Implant auditif : des chercheurs travaillent actuellement sur une nouvelle génération de neuroprothèses

21-10-2019 - Technologie Par Ben Soussan Audioprothésiste et responsable audiologie

Une équipe de chercheur du laboratoire de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), en collaboration avec les cliniciens du Massachusetts Eye and Ear et de la Harvard Medical School, mettent actuellement au point une nouvelle méthode de conception des neuroprothèses. Cette nouvelle technologie pourrait remplacer les implants du tronc cérébral existants qui ne sont pas toujours adaptés.

Les implants du tronc cérébrale (ABI)

Certaines personnes atteintes de surdité ne peuvent pas bénéficier de prothèses auditives ou d’implants cochléaires, notamment dans le cas d’une surdité de perception dite rétrocochléaire qui se traduit par un dysfonctionnement du nerf auditif reliant l’oreille interne au tronc cérébral.

Les neuroprothèses, appelées ABI (Auditory Brainstem Implants), fonctionnent de façon similaire aux implants cochléaires classiques. Un microphone est placé sur l’oreille et le son capté est traité par un micro-processeur. Il est ensuite transmis au tronc cérébral via des électrodes placées sur les noyaux cochléaires du tronc.

Selon l’EPFL, environ un demi million de personnes dans le monde seraient concernées par ce type de surdité. Seulement, la technologie actuelle des ABI pose certaines contraintes. En effet, ces derniers sont trop rigides et ne parviennent pas à s’adapter à la région étriquée et polymorphe qu’ils sont censés stimuler.

Une solution plus adaptée avec une technique de découpage japonaise

Le nouvel implant est constitué de silicone et d’électrodes en platine, un matériau largement utilisé aujourd’hui en cliniques. Le problème, sa rigidité. Impossible de trop l’étirer au risque de l'endommager. 

Pour palier à cette problématique, l’équipe de chercheurs s’est inspiré d’une technique de découpage traditionnelle japonaise appelée kirigami. Ils ont ainsi taillé des motifs en forme de “Y” dans des feuilles de plastique métalisées. Ils ont effectué cette découpe à l’échelle du micron (ou millièmes de millimètre) en empruntant les techniques de microfabrication des circuits intégrés, et sont parvenus à concevoir un implant très souple, doté d’une haute conductivité électrique.

Cette technologie permettra de mieux adapter les ABI à l’anatomie des patients afin d’assurer l’efficacité des neuroprothèses qui restent peu efficaces aujourd’hui

Sources

N. Vachicouras, O. Tarabichi, V. V. Kanumuri, C. M. Tringides, J. Macron, F. Fallegger, Y. Thenaisie, L. Epprecht, S. McInturff, A. A. Qureshi, V. Paggi, M. W. Kuklinski, M. C. Brown, D. J. Lee, S. P. Lacour, Microstructured thin-film electrode technologyenables proof of concept of scalable, soft auditorybrainstem implants, Science Translational Medicine, 2019

EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne), De nouveaux implants auditifs souples en développement à l'EPFL, en ligne, consulté le 22/10/2019

Surdi-info, Les implants du tronc cérébral, en ligne, consulté le 22/10/2019

Marcel Bensoussan, Audioprothésiste et responsable audiologie
Marcel Ben Soussan
Audioprothésiste et responsable audiologie
Diplômé d'Etat en 2013, Marcel Ben Soussan est un audioprothésiste expérimenté chez VivaSon. En charge de la formation technique des audioprothésistes au sein de l'enseigne et dans les écoles d'audioprothèses, Marcel Ben Soussan est Responsable Audiologie chez VivaSon depuis 2015.

Déposer un commentaire

Les dernières actualités

Contactez-nous
Veuillez remplir vos coordonnées pour envoyer ce message.
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.