Le groupe Sonova progresse mais manque ses objectifs annuels

Lukas Braunschweiler, Président Directeur général du groupe Sonova. Crédit Photo : Association of Management Consultants Switzerland

Le groupe Sonova (anciennement Phonak), annonçait la semaine dernière ses résultats financiers pour l’année précédentes. Légèrement inférieurs aux objectifs, ceux-ci démontraient tout de même une belle croissance et prouvent la pérennité de la firme sur le marché de l’appareil auditif.

Ses objectifs pour 2015-2016 manqués, l’action Sonova perd de sa valeur

Mercredi 18 mai, le titre du groupe Sonova baissait de presque 8%, passant de 138, 70 francs suisses à 128 francs suisses. En effet, les résultats du fabricant suisse d’appareils auditifs pour l’exercice 2015-2016 furent annoncé la veille par le directeur du groupe : ceux-ci étaient légèrement inférieurs aux objectifs, pourtant revus à la baisse.

Selon Lukas Braunschweiler, Président Directeur général, et Robert Spoerry, président du Conseil d’Administration, cette petite contre-performance s’explique de manière raisonnable par une surestimation de la croissance des activités d’implants clochéaires sur le continent américain. De plus, l’entreprise Costco, habituellement cliente de Sonova, décidait cette année de ne distribuer plus que ses propres produits à des prix très concurrentiels.

Sonova, un groupe qui reste néanmoins prédominant sur le marché des appareils auditifs

Depuis le 19 mai, le cours de l’action remonte progressivement (aux alentours de 132 francs suisses aujourd’hui), ce qui montre que la chute brutale du titre ne signifiait en aucun cas une véritable fragilité de la firme. En effet, malgré des résultats en-deçà des attentes, Sonova enregistre tout de même cette année une croissance de 5,8% de son chiffre d’affaire et une croissance organique de 2,2%. De plus, l’acquisition de l’entreprise Hansaton renforce encore davantage sa position sur le marché de l’appareil auditif.

Fabricant d’aides auditives depuis 1947, Sonova (anciennement Phonak) est un véritable spécialiste de la conception et la fabrication de solutions auditives, qui œuvre à la fois sur le segment des appareils auditives et sur celui des implants cochléaires. Le domaine d’activité des audioprothèses est le plus dynamique pour la société puisqu’il constitue plus de 90% de la totalité des ventes (soit 1, 73 milliard d’euros). Sonova est très actif dans les zones européennes, africaines et au Moyen-Orient et se développe également aux Etats-Unis, et plus lentement dans le reste du continent américain, et en Asie. En France, c’est un acteur principal du monde de l’audition car les ventes du groupe dépassent la moyenne pour le marché.

Employant quasiment 11000 personnes dans le monde,  le groupe Sonova, qui vient d’annoncer la nouvelle acquisition d’AudioNova, reste une entreprise solide avec un bel avenir dans le monde de l’audition.

Source : Les Echos et Edp Audio

Publié le
L’Unsaf exprime son indignation devant une vidéo montrant la directrice de la mutuelle Santéclair tenir des propos dégradants pour la profession d’audioprothésistes et rétrogrades en termes de protection sociale.

27/05

ARTICLE SUGGÉRÉ

La directrice de Santéclair tient des propos choquants dans une vidéo de 2012

Hier, l’Unsaf (Syndicat national des audioprothésistes) s’exprimait à propos d’une vidéo récemment dévoilée sur le site internet du Ministère des Finances. Celle-ci montre Marianne Binst, directrice de la mutuelle de santé Santéclair, tenir un discours diffamateur et choquant pour les audios et le monde de l’appareil auditif lors d’un atelier de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) ayant eu lieu en 2012.

Lire l'article
D’après l’Agence France Presse, un projet de décret serait en cours, qui prévoit le remboursement minimum de 450 euros par audioprothèse pour les personnes âgées de 65 ans et plus.

27/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Chaque appareil auditif remboursés de 450 euros au minimum

D’après l’Agence France Presse, un projet de décret serait en cours, qui prévoit le remboursement minimum de 450 euros par audioprothèse pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Cette mesure serait un pas en avant pour la démocratisation de l’appareil auditif, une revendication forte des professionnels de l’audition, audioprothésistes et médecins, et ce depuis de longues années.

Lire l'article