Vers plus de transparence des prix des appareils auditifs

Crédit Photo : Rtl.fr

Les prix des appareils auditifs varient énormément entre les audioprothésistes et il est difficile pour les patients de s’y retrouver. Comment faire la part des choses entre la qualité du produit, ses capacités de correction de l’ouïe et le service paramédical fournit par l’audioprothésiste, qui doit être avisé et professionnel ? Le ministère de la Santé prévoit de clarifier la nomenclature des appareils auditifs afin de lutter contre l’opacité des prix.

La question polémique de Franck Gilard sur le prix des appareils auditifs

C’est lors de la séance publique du mercredi 8 juin 2016, à l’occasion des « Questions au gouvernement », que le député Franck Gilard, partisan des Républicains (ex-UMP, Union pour un Mouvement Populaire), a interpellé le gouvernement au sujet de la situation des malentendants face au prix des appareils auditifs.

Franck Gilard constate : « au-delà de 55 ans, un Français sur deux a des troubles de l’audition, proportion qui tend à s’accroitre inexorablement avec le vieillissement de la population ». Il cite les rapports de l’Inspection générale des affaires sociales, de l’UFC – Que choisir et de la Cour des comptes, décrivant ainsi « un marché en croissance rapide mais opaque et peu concurrentiel ». Le député mentionne aussi le reste à charge trop important dans le prix des appareils auditifs : de 59 à 86% en moyenne selon la mutuelle,  l’Assurance maladie ne prenant en charge que 9% du coût des appareils auditifs. Ainsi, M. Gilard déplore qu’une grande partie de la population ne puisse s’équiper ainsi que l’augmentation des inégalités en matière de santé. Il pose finalement la question suivante à Ségolène de Neuville, la secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l’exclusion : « Que compte faire le gouvernement afin de résorber le non équipement d’au moins 2 millions de malentendants ? »

Réactualiser la nomenclature des audioprothèses pour plus de transparence pour les patients

Ségolène de Neuville répond à cette question en commençant par rappeler les différents dispositifs de remboursement, qui peuvent aller jusqu’à un remboursement total du prix des appareils auditifs, dans le cas de la CMU-C (Couverture maladie universelle complémentaire) par exemple. Puis, elle reconnait que le marché de l’audioprothèse présente des incohérences puisque le prix des appareils auditifs peut varier du simple au double en fonction des centres d’audition. Ainsi, elle annonce un projet de réactualisation de la nomenclature des appareils auditifs, pour plus des transparence des prix et une clarification du lien entre le prix et les performances d’un appareil auditif.

Il est vrai qu’il est difficile de s’y retrouver pour les patients, entre les différentes enseignes qui fournissent différents services et affichent différents prix, les différentes marques d’appareils utilisant une technologie de pointe. Chez VivaSon, la transparence des prix est un impératif, c’est pourquoi nous affichons clairement nos tarifs et les caractéristiques de chaque appareil auditif, tout en vous offrant un service professionnel et humain.

Source : Site de l’Assemblée Nationale

Publié le

22/04

ARTICLE SUGGÉRÉ

16e Journée Nationale de l’Audition

Après avoir reçu la visite de près de 250 000 personnes l’année dernière, la 16e Journée Nationale de l'Audition se tiendra partout en France le 14 mars prochain. Cet événement majeur dans le monde de l’audition réunit chaque année audioprothésistes, mutuelles, écoles…....

Lire l'article