Dépister la surdité à la naissance

Crédit Photo : Pronotocia

Chaque année, entre 1 et 3 nouveau-nés sur 1000 naissent avec une déficience auditive. Cependant, grâce à un dépistage auditif néonatal, la surdité du nourrisson peut être diagnostiquée quelques heures seulement après la naissance. Ce dépistage permet d’assurer un développement optimal de l’enfant, grâce à un diagnostic précoce et à la pose d’un appareil auditif avant l’âge de 6 mois.

Un diagnostic simple et indolore…

L’examen médical permettant de détecter le trouble de l’audition chez le nourrisson est indolore, simple et rapide. Il est généralement effectué sur l’enfant endormi, afin de limiter les bruits de fond qui pourraient gêner la mesure. L’objectif est d’enregistrer les oto-émissions acoustiques (OEA) grâce à une petite sonde placée dans le conduit auditif externe. Les oto-émissions acoustiques sont des sons émis par l’oreille interne en réponse à une stimulation auditive brève. Elles sont le reflet d’une activité spontanée de l’oreille interne, et c’est pourquoi cet examen est dit objectif : il ne nécessite pas la participation du patient.

… qui peut s’avérer insuffisant.

En effet, il faut noter que le résultat de l’examen n’est qu’un « aperçu » de la situation. A l’issue du test, on peut dire si le nourrisson est atteint de surdité ou non, mais la nature, la cause et le degré de cette déficience auditive nécessitent des examens complémentaires pour être déterminés. Les cas de surdité légère ou dont le développement est plus tardif ne peuvent pas non plus être diagnostiqués grâce à ces examens. Il est donc indispensable que les parents restent attentifs tout au long du développement de l’enfant.

Un vrai plus pour le développement de l’enfant atteint de surdité

Ce programme de dépistage est systématique en France depuis 2012, car il permet d’éviter un retard de prise en charge. De plus, il prévoit un accompagnement de la famille via l’apprentissage de la langue des signes, car si la pose d’un appareil auditif est indispensable et améliore grandement la qualité de vie des personnes présentant un trouble de l’audition, leur intégration au monde des entendants et des malentendants via le langage des signes ne doit pas être négligée. En effet, elle permettra un meilleur développement des capacités cognitives du nourrisson.

Source : Sciences et Avenir

Publié le
Les personnes âgées ayant des difficultés à comprendre les conversations n'ont peut-être pas de trouble auditif mais une activité cérébrale différente Vivason

10/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

Activité cérébrale divergente ou déficience auditive, pourquoi les seniors nous font répéter plusieurs fois ?

Il existe une explication à la raison pour laquelle vous avez besoin de faire répéter plusieurs fois votre interlocuteur. Cela ne résulterait pas forcément de votre audition. Des spécialistes ont découvert que les 61-71 ans avaient une activité cérébrale divergente qui rend la compréhension plus compliquée dans des milieux bruyants, et ce indépendamment de la qualité de l’audition.

Lire l'article

17/05

ARTICLE SUGGÉRÉ

Est-ce que la présence d’acouphènes est héréditaire ?

La présence d’acouphènes au quotidien est fortement désagréable. Bien qu’il existe des solutions pour soulager la gêne, comme le port d’un appareil auditif, ce mal ne se soigne pas. Dans l’optique de trouver un traitement aux acouphènes, de nombreuses recherches sont en cours. L’idée étant de savoir si la pathologie est héréditaire, et, si c’est le cas, d’y remédier.

Lire l'article

24/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’utilisation intensive du téléphone représente-t-elle un danger pour vous ?

Les progrès technologiques nous connectent toujours plus les uns aux autres. Cela est particulièrement vrai pour les téléphones, dont les améliorations se sont même intensifiées ces dernières années. Une conséquence de ce progrès technologique n’est autre que notre dépendance grandissante à ce genre d’appareils. Aussi, nous pouvons légitimement nous interroger sur les implications au niveau de notre santé.

Lire l'article