La perte d'audition : un facteur de risque pour Alzheimer

25-07-2014 - Médecine et progrès Par Ben Soussan Audioprothésiste et responsable audiologie

Contenu mis à jour le 25/01/2021

Bien entendre permet de tenir à distance différentes maladies. L’isolement lié à des pertes de l’audition peut en effet jusqu’à doubler les risques de démence liée à la maladie d’Alzheimer. Des appareils auditifs efficaces facilitent l’échange avec son entourage direct et donc le maintien d’un quotidien actif, riche.

Surdité et troubles cognitifs, un lien évident entre la perte auditive et Alzheimer

Diverses études réalisées ont mis en avant un lien entre les troubles auditifs et Alzheimer. En effet, les problèmes auditifs aggraveraient les symptômes des personnes atteintes par cette maladie. Par exemple, une étude du Groupe de recherche Alzheimer presbyacousie (Grap, 2007) a démontré que la maladie d’Alzheimer était 2 fois et demie plus fréquente chez les personnes souffrant de presbyacousie. Pour rappel la presbyacousie désigne la gêne auditive due au vieillissement naturel de l’oreille interne qui rend très difficile la perception des sons aigus, et qui est extrêmement fréquente à partir de l’âge de 50 ans.

Bien qu’il semble évident à premier abord d’affirmer que la déficience auditive participe à la dégénérescence du cerveau, les chercheurs manquent encore d’études et de résultats concrets pour établir un lien scientifiquement prouvé entre la maladie d’Alzheimer et la surdité. Le Dr Laurent Vergnon, médecin ORL actuellement à la retraite, est pourtant persuadé qu’il y a davantage de cas d’Alzheimer chez les malentendants.

Il souligne que les conséquences de ce phénomène ne sont pas des moindres. En effet, les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer se trouvent, de fait, déjà écartés du monde par leur trouble de mémoire récurrent. Rajouter par-dessus des problèmes de surdité ne fait qu’aggraver la situation et renforcer leur mise à l’écart, car lassés de devoir toujours se faire répéter des phrases, ils finissent par s’isoler tout seul, en se coupant du reste du monde. Selon le Dr Vergnon, on rentre là dans un cercle vicieux où l’isolement conduit au manque de stimulation cognitive, aggravant la maladie d’Alzheimer, mettant encore davantage à l’écart le patient.

La solitude : une conséquence des troubles auditifs

Confrontées à des situations difficiles à vivre à cause de leur audition mal, voire pas du tout, corrigée, de nombreuses personnes se terrent dans la solitude. Avec pour conséquence des signes de dépression et de démence qui favorisent le développement de la maladie d’Alzheimer. Les études le démontrent : maintenir une activité cérébrale au quotidien diminue les risques d’être atteint par cette maladie.

Une mauvaise audition ou des appareils auditifs inadaptés peuvent donc jouer un rôle majeur dans les symptômes et les méfaits : 27 % de risques de développer une démence ont été établis pour chaque tranche de 10 décibels de perte auditive. Ralentir les effets d’Alzheimer si ceux-ci ont déjà commencé, ou diminuer de façon très significative l’apparition de la maladie passe donc par un appareil auditif de qualité et par une bonne prévention. Pour soi et ses proches.

Appareil auditif et alzheimer : diminuer les risques avec l'appareillage

80 % des personnes âgées bénéficient d’un appareil auditif. Les autres vivent souvent mal leur incapacité à échanger avec leur entourage, à communiquer aisément et développent une certaine honte qui les pousse à se retirer du monde extérieur. Il importe d’avoir un bon suivi médical pour ces personnes afin d’établir des diagnostics précis de leur audition et ainsi les aider à maintenir une vie sociale diversifiée, riche.

Les patients déjà appareillés doivent, eux, faire vérifier très régulièrement leur aide auditive et l’adapter afin de conserver un rythme quotidien dynamique. Et lutter ainsi contre la maladie d’Alzheimer en stimulant leur cerveau. Médecins et professionnels de l’audition sont là pour épauler ces patients et les aider à repousser ce fléau qui a augmenté de 14 % entre 2007 et 2010, en France et qui touche principalement les femmes (75 % des personnes souffrant d’Alzheimer).

Sources et références

Pouchain, Denis & DUPUY, Carole & JULLIAN, Mireille & DUMAS, Simone & VOGEL, Marie-Françoise. (2007). Is presbycusis a risk factor for dementia? AcouDem study. Revue de Geriatrie. 32.

Marcel Bensoussan, Audioprothésiste et responsable audiologie
Marcel Ben Soussan
Audioprothésiste et responsable audiologie
Diplômé d'Etat en 2013, Marcel Ben Soussan est un audioprothésiste expérimenté chez VivaSon. En charge de la formation technique des audioprothésistes au sein de l'enseigne et dans les écoles d'audioprothèses, Marcel Ben Soussan est Responsable Audiologie chez VivaSon depuis 2015.

Déposer un commentaire

Les dernières actualités

Contactez-nous
Veuillez remplir vos coordonnées pour envoyer ce message.
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.