160705_bk_vivason_autoriteconcurrence_listeactus.png
160705_bk_vivason_autoriteconcurrence_listeactus.png

L’Autorité de la concurrence mène l’enquête sur le marché de l’audioprothèse

05-07-2016 - Parole d'experts Par Ben Soussan Audioprothésiste et responsable audiologie

Un prix trop élevé des appareils auditifs dû à la pénurie d’audioprothésistes

En septembre, une étude publiée par l'UFC - Que Choisir mettait en évidence les prix trop élevés des prothèses auditives. En effet, seule une personne sur quatre ayant une déficience auditive s'équipe d'audioprothèse en France. Pour des raisons financières, 2,1 millions de personnes doivent renoncer à s’appareiller, soit un taux d'équipement de 32 % contre 41 % au Royaume-Uni. D’après cette étude, ce montant dissuasif serait lié à la pénurie d'audioprothésistes, et c'est pourquoi l'Autorité de la Concurrence a décidé de s'y intéresser. Elle analysera l'impact du numerus clausus d'étudiants en audioprothèse sur la concurrence et le niveau de prix des appareils. Depuis 2015, ce numerus clausus est de 199 étudiants audioprothésistes par an. Le 8 juin 2016, à l’occasion des « Questions au gouvernement », le député Franck Gilard avait déjà interpellé le gouvernement au sujet de la situation des malentendants face au prix des appareils auditifs.

Un marché très concentré qui pourrait être défavorable aux consommateurs

L'Autorité s'assurera que la concurrence puisse jouer sur d'autres paramètres que le prix comme la différenciation technologique des appareils. En effet, si on trouve aujourd’hui une grande diversité d’appareils, allant des audioprothèses aux assistants d’écoute désormais en vente en pharmacie, les audioprothésistes restent les seuls à pouvoir délivrer des soins avancés et spécifiquement compatibles aux maux des patients. Aujourd'hui, 3065 audioprothésistes se partagent le marché français, et quatre fabricants détiennent 80 % du marché mondial. La France compte 6 millions de malentendants, dont la plupart souffrent de presbyacousie, une perte naturelle des facultés auditives due au vieillissement. C’est donc un marché au fort potentiel, qui éveille de nombreux conflits d’intérêt dont les enjeux tendent à faire oublier les premières personnes concernées, à savoir les personnes malentendantes. L'Autorité interrogera l'ensemble des parties prenantes (fabricants, intermédiaires, distributeurs, prescripteurs, consommateurs) et rendra un rapport intermédiaire à la fin de l'été. Ce dernier donnera lieu à une consultation publique, suivie en décembre par l’avis définitif accompagné de propositions d’amélioration.

Source : Le Monde

Marcel Bensoussan, Audioprothésiste et responsable audiologie
Marcel Ben Soussan
Audioprothésiste et responsable audiologie
Diplômé d'Etat en 2013, Marcel Ben Soussan est un audioprothésiste expérimenté chez VivaSon. En charge de la formation technique des audioprothésistes au sein de l'enseigne et dans les écoles d'audioprothèses, Marcel Ben Soussan est Responsable Audiologie chez VivaSon depuis 2015.

Déposer un commentaire

Actualités sur la même thématique

Les dernières actualités

Image
Auracast, la nouvelle expérience audio connectée Bluetooth
22-07-2022 - Technologie Par HADJDAJ Audioprothésiste et responsable audiologie

Auracast, la nouvelle technologie de transmission audio Bluetooth

C’est une petite révolution dans le monde de la connectivité et de l’audition : Auracast est une nouvelle fonctionnalité Bluetooth qui facilite le partage et la diffusion de sources audio. Elle permet à un transmetteur audio de diffuser du son vers un nombre illimité de récepteurs équipés du Bluetooth, situé dans un certain rayon. Parmi ces récepteurs, les aides auditives et les implants cochléaires.
Image
Thérapie génique pour retrouver l'audition : Où en est la recherche ?
09-05-2022 - Médecine et progrès Par Ben Soussan Audioprothésiste et responsable audiologie

Thérapie génique pour retrouver l'audition : Où en est la recherche ?

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), en lien avec la startup Frequency Therapeutics travaillent sur un nouveau traitement : une thérapie génique pour régénérer les cellules sensorielles. Cette approche pourrait en effet freiner le déclin auditif et restaurer l’audition en recréant les cellules auditives perdues. Cela éviterait à de nombreux patients d’avoir recours à un implant auditif.