Pourquoi n’aimons nous pas notre voix ?

Crédit Photo : Breakdown Services

Il vous est sans doute déjà arrivé d’entendre votre voix dans un enregistrement audio ou vidéo. Si elle vous a semblé étrange et peu familière, vous n’êtes pas le seul dans ce cas, car ce phénomène a une explication scientifique.

Propagation aérienne, propagation osseuse

Nous n’entendons jamais notre voix comme les autres nous entendent, car les « canaux » d’audition ne sont pas les mêmes. En effet, lorsque nous parlons, la propagation du son est aérienne, c’est-à-dire que les sons sont transmis au tympan, qui font vibrer les osselets. Ces vibrations se retrouvent dans la cochlée, qui va transformer ces signaux sonores en signaux électriques intelligibles pour le cerveau.

Mais ce n’est pas le seul moyen de propagation du son. En effet, nous percevons aussi les sons « de l’intérieur » lorsque nous parlons, grâce à nos os.  Ceci est dû au fait que la production d’un son nécessite la contraction de plusieurs muscles, dont le larynx. Ces contractions sont à l’origine de vibrations, allant du cou jusqu’au crâne et à la cochlée. C’est notamment la voie qui est utilisée par les appareils auditifs à conduction osseuse. Ces derniers se caractérisent par le fait que le son, au lieu d’être transmis par un écouteur sous forme d’une onde sonore aérienne, est converti en signal vibratoire qui se propage via les os du crâne directement dans l’oreille interne.

Une voix plus aiguë

Ainsi, lorsque nous écoutons notre voix sur un enregistrement, c’est comme s’il nous manquait une partie de l’information sonore que nous percevons lorsque nous parlons, car les sons entendus via la propagation osseuse sont inexistants. Notre voix nous semble généralement plus aiguë sur un enregistrement, car la caisse de résonance que constitue notre crâne n’atténue plus la fréquence des vibrations. Cela explique aussi pourquoi certains chanteurs mettent leur main en forme de conque sur l’oreille. Ils peuvent ainsi percevoir plus facilement les hautes et les basses fréquences de leur voix.

Mais rassurez-vous : si vous avez du mal à vous habituer au son de votre voix dans un enregistrement, sachez qu’une étude montre que votre entourage préfère votre voix avec le son qu’ils entendent plutôt que celui que vous entendez !

Source : Atlantico

Publié le
La formatiion des audiorpothésistes pour bien connaître les appareils auditifs

13/04

ARTICLE SUGGÉRÉ

La formation des audioprothésistes

Un audioprothésiste n’est pas un vendeur d’appareils auditifs. En tant que véritable professionnel de santé, sa vocation est d’accompagner les patients dans la démarche d’appareillage qui rétablira leur confort auditif. Ainsi, un diplôme d’Etat délivré à l’issue d’une formation sélective de 3 ans est nécessaire pour exercer.

Lire l'article
Misophonie : quand les sons deviennent un enfer

08/04

ARTICLE SUGGÉRÉ

La misophonie ou la haine des sons

Vous vous hérissez lorsque quelqu’un froisse du papier d’aluminium, vous ne supportez pas le bruit d’une craie sur un  tableau noir ou le son de la mastication des autres vous exaspère ? Il est tout à fait normal de ne pas apprécier certains sons, mais lorsque l’agacement se transforme en haine impossible à surmonter, on parle de misophonie. Ce trouble neuropsychiatrique se caractérise par une véritable aversion pour certains sons, extrêmement dérangeant dans le quotidien des individus touchés.  

 

Lire l'article
Appareil auditif pour tous : une économie de 1,7 milliards €

23/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

Appareiller tous les malentendants de France représenterait une économie de 1,7 milliards d’euros

La semaine dernière, le 38ème Congrès des audioprothésistes rassemblait des professionnels de l’audition divers et variés pour échanger sur les avancées techniques permettant d’améliorer la vie des malentendants. Lors des conférences organisées, une étude inédite révélant le prix des troubles auditifs pour la sécurité sociale fut présentée, montrant clairement que l’appareil auditif pour tous serait un gain énorme pour la société, d’un point de vue économique et sanitaire.

 

Lire l'article