Syndrome d’Usher – Des professionnels répondent à vos questions

Syndrome d’Usher – Réunion d’information

Daniela Rey on Unsplash

Le syndrome d’Usher, aussi appelé le syndrome de Joly,  est une maladie congénitale qui atteint les organes de la vue et de l’ouïe. Ceux-ci peuvent être touchés à différents niveaux de gravité. C’est le docteur Charles Usher qui appréhende pour la première fois, en 1914, le caractère héréditaire de la maladie. Celle-ci, bien que rare, est l’une des premières causes de surdité et de cécité au monde.

Le syndrome toucherait 1 personne sur 50 000 en Europe et en Amérique du Nord. Elle est plus élevée en Allemagne où 1 personne sur 12 500 serait atteinte. Un des symptômes est la surdité bilatérale qui survient dès la naissance, même si celle-ci est souvent diagnostiquée vers 4 ans.  La dégénérescence de la rétine survient progressivement (rétinite pigmentaire) dès  la dixième de l’enfant et mène à la cécité au bout de plusieurs années. Les enfants marchent plus tard que la moyenne en raison des troubles de l’équilibre.

Cette maladie est récessive. Cela signifie que les parents doivent tout deux être porteurs du gène pour pouvoir le transmettre à l’enfant. Selon les différents types d’atteinte par le syndrome, il existe différents moyens de vivre avec la maladie.

Il n’y a pas encore de réel traitement contre la maladie, l’idéal étant de diagnostiquer le syndrome le plus tôt possible afin de pouvoir s’adapter (porter un appareil auditif, un implant, apprendre le brail…). C’est pourquoi de nombreux chercheurs se sont intéressés aux gènes facteurs de surdité et de cécité.

Une réunion d’information se tiendra le 9 décembre 2017, de 10h à 12h30, à l’Institut Imagine. Organisée par la Fondation Voir et Entendre et coordonnée par le Professeur José-Alain Sahel elle s’intègre au projet de recherche hospitalo-universitaire LIGHT4DEAF.  L’inscription est gratuite mais doit se faire avant le 15 novembre en cliquant sur ce lien.

 

Source : Audition–infos.org

Publié le
D’après une étude récente, les troubles auditifs non-traités représentent un sérieux danger pour la santé. Négliger son audition n’est pas une sage décision au vu des résultats publiés.

31/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

Une nouvelle étude met en garde contre les troubles auditifs non-traités

Nous souhaitons tous interrompre la fuite du temps et contrecarrer les plans de la vieillesse. Se maintenir longtemps en bonne santé, préserver sa qualité de vie, voilà quelques espoirs que nous donnent la médecine d’aujourd’hui. Pourtant, il n’est pas sage de se négliger sous prétexte que tant de choses peuvent être soignés. Une nouvelle étude confirme les dangers des troubles auditifs non-traités, il est important d’en prendre note.

Lire l'article

17/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

Phonak publie une étude sur le rapport entre perte auditive et dépression

Le fabricant d’appareils auditifs Phonak a récemment publié les résultats d’une étude sur le lien entre perte auditive et dépression. Celle-ci démontre d’une part l’impact fortement négatif des troubles de l’audition sur le bien-être et la corrélation direct entre perte de l’audition et dépression. D’autre part et de manière encourageante, l’étude met l’accent sur l’efficacité des aides auditives dans l’amélioration de la qualité de vie des malentendants notamment par la disparition de la sensation d’isolement qu’ils peuvent ressentir.

Lire l'article