comme précédemment évoqué dans notre article, vieillir ne se prend pas à la légère. En effet, les capacités physiques régressent et les petites choses du quotidien deviennent plus difficiles à réaliser. Heureusement, des solutions existent !

Avec l’âge, survient de nombreux aléas. En effet, les capacités physiques sont altérées, notamment l’audition. La presbyacousie est la première cause de surdité au monde. Il s’agit d’une perte auditive résultant du vieillissement des cellules auditives. Le port d’un appareil auditif permet d’atténuer cette déficience et de continuer à être autonome. Egalement, de garder une activité sociale. Néanmoins, cela ne fait que ralentir et soulager la perte auditive. Ainsi, le temps fait que de nombreuses personnes deviennent dépendantes et ont besoin d’être accompagnés. Néanmoins, cela un coût.

C’est pourquoi, l’organisme de conseil et d’orientation en maison de retraite, Retraite Plus, fait le point sur les aides mises en place par l’Etat. Celles-ci sont destinées à financer la perte d’autonomie des personnes âgées et à participer aux frais d’hébergement en maison de retraite:

L’APA, la principale aide à l’autonomie

L’APA, Allocation Personnalisée à l’Autonomie est versée dans le cadre d’un maintien à domicile ou d’un hébergement en maison de retraite. Son montant est fixé en fonction du degré d’autonomie et des ressources du demandeur. Pour en bénéficier, il faut  être âgé de plus de 60 ans. Egalement, avoir une perte d’autonomie (classé en GIR 1 à 4).Cette aide permet de régler une partie du tarif dépendance de la maison de retraite en fonction des ressources de la personne.

Les allocations et les aides ponctuelles

L’ASPA, Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées. Il s’agit d’une allocation qui est versée aux personnes âgées disposant de faibles revenus. Pour en bénéficier, il faut être âgé de plus de 65 ans et justifier de ressources inférieures à 800,80 € par mois (ou 1243,24 € pour un couple).
La demande d’ASPA s’effectue auprès de la caisse nationale d’assurance maladie. Cela nécessite de remplir le formulaire Cerfa n°14957*01. Celui-ci est à retirer dans la mairie la plus proche du domicile du demandeur ou auprès de sa caisse de retraite.

La PCH, Prestation de Compensation du Handicap. Cette aide est destinée à rembourser les dépenses liées au handicap. Son attribution dépend du degré d’autonomie, de l’âge, des ressources et du lieu de résidence du demandeur. Pour en bénéficier, il faut avoir une difficulté absolue à réaliser seul une activité. Notamment, les déplacements, l’entretien personnel et les relations avec autrui. Egalement, avoir une difficulté grave pour la réalisation d’au moins deux des activités citées plus haut. Pour en bénéficier, une demande doit être adressée à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

L’ARDH et l’ASIR : deux aides ponctuelles limitées à trois mois, destinées à soutenir financièrement les personnes âgées qui traversent une situation difficile :

  • L’Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH) : destinée à faciliter le retour d’un retraité après un passage en établissement de santé.
    • L’Aide en Situation de Rupture (ASIR) : aide attribuée lors de situations de rupture (déménagement, décès…).

Pour en bénéficier, il faut : Avoir été confronté à une situation de rupture ou une hospitalisation au cours des 6 derniers mois. De plus, il faut adresser une demande à sa caisse de retraite ou aux services sociaux de l’hôpital. Les montants : Le plan d’aide est personnalisé et plafonné à 1800€. Enfin, la participation du bénéficiaire peut varier de 10 à 73% en fonction de ses revenus.

Il existe encore de nombreuses aides  dont l’APL, l’ALS, l’obligation alimentaire et l’aide sociale à l’hébergement. Pour en savoir plus sur ces aides, rendez-vous sur le site : https://www.retraiteplus.fr/

 

Publié le
Le bracelet Unitact est un outil de communication destiné à faciliter la communication entre malentendants et normo-entendants, ou entre malentendants.

08/12

ARTICLE SUGGÉRÉ

Un bracelet pour aider les sourds et les malentendants à communiquer

Le dialogue est depuis toujours un des piliers de notre société. Mais aujourd’hui, nous interagissons sans cesse avec notre environnement et quantité d’individus, s’exprimer correctement est plus que jamais un fort prérequis pour s’épanouir. Pour les sourds et les malentendants, la difficulté à communiquer est une entrave bien connue et peut être l’origine d’un isolement social. Afin de lutter contre cet isolement, Interson Protac propose un bracelet de communication.

Lire l'article
Guerre du volume : la course à la musique la plus forte

26/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

La « guerre du volume » détruit nos oreilles … et la musique

Guerre du volume ? Quel phénomène se cache derrière ce terme évocateur ? L’expression vient de l’anglais « Loudness War », qui désigne avec un regard critique la pratique de l’industrie musicale à réduire les variations de volume de sonore afin de donner l’impression d’un volume général plus important. Focus sur ce phénomène nuisible à notre audition, qui pourrait tous nous conduire à porter des appareils auditifs à long terme.

Lire l'article