Retour sur le succès d’Olivier Ferber

Crédit Photo : Red Oak Legal

Revenons sur le succès récent d’Olivier Ferber, étudiant à la faculté de pharmacie de Nancy. Récompensé en mars  par le Collège national d’audioprothèse, ce dernier a réalisé un travail qui n’est pas sans importance pour l’avenir des soins auditifs. Le son binaural, au centre de cette étude, aborde la subtile qualité de la perception humaine et représente un potentiel d’amélioration tant des appareils auditifs que des techniques de rééducation.

Une récompense pour un bon travail

C’est le 19 mars, à l’occasion de la 38ème édition du congrès des audioprothésistes, qu’Olivier Ferber reçoit sa récompense pour la rédaction d’un mémoire de fin d’étude intitulé « Audioprothèse et son 3D: étude et application du son binaural à un dispositif de rééducation auditive » ; de quoi peut-être déboussoler ceux d’entre nous qui ne sont pas experts en audition. Désormais lauréat du Collège national d’audioprothèse, il offre ainsi à son étude et au thème qu’il a traité une visibilité plus grande. Cet étudiant a mis au point un outil d’audio-training destiné à entraîner le système auditif des sujets malentendants dans le but d’aider ces patients à percevoir les sons dans l’espace tout en ayant recours à une aide auditive. La perception des sons dans l’espace représente en réalité un tri sélectif de l’environnement sonore améliorant sensiblement la compréhension des paroles et des bruits. Ainsi, lorsque nous regardons un film par exemple, une retransmission stéréophonique normale des sons ne permet guère de capter toutes les finesses dont est capable une oreille en bonne santé ; c’est ici qu’intervient donc les sons binauraux, afin d’intégrer des scènes auditives à 360 degrés. A l’origine de cet effort de recherche, Olivier Ferber souhaitait aider les personnes malentendantes appareillées au quotidien ; au centre de cette problématique se trouve précisément la difficulté des patients à entendre dans un environnement bruyant. Ce travail des sons dans l’espace a été reconnu comme une approche de valeur afin de répondre à ce problème.

Un entrainement auditif

Un tel entrainement stimule le cortex auditif du patient en lui donnant des sons à décoder. Comme l’explique Olivier Ferber, le patient ainsi n’a pas besoin d’installer de système sonore complexe servant à spatialiser le son, son cerveau auditif est progressivement entraîné à domicile afin de développer des mécanismes naturels. Une étude clinique a été menée dans le but d’objectiver la contribution des écoutes en son binaural, les résultats retirés tendent à confirmer l’intérêt de la pratique. L’étudiant ajoutait donc : « l’entraînement auditif en son binaural semble être un outil prometteur dans les processus de réhabilitation de l’audition ». La reconnaissance de son travail est pour l’étudiant la concrétisation heureuse de deux années de recherche mises au service de l’innovation des pratiques en soin auditif.

 

Source: EDP Audio

Publié le

22/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

Le syndrome de Turner et ses répercussions sur l’audition

Le syndrome de Turner est une maladie génétique rare qui survient lors d’une naissance féminine sur 2500. Provoquée par l’absence d’une partie ou de la totalité du second chromosome sexuel X, celle-ci a des répercussions physiques très importantes sur la croissance des organes. Les système auditif lui-aussi est touché, ce qui multiplie les risques de trouble auditif pour les femmes atteintes du syndrome de Turner, qui peuvent, comme tout autre malentendant, avoir recours aux appareils auditifs.

 

Lire l'article
Des chercheurs taïwanais ont réalisé une étude établissant un lien encore inexpliqué entre ostéoporose et perte auditive soudaine.

21/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Un lien établi entre ostéoporose et perte auditive soudaine

Les personnes atteintes d’ostéoporose - maladie entraînant une fragilité excessive du squelette due à une diminution de la masse osseuse et à l'altération de la micro-architecture osseuse - seraient deux fois plus susceptibles de développer une déficience auditive soudaine que celles qui n’en souffrent pas.

Lire l'article