Signily, le clavier virtuel qui restitue le langage des signes

Crédit Photo : Le Figaro

Le langage écrit est parfois limité : pour preuve, combien d’entre nous se sont déjà senti frustrés de ne pouvoir exprimer justement leur émotion lors d’une discussion par mail, messagerie instantanée ou SMS ? Et si nous utilisions le langage des signes pour communiquer nos sentiments ? Depuis peu, l’application Signily permet de répliquer les gestes de la langue des signes américaine (ASL) par message.

Communiquer à l’écrit, pour les sourds comme les malentendants, les porteurs d’appareils auditifs ou non, s’avère parfois délicat : comment signifier de manière brève et explicite la joie, la colère, la tristesse, l’enthousiasme ? L’apparition des émoticônes, maintenant présents sur nos claviers, nous aident souvent à exprimer un sourire, un rire, des pleurs ou encore de la colère à nos interlocuteurs. Créés en 1998 par le japonais Shigetaka Kurita, ces petits pictogrammes souvent en forme de visages facilitent la communication électronique en l’imageant.

Les personnes sourdes ou malentendantes ont l’habitude, encore plus que les autres, de communiquer par message texte ou e-mail. Cependant, elles confient que les mots ne sont pas suffisants pour traduire tout le vocabulaire langage des signes, de la même manière qu’ils sont insuffisants pour traduire complètement le langage oral. Les applications qui permettent de se voir en téléphonant, comme Skype ou Facetime, permettent en partie de résoudre le problème, même s’il est difficile dans ce cas d’utiliser ses deux mains pour communiquer.

Ainsi, l’association ASLized, qui encourage, répertorie et diffuse la littérature en langage des signes américain (ASL, pour America Sign Language), est à l’initiative de la création du clavier virtuel Signily. Disponible sur iOS et Android pour moins d’un euro, l’application reproduit les signes du langage des signes américain grâce à des images GIF, c’est-à-dire en mouvement.  Grâce à cela, les malentendants peuvent communiquer des expressions aussi clairement que s’ils se parlaient en face à face. Le clavier Signily comprend donc l’alphabet occidental ainsi que les nombres, et y ajoute simplement un répertoire de signes de l’ASL.

Cette initiative est aussi l’occasion pour la communauté sourde américaine de défendre leur langage, sa richesse et son expressivité. Suzanne Stecker, la créatrice de Signily, qui a monté le projet, affirme : « Depuis très longtemps j’écrivais des abréviations en anglais pour exprimer des signes en ASL. Par exemple, écrire « You 8585 » voulait dire « Tu es si bon à dans de ce tu fais ! ». De la même manière, la jeune femme explique qu’elle restituait l’expression « je t’aime » par les signes « \|,,| », en ajoutant : « en ASL, il n’y a qu’un geste pour représenter ces trois mots ; c’est la beauté de l’ASL ».

Aujourd’hui, l’application ne concerne que le langage des signes américains, mais on peut imaginer que très vite, des claviers restituant tous les langages des signes du monde puissent voir le jour. Ce genre d’initiative peut paraître peu significative, mais elle nous rappelle que parfois, l’intention du progrès technologique n’est pas de vendre, mais d’améliorer la qualité de vie des utilisateurs, simplement en leur fournissant un autre moyen de dire « je t’aime ».

Source : Gigaom et Le Figaro

Publié le
Les assistants d’écoute et les prothèses auditives sont deux choses différentes. Le CHU de Nice vient de publier une étude qui explique cette différence.

09/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

Le CHU de Nice étudie l’efficacité d’un assistant d’écoute

Les assistants d’écoute et les prothèses auditives sont deux choses bien différentes. Après la mise en place récente de leur libre accès en pharmacie, le CHU de Nice a publié une étude clinique sur un modèle d’assistant. Cela afin de s’assurer de son efficacité et d’en déduire les avantages ainsi que les conditions d’utilisation qui en font un outil approprié ou non. L’assistant TEO First a ici servi d’objet d’étude.

Lire l'article