Un collectif contre la restriction sonore dans les lieux publics

Un collectif contre la restriction sonore dans les lieux publics

Simon Noh on Unsplash

Un collectif s’érige contre le décret 2017-1244 du 7 août 2017 de restriction sonore dans les lieux publics. Le 9 octobre dernier une demande d’annulation du décret a été déposée par le président de la Chambre syndicale des lieux musicaux, festifs et nocturne (ex-CSCAD), Aurélien Dubois. Elle vise à annuler cette réforme et à ouvrir des discussions publiques.

 

Le bruit, les nuisances sonores sont un vrai fléau moderne touchant tout le monde. Les répercussions sur la santé sont colossales et les pouvoirs publics tentent depuis quelques années de sensibiliser l’opinion. Que ce soit au travail ou dans les lieux publics le seuil limite reconnu est de 80 décibels pendant 8 heures. Or sur certains chantiers, dans les lieux musicaux, dans les salles de sport même il est beaucoup plus important. Si le trouble auditif ressenti n’est pas douloureux, ne pas le traiter modifie la façon de vivre. Moins stimulé par les bruits, la vie sociale, le cerveau s’organise autrement. L’activité cérébrale diminue et le vieillissement du cerveau s’accélère. 6 millions de personnes présentent des troubles auditifs en France. Il est donc important que des mesures soient prises pour atténuer les risques de surdité.

 

Pour autant, les signataires de cette pétition comme Jack Lang, Jean-Michel Jarre, Laurent Garnier, Le Rex Club, Solydays, Hellfest, Les Nuits sonores, Techno parade , l’Umih…, jugent cette mesure démesurée. Ce décret serait une atteinte à la créativité musicale française. Pire il représenterait la fin de certains lieux publics. Frappés par ce décret les lieux musicaux, festifs et nocturnes, qu’ils soient ouverts  ou couverts devraient baisser le niveau sonore des spectacles, concerts et autres soirées musicales. Leur fréquentation pourrait s’effondrer. Les gérants seraient de plus obligés de se conformer à d’autres règles et aménagement comme des PLV d’information et de prévention, des salles de repos. Ceci ne serait pas sans coût et difficile à supporter financièrement et techniquement pour les plus petites structures.

 

Le débat sur le bruit et les répercussions sur l’audition n’a pas fini  de se faire entendre.

 

Source : Libération

Publié le

05/01

ARTICLE SUGGÉRÉ

Les analgésiques ordinaires sont nuisibles à votre audition 

Utilisés de manière excessive, les analgésiques augmenteraient les risques de surdité et de défaillance auditive.Utilisés de manière excessive, les analgésiques augmenteraient les risques de surdité et de défaillance auditive, rendant nécessaire le port d'un appareil auditif.

Lire l'article