La perte de l’audition

La perte de l’audition

Le système auditif est fragile et complexe. Il vieillit et s’use naturellement. Différents types de déficiences auditives peuvent survenir et les causes de ces pertes sont multiples mais les progrès de la science permettent de mieux les comprendre aujourd’hui. Il est toutefois primordial de réagir dès les premiers signes d’un affaiblissement de l’ouïe.

La presbyacousie

Dans 80% des cas, la baisse de l’audition est due à la presbyacousie. La presbyacousie est un vieillissement naturel du système auditif, comparable à la presbytie pour la vue. Ce phénomène signifie que le système auditif devient moins performant avec l’âge. Au fil des années, de façon très progressive, certaines cellules de l’oreille interne disparaissent. Petit à petit nous perdons la perception de certains sons qui permettent une bonne compréhension des mots.

D’où une prise de conscience difficile car la plupart des troubles de l’audition arrivent sans choc brutal. En effet, une personne ayant déjà une baisse importante de son audition peut ne pas se rendre compte de son trouble lorsqu’elle se trouve dans un milieu peu animé. Elle ne ressent réellement une gêne que dans des milieux plus animés par exemple lors de réunions familiales, au restaurant, au cinéma, au théâtre …

Aujourd’hui, ce phénomène se corrige parfaitement et de plus en plus de personnes profitent des bienfaits de l’audition numérique.

Les autres causes de la baisse de l’audition

Au-delà de la presbyacousie, il existe d’autres causes pouvant entraîner une diminution des capacités auditives.

   

  • Liées au travail : exercice professionnel dans des milieux bruyants

 

  •  Liées aux loisirs : chasse, concerts et balladeurs… l’écoute de la musique à fort volume par les jeunes générations est un phénomène relativement nouveau qui provoque des troubles auditifs de plus en plus précoces

   

  • Héréditaires (otospongiose)
        . Maladies infantiles (otites à répétition, oreillons …)
        . Stress intense (perte d’un proche…)

En dessous de 20dB de perte, l’audition est considérée comme normale. Au dessus, on parle de formes de surdité, de légère à profonde (au-delà de 90dB de perte).

Le premier risque d’une mauvaise audition est le repli sur soi-même. En effet, une baisse d’audition nuit à notre relation aux autres. La fatigue qu’implique la nécessité de fournir un effort continuel pour suivre une conversation conduit inévitablement au repli sur soi-même et, à terme, à l’isolement. Les autres finissent également par se lasser d’avoir à répéter sans cesse les mêmes choses.

Ne vous éloignez pas de ceux que vous aimez ! En décidant de mieux entendre, vous retrouverez le plaisir de bien communiquer avec votre entourage et de partager tous les bons moments de la vie…

De plus une mauvaise audition accroit la fatigue, l’agacement, l’irritabilité… Les effets d’une mauvaise audition sur notre comportement sont largement sous-estimés. Retrouver une bonne audition, c’est être sûr de retrouver un bon équilibre.

Dédramatisez !

Ne refusez pas d’agir et prenez votre bien-être en main ! Mal entendre ne veut pas dire être sourd mais seulement avoir certaines difficultés de compréhension. On n’est pas sourd lorsque l’on porte des aides auditives. Dirions-nous que l’on est aveugle lorsque l’on porte des lunettes ? Alors agissez ! La baisse d’audition n’est pas une fatalité : des solutions extrêmement discrètes, performantes et à des prix abordables existent, ne passez pas à côté de cette opportunité !