1 million de personnes hésiteraient à se faire appareiller !

1 million de personnes hésiteraient à se faire appareiller !

Crédit photo: Entendre et Comprendre

Le 6 juillet dernier, Guillaume Flahault était sur l’antenne de RMC. Président du Syndicat national des entreprises de l’audition (Synea), créé en 1994, Mr Flahault répondait aux questions de Jean-Jacques Bourdin sur le remboursement des soins auditifs.

Notre population compte 9% malentendants, soit 6 millions de personnes. Pourtant seuls 2 millions de personnes sont appareillées sur les 3 millions appareillables. Pour quelles raisons 1 million de personnes restent donc sans appareils auditifs ? Deux explications sont mises en avant par Mr  Flahault :

L’appareillage ressenti comme une contrainte

Malgré les progrès dans le domaine, l’audioprothèse n’a pas bonne image. Considérée comme gênante, peu esthétique ou stigmatisante certains patients, pourtant diagnostiqués malentendants, ne s’appareillent pas.

Le président du SYNEA espère l’engagement du nouveau gouvernement. Il y a en effet en France un manque de prévention des troubles auditifs. Notamment pour les jeunes à qui il faudrait rappeler l’importance de protéger ses oreilles.

Une autre campagne serait importante : celle à destination des + de 60 ans pour les inciter à se faire dépister. L’accent doit être mis sur le lien existant entre une audition mal soignée et les maladies  cognitives, la dépression et les risques de chutes.

Le prix de l’audioprothèse

Interrogé sur le tarif des audioprothèses appliqué en France, Mr Flahault  souligne qu’il se situe dans la moyenne européenne entre 700 € et 2 000 €.

Là où la France fait figure de mauvaise élève est dans le reste à charge. Un français paierait 1000 € de sa poche alors qu’un allemand débourserait seulement 500€

Le tarif des remboursements des appareils auditifs a été revalorisé pour la dernière fois en 1986. Il est gratuit depuis peu pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle. Le gouvernement promet un remboursement intégral des soins auditifs avant  la fin du quinquennat. Des discussions entre le gouvernement et les professionnels sont à venir ; Les mutuelles seront bien entendu mis à contribution.

Enfin le président de SYNEA a souligné l’excellent travail des audioprothésistes. Peu reconnus, ils  offrent une prestation de service. Ils aident le patient à détecter la pathologie ou le rassurent sur son audition. Si le patient a besoin d’être appareillé l’audioprothésiste le conseille et l’accompagne dans le choix de sa prothèse. Enfin il le suit pour un minimum de 3 rendez-vous pour s’assurer que le patient intègre bien son appareil. La France a d’ailleurs le taux de satisfaction le plus élevé de l’Europe puisque 70%, des personnes appareillées se disent satisfaites.

Publié le
Certaines personnes sont capables de s’accommoder de leurs acouphènes plus aisément que d’autres. Notre cerveau tient une place centrale dans ce phénomène.

23/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’utilisation de notre cerveau affecte nos acouphènes

Le cerveau reçoit et interprète quantité de signaux qu’il délivre finalement à notre conscience. Cette gêne particulièrement handicapante que représente les acouphènes est elle aussi soumise au travail interprétatif du cerveau. Ainsi, au-delà des seules déficiences physiques, c’est aussi le fonctionnement cérébral qui est contributeur de la nature et de l’intensité des acouphènes dont souffre tant d’individus. Une étude récente nous en dit plus.

Lire l'article
Outre le port d'appareils auditifs, le bruit des vagues peut aider à soulager les acouphènes en détournant l'attention du malade de son trouble.

02/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Le son des vagues pour soulager les acouphènes

Environ 15% de la population française est ou sera sujette aux acouphènes à un moment ou à un autre de sa vie, que ce soit de manière permanente ou passagère. Sifflements ou bourdonnements, les acouphènes se traduisent par la perception d’un son aigu et persistant qui n’existe pas dans l’environnement. Guérir de ce « bruit fantôme » grâce à la médecine ou la technologie n’est pas encore possible, mais les appareils auditifs ainsi que l’écoute d’autres bruits distrayants peuvent soulager ce trouble.

Lire l'article