Phonak publie une étude sur le rapport entre perte auditive et dépression

Crédit Photo : Lorio.eu

Le fabricant d’appareils auditifs Phonak a récemment publié les résultats d’une étude sur le lien entre perte auditive et dépression. Celle-ci démontre d’une part l’impact fortement négatif des troubles de l’audition sur le bien-être et la corrélation direct entre perte de l’audition et dépression. D’autre part et de manière encourageante, l’étude met l’accent sur l’efficacité des aides auditives dans l’amélioration de la qualité de vie des malentendants notamment par la disparition de la sensation d’isolement qu’ils peuvent ressentir.

Une corrélation évidente entre perte auditive et dépression

Selon l’étude, 8 personnes souffrant d’altération de l’audition et non-appareillées sur 10 seraient exposés à des troubles dépressifs majeurs. Plus d’un tiers de ces personnes se sentiraient régulièrement rejetées dans leurs interactions sociales. En effet, les individus malentendants vivent parfois leur trouble comme un handicap honteux et peuvent avoir des difficultés à maintenir une vie sociale active. Le temps consacré aux loisirs et aux sorties diminuent avec la confiance en soi, et le sentiment d’exclusion entraîne l’individu à se replier sur lui-même. Les femmes âgées de plus de 70 ans seraient davantage touchées puisqu’appareillées ou non, 12 environ déclarent se sentir déprimées.

Les aides auditives diminuent les risques

L’étude Phonak n’est pas fataliste pour autant : 96% des patients appareillés interrogés affirment que leur appareil auditif améliore considérablement leur qualité de vie. En effet, les aides auditives rétablissent une communication normale entre le patient et son entourage, ou du moins diminuent considérablement les difficultés de communication de celui-ci. Se sentir écouté, autant dans la vie personnelle que professionnelle, procure un sentiment de sécurité et d’assurance et est donc essentiel pour l’épanouissement personnel et l’estime de soi. De plus, la démarche qui permet d’obtenir une aide auditive implique forcément un accompagnement par des professionnels de santé et éventuellement la confrontation avec des pairs également atteints de surdité.

La combinaison des améliorations effectives de l’ouïe grâce aux appareils auditifs et des interactions qui ont lieu chez l’audioprothésiste par exemple, limitent donc les troubles dépressifs chez les personnes atteintes de surdité grâce à l’amélioration de leur capacité de communication et une acceptation facilitée de leur handicap.

Source : Ouïe Magazine

Publié le
Selon une étude réalisé par le cabinet d’audit Ernst & Young, le coût social du bruit en France s’élèverait à 57 millions d’euros par an !

15/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Le bruit coûte chaque année 57 milliards d’euros à la société

L’augmentation des troubles auditifs et de la surdité acquise est un fait constaté. Notre mode de vie urbain, qui favorise le bruit, en est le principal responsable, et conduit de nombreuses personnes à recourir au port d’appareils auditifs. Ainsi, selon une étude réalisé par le cabinet d’audit Ernst & Young, le coût social du bruit en France s’élèverait à 57 millions d’euros par an !

Lire l'article