Vivre avec un trouble auditif

Crédit Photo : Athlètes du bien-être

La plupart du temps, les personnes atteintes de déficiences auditives ne s’en rendent pas compte. Pourtant, les symptômes ne trompent pas! Eprouver des difficultés à suivre une conversation, accuser ses proches de ne pas articuler suffisamment, monter le volume de la radio de plus en plus fort… Ce sont bel et bien les signes précurseurs d’une perte de la faculté auditive.

On distingue de nombreuses origines quant à la perte auditive. Parmi elles, le vieillissement et les maladies, aussi simples qu’une otite par exemple, sont les principales causes de cette déficience. Toutefois, il est à noter que d’autres facteurs peuvent également entrer en compte comme divers traumatismes ou bien une mauvaise prise de médicaments, ce qui est d’ailleurs assez fréquent chez les personnes souffrant d’insuffisance rénale. Pour d’autres, c’est leur patrimoine génétique qui sera mis en cause dans l’apparition d’une surdité précoce ou plus tardive.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, crier pour être compris d’un malentendant est inutile. En effet, chacun d’entre eux souffre d’une déficience auditive qui lui est propre. Ainsi, certains sont plus sensibles aux hautes fréquences, d’autres aux basses fréquences et d’autres encore ne supportent tout simplement pas le bruit et subissent des acouphènes à longueur de journée, c’est-à-dire des bourdonnements internes importants. C’est donc à leur entourage de s’adapter en articulant clairement et en parlant distinctement.

Il faut bien comprendre que les déficients auditifs sont les premiers dérangés par ce handicap. Peu visible, il est très souvent incompris et les personnes extérieures peuvent l’assimiler à une déficience des capacités mentales ou un attardement par rapport aux autres. Les patients concernés se sentent très vite isolés. A partir d’un certain âge, il leur devient très pénible de faire constamment des efforts pour suivre une conversation dans un groupe multi-âge et ils s’excluent automatiquement pour préserver leurs nerfs. Pour les préserver, il faut communiquer en articulant lentement et s’assurer de s’être bien fait comprendre. Vous pouvez consulter notre dossier sur la surdité et la démence pour voir les effets néfastes de l’isolement sur les malentendants.

Publié le
L'écoute trop intensive de musique des adolescents est un facteur bien connu: La future dégénérescence de leur audition inquiète.

08/06

ARTICLE SUGGÉRÉ

Les ados et les écouteurs, quel danger pour leur audition?

Les écouteurs et les casques sont très populaires auprès des adolescents. Cependant ces derniers ne se rendent pas compte qu’avec une écoute trop intensive de ces appareils, ils risquent d’être exposés à des désagréments qui donneront lieu plus tard à une utilisation d’appareils auditifs.

Lire l'article
C’est bien connu, écouter de la musique ou entendre des sons de volume trop élevé peut dégrader sensiblement notre audition. Cependant, savons-nous réellement mesurer les risques ou détecter dans les faits les situations dangereuses ?

22/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

Des habitudes à risque pour la jeunesse

La musique est un plaisir répandu, c’est un fait. Et comme pour toute chose qui concerne le plaisir, l’intensité est bien souvent recherchée. Certains diront bien-sûr qu’apprécier la musique tient davantage à la qualité plutôt qu’à la puissance sonore, et ils n’auront pas tort. Ceci dit, particulièrement chez les plus jeunes d’entre nous, les volumes élevés font partie intégrante de l’expérience musicale et cela peut présenter quelques dangers.

Lire l'article