Une erreur marketing dans la campagne publicitaire de Sonalto

Crédit Photo : Sumalove

Avec sa nouvelle campagne publicitaire, Sonalto suscite les critiques. Si la vente en pharmacie d’assistants d’écoute est censée faciliter l’accès aux soins auditifs, ces appareils auditifs n’en reste pas moins une solution de moindre qualité en comparaison avec les aides auditives. L’on ne devrait en effet confondre ces appareils. C’est pourtant ce que vient de faire Sonalto dans sa nouvelle campagne, volontairement ou non.

Sonalto : une erreur marketing

Dans sa nouvelle campagne publicitaire, Sonalto désigne ses assistants d’écoute comme des aides auditives. S’agit-il là d’une publicité fallacieuse ou d’une sérieuse erreur de marketing ? On ne peut se prononcer, il n’en reste pas moins qu’une pareille mise en scène induit en erreur, bien trop d’ailleurs pour passer inaperçue. Rappelons-le, les assistants d’écoute sont vendus en pharmacie et ne présentent qu’une capacité limitée. Par ailleurs, ils ne sont en aucun cas spécifiquement adaptés aux oreilles de celui ou celle qui les porte. C’est en ce sens qu’il n’est rigoureusement pas possible de comparer un assistant d’écoute et une aide auditive, cette dernière offrant un service nettement supérieur.

Réactions et turbulences

Cette « étourderie » de Sonalto, fabriquant d’assistants d’écoute, a provoqué de nombreuses réactions, alimentées par la désagréable impression de se faire manipuler. Les réseaux sociaux se sont bien-sûr emparés de l’affaire. Si l’arrêté du 13 août 2014 autorise les pharmaciens à vendre ces produits, il a maintes fois été répété dans le milieu de l’audition qu’un tel amalgame ne doit pas être toléré. La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a d’ailleurs immédiatement saisi l’occasion pour rappeler cette différence. C’est en juillet 2015 déjà que l’institution avait mis à jour sa « fiche pratique de la concurrence et de la consommation » par rapport aux aides auditives. Dans cette fiche, il est clairement mentionné que les assistants d’écoute sont en réalité des amplificateurs de sons, préréglés et d’une puissance maximale de 20 décibels. En ce sens, ces appareils auditifs ne sont pas en mesure de palier les « réelles pathologies auditives » et correspondent davantage à un usage ponctuel. C’est pour cette raison qu’ils sont d’ailleurs délivrés sans ordonnance. Si vous hésitez encore à vous procurer une aide auditive ou un assistant d’écoute, il est peut-être une bonne idée de passer un bilan auditif gratuit dans nos centres VivaSon. Vous saurez dès lors quelle solution vous convient le mieux.

Source : EDP-Audio

Publié le
Avec sa nouvelle campagne publicitaire, Sonalto suscite de sérieuses critiques. L’amalgame entre assistants d’écoute et aides auditives n’est pas tolérable.

31/10

ARTICLE SUGGÉRÉ

Une erreur marketing dans la campagne publicitaire de Sonalto

Avec sa nouvelle campagne publicitaire, Sonalto suscite les critiques. Si la vente en pharmacie d’assistants d’écoute est censée faciliter l’accès aux soins auditifs, ces appareils auditifs n’en reste pas moins une solution de moindre qualité en comparaison avec les aides auditives. L’on ne devrait en effet confondre ces appareils. C’est pourtant ce que vient de faire Sonalto dans sa nouvelle campagne, volontairement ou non.

Lire l'article
D’après l’Agence France Presse, un projet de décret serait en cours, qui prévoit le remboursement minimum de 450 euros par audioprothèse pour les personnes âgées de 65 ans et plus.

27/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Chaque appareil auditif remboursés de 450 euros au minimum

D’après l’Agence France Presse, un projet de décret serait en cours, qui prévoit le remboursement minimum de 450 euros par audioprothèse pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Cette mesure serait un pas en avant pour la démocratisation de l’appareil auditif, une revendication forte des professionnels de l’audition, audioprothésistes et médecins, et ce depuis de longues années.

Lire l'article