Le CHU de Nice étudie l’efficacité d’un assistant d’écoute

Crédit Photo : MutuaMBA

Les assistants d’écoute et les prothèses auditives sont deux choses bien différentes. Après la mise en place récente de leur libre accès en pharmacie, le CHU de Nice a publié une étude clinique sur un modèle d’assistant. Cela afin de s’assurer de son efficacité et d’en déduire les avantages ainsi que les conditions d’utilisation qui en font un outil approprié ou non. L’assistant TEO First a ici servi d’objet d’étude.

Une efficacité mise à l’épreuve

Dans un précédent article, nous avions commenté l’autorisation de commercialiser les assistants d’écoute en pharmacie, et nous en avions notamment profité pour affirmer que la démocratisation de tels dispositifs ne représentait pas clairement une démocratisation des soins auditifs. Cette distinction se fonde sur le fait qu’assistants d’écoute et prothèses auditives ne sont pas des termes interchangeables. Analysant l’efficacité de l’assistant d’écoute TEO First, le CHU de Nice propose justement une interprétation claire sur ce thème. Cet établissement a mené une étude clinique sur un ensemble de 31 personnes dont l’âge moyen est de 69 ans, entre le 15 juillet 2013 et le 18 septembre 2014. Le but était de mesurer à la fois l’efficacité et l’acceptabilité de ces dispositifs sur des patients souffrant de presbyacousie.

Des résultats intéressants

Les résultats parus dans BMC Geriatrics révèlent que l’utilisation de cet assistant d’écoute offre 47% de mots captés en plus dans un environnement calme et 50% de mots en plus dans un environnement bruyant. Les effets bénéfiques ne se limitent pas cependant à l’amélioration de l’audition ; récupérer sa capacité à entendre permet aussi de diminuer un ensemble de sentiments négatifs, dont l’anxiété. Mais si l’amélioration des performances auditives est intéressante, l’acceptabilité du dispositif est en revanche relativement faible. Les chercheurs estiment que cette faible acceptabilité tient sans doute au décalage entre attente et réalité, les patients ayant par ailleurs conscience de la performance supérieure des prothèses auditives. D’autres études seront tout de même nécessaires afin de confirmer de tels résultats, notamment sur le long terme. Les conclusions de l’étude admettent ainsi que ces assistants d’écoute seraient à même de faciliter une réhabilitation auditive par son prix abordable et en informant les patients de l’existence d’autres formes de soins auditifs et d’autres appareils auditifs. Il ressort toujours que leur utilisation ne devrait cependant remplacer l’expertise de spécialistes.

Publié le
Le Hein-test visant à diagnostiquer la dégénérescence auditive lancée par l’association FrancePresbyAcousie innove en lançant la première application capable de détecter vos problèmes d’Audition!

07/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Un nouveau souffle pour le Hein-test

Le Hein-test crée en janvier 2009 par l’association FrancePresbyAcousie vise à tester de manière plus ludique et à domicile avec son téléphone votre déficience auditive. Le test amène un diagnostic complet qui permet par la suite d’aller consulter des professionnels qui vous apporteront un traitement adapté (prothèse auditive, appareil auditif). Pour sensibiliser la génération Y à ce problème l’association à décidé de lancer le premier test sur tablette.

Lire l'article
Les assistants d’écoute et les prothèses auditives sont deux choses différentes. Le CHU de Nice vient de publier une étude qui explique cette différence.

09/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

Le CHU de Nice étudie l’efficacité d’un assistant d’écoute

Les assistants d’écoute et les prothèses auditives sont deux choses bien différentes. Après la mise en place récente de leur libre accès en pharmacie, le CHU de Nice a publié une étude clinique sur un modèle d’assistant. Cela afin de s’assurer de son efficacité et d’en déduire les avantages ainsi que les conditions d’utilisation qui en font un outil approprié ou non. L’assistant TEO First a ici servi d’objet d’étude.

Lire l'article