Les métiers les plus exposés à la perte de l’audition

Crédit Photo : Inrs Santé et Sécurité au travail

Certains lieux de travail où le volume sonore est élevé en permanence et certains corps de métiers utilisant des outils particulièrement bruyants la cause d’une dégénérescence auditive progressive quasiment inéluctable. Les ouvriers, les pompiers, les agriculteurs ou encore les musiciens sont très régulièrement exposés à de fortes nuisances sonores bien supérieures aux normales tolérées dans les bureaux et ainsi multiplient leur chance de devoir porter un appareil auditif.

Quel danger pour l’audition ?

Certains lieux de travail ont tendance à démultiplier le bruit et à faire de l’environnement sonore un véritable cauchemar pour l’audition. De nombreux métiers utilisent des outils de travail très bruyant. Le risque est évidemment la dégénérescence auditive. Un homme ayant travaillé plus de 10 ans dans un environnement très bruyant sera 3,8 fois plus sujet, en moyenne, à la perte de l’audition et aura donc plus de chance de devoir porter un appareil auditif ou une prothèse auditive. Les ouvriers, les pompiers, les agriculteurs ou encore les musiciens sont quotidiennement exposés à de forte nuisance sonore.

Les métiers à risque

Une étude allemande  effectuée en avril 2016 a démontré que les musiciens professionnels se rendant en studio et ceux jouant dans des orchestres aurait 4 fois plus de risques de développer une surdité complète avant l’âge de 70 ans. Ils ont donc beaucoup plus de chance de porter un appareil auditif qu’une personne travaillant au sein d’un bureau classique ou encore en open space. En plus des musiciens, les ouvriers sont aussi exposés lors des chantiers de constructions ou encore dans les carrosseries/mécaniques à un niveau sonore bien supérieur à la normale.  Ils seraient 95% à être exposés quotidiennement à une sonorité très élevée et donc ressentes des sifflements ou bourdonnements à la fin d’une journée de travail. Les pompiers et les agriculteurs ne sont pas épargnés non plus. En effet, les bruits des machines, des sirènes ou encore des moissonneuses ou des tracteurs pour les agriculteurs sont bien supérieurs aux 90 décibels tolérées. Ce qui entraîne dans la majorité des cas une dégénérescence auditive prématurée.

Des solutions adaptées pour contrer la perte de l’audition

Aujourd’hui de nombreuses solutions adaptées à chaque métier. Par exemple des bouchons d’oreilles protecteurs ou encore des casques. Pour trouver ces solutions auditives il est impératif de se renseigner auprès d’un médecin ORL qui vous redirigera si besoin vers le spécialiste adéquate (audioprothésiste, orthophoniste, pharmacien). En cas de début de perte auditive ou de troubles déjà plus graves, les prothèses auditives peuvent améliorer le confort des patients dans leur vie quotidienne et ralentir la perte de l’audition additionnelle. N’hésitez pas à vous rendre dans un centre VivaSon pour réaliser un test auditif préalable gratuit !

Sources : Inrs Santé et Sécurité au travail

Publié le

27/01

ARTICLE SUGGÉRÉ

Soulager ses acouphènes par la musique

Outre les traitements médicamenteux, physiologiques et l’utilisation d’un appareil auditif, les acouphènes peuvent être soulagés par la musique. Plusieurs études ont prouvé que l’usage d’un générateur de bruit est bénéfique au traitement des acouphènes.

Lire l'article
Outre le port d'appareils auditifs, le bruit des vagues peut aider à soulager les acouphènes en détournant l'attention du malade de son trouble.

02/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Le son des vagues pour soulager les acouphènes

Environ 15% de la population française est ou sera sujette aux acouphènes à un moment ou à un autre de sa vie, que ce soit de manière permanente ou passagère. Sifflements ou bourdonnements, les acouphènes se traduisent par la perception d’un son aigu et persistant qui n’existe pas dans l’environnement. Guérir de ce « bruit fantôme » grâce à la médecine ou la technologie n’est pas encore possible, mais les appareils auditifs ainsi que l’écoute d’autres bruits distrayants peuvent soulager ce trouble.

Lire l'article
C’est bien connu, écouter de la musique ou entendre des sons de volume trop élevé peut dégrader sensiblement notre audition. Cependant, savons-nous réellement mesurer les risques ou détecter dans les faits les situations dangereuses ?

08/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Des habitudes à risque pour la jeunesse

La musique est un plaisir répandu, c’est un fait. Et comme pour toute chose qui concerne le plaisir, l’intensité est bien souvent recherchée. Certains diront bien-sûr qu’apprécier la musique tient davantage à la qualité plutôt qu’à la puissance sonore, et ils n’auront pas tort. Ceci dit, particulièrement chez les plus jeunes d’entre nous, les volumes élevés font partie intégrante de l’expérience musicale et cela peut présenter quelques dangers.

Lire l'article