Image

L’origine psychologique des acouphènes et leurs conséquences

Les acouphènes sont des sifflements ou des bourdonnements d’oreille entendus par le patient qui en souffre. Il existe deux types d’acouphènes : les acouphènes objectifs et subjectifs, qui concernent pour le deuxième cas 95% des atteintes observées. Ils sont objectifs lorsqu’ils peuvent être entendus et mesurés, comme c’est le cas avec les acouphènes pulsatiles, tandis qu’ils sont subjectifs lorsque le patient est le seul à les entendre. Dans ce cas, l’acouphène n’est pas une hallucination auditive puisque le patient entend réellement des bruits parasites entêtants qui perturbent son équilibre émotionnel.

L’acouphène, un dérèglement nerveux

Les dérèglements nerveux sont l’une des causes principales de l’acouphène psychologique. Ces derniers sont le résultat d’une mauvaise interprétation, par le système auditif, d’un signal transmis par le système nerveux. Le cerveau identifie un signal normalement bénin comme une agression qu’il n’arrive plus à écarter et l’acouphène s’installe au sein de votre oreille. Il ne s'agit pas de sons mesurables de notre environnement, mais bien d’une problématique interne et subjective.  

Les causes de l’acouphène d’origine psychologique

Les acouphènes psychologiques peuvent tirer leur source des problèmes suivants :

  • le stress chronique, qui peut en être la source en plus d’en être un facteur aggravant ;
  • un traumatisme d’ordre psychologique ;
  • un choc émotionnel violent ;
  • un état mental instable ;
  • la dépression, qui peut causer les acouphènes psychologiques en plus de les aggraver.

Les facteurs de risques de développement des acouphènes subjectifs

La presbyacousie

Avec l'âge, une perte d'audition neurosensorielle s'installe du fait de la désensibilisation et de la destruction des cellules ciliées. Si des sifflements étaient déjà présents auparavant, ils sont davantage perceptibles lorsque la diminution de l’audition s'accentue.

La perte de sensibilité peut également pousser le cerveau à combler le vide en générant une activité nerveuse qui crée des sifflements dans l’oreille. Ce dérèglement du cortex auditif pourrait donc expliquer l'apparition ou l'aggravation des bruits parasites à mesure que la presbyacousie se développe.

Hypertension artérielle et troubles vasculaires comme facteurs d'apparition des acouphènes pulsatiles

L'hypertension artérielle et les problèmes de circulation sanguine peuvent être un facteur de risque dans le développement d'acouphènes pulsatiles artériels ou veineux. Il s'agit d'acouphènes dits objectifs, dont le traitement est souvent possible en identifiant leurs causes et en les corrigeant par de la rééducation et la prise de médicaments. L'examen clinique chez un ORL permet d'identifier l'origine d'un acouphène pulsatile et de proposer au patient un traitement adapté à son état.

Quels sont les symptômes de l'acouphène psychologique ?

Les signes d’un acouphène psychologique sont facilement reconnaissables :

  • vous entendez un sifflement ou un bourdonnement dans une ou vos deux oreilles ;
  • vous souffrez de problèmes de sommeil ;
  • vous êtes facilement irritable ;
  • vous souffrez d'une intolérance aux sons forts, voire de douleurs dans les cas d'hyperacousie sévère.

Les conséquences de l’acouphène psychologique

Les sifflements d’oreille peuvent placer les patients dans une réelle situation de handicap et affecter profondément leur vie, notamment durant les premiers mois qui suivent leur apparition. Fatigue, anxiété, manque de concentration, épuisement émotionnel et dépression peuvent s’installer durablement, entraînant la personne acouphénique dans un cercle vicieux de souffrances physiques et psychosomatiques. Les conséquences de ces acouphènes peuvent avoir un impact considérable sur la santé mentale et les émotions du patient dans le cadre d’une absence de prise en charge par un médecin.

Parce que les acouphènes psychologiques sont d’origine et d’intensité multiples, il en existe différents degrés. Les acouphènes peuvent être légers, modérés ou handicapants et le traitement de leurs symptômes doit donc s’adapter à leur degré d’intensité.

Une tendance à s'isoler du bruit et des interactions sociales

Les personnes acouphéniques ont tendance à éviter le bruit de peur de voir leurs symptômes s'intensifier, alors que le silence rend les acouphènes davantage perceptibles. Il convient de se protéger des expositions dangereuses pour l'audition, mais la surprotection n'est pas une solution et elle peut même accentuer les symptômes en limitant la capacité du patient à accepter ses acouphènes.

Troubles du sommeil et insomnies

Les troubles du sommeil sont particulièrement fréquents chez les personnes acouphéniques. Généralement, l'acouphène n'agit que sur la phase d’endormissement et, une fois endormis, les patients ne se réveillent que rarement. En revanche, le bruit des sifflements peut provoquer des insomnies à répétition qui peuvent mener à la dépression, la fatigue chronique, l’anxiété et à une diminution de la tolérance aux acouphènes.

Le stress accentue la perception de l'acouphène

Le degré de stress généré par les acouphènes varie selon les patients. Il s'observe davantage à l'apparition des symptômes, notamment pendant les premières semaines qui suivent le choc à l’origine de la maladie. Réaliser que les sifflements sont permanents provoque un choc émotionnel qui pousse l'individu à se focaliser sur ces derniers, ce qui peut le soumettre à une anxiété intense et à une grande détresse psychologique. Proposer une consultation ORL axée sur l’écoute et la bienveillance est donc essentiel pour accompagner le patient dans son processus d’acceptation.

Près d’un adulte sur 4 atteint d’acouphènes se dit affecté par sa condition. Plus la gravité de l’acouphène est importante, plus la qualité de vie est dégradée et l’anxiété renforcée.

Chez VivaSon, nous proposons aux patients acouphéniques, malentendants ou normo-entendants des solutions auditives avec masqueur d’acouphènes pour diminuer les atteintes psychologiques.

Est-ce que les acouphènes psychologiques peuvent disparaître ?

Dans la grande majorité des cas, les acouphènes sont permanents et irréversibles. À ce jour, la prise de médicaments est inefficace pour les faire disparaître. Néanmoins, il existe différentes thérapies qui peuvent être explorées pour soulager les patients :

  • aider le patient à accepter ses acouphènes en modifiant sa perception de la maladie auditive ;
  • apaiser, par la thérapie cognitive, les symptômes comme le stress, les insomnies et la dépression ;
  • diminuer l'intensité perçue des acouphènes en rééduquant le système auditif et le cerveau chez un médecin ORL et un audioprothésiste.
  • mettre en place une prise en charge pluridisciplinaire avec les médecines douces pour améliorer le confort des patients.

Dans cette optique, différentes pistes de traitements et thérapies peuvent être envisagées :

  • thérapie sonore via l'appareillage auditif (TRT) ;
  • sophrologie ;
  • hypnose ;
  • acupuncture.
  • TCC (Thérapie cognitivo-comportementale) ;
  • gestion du stress par la méditation ;
  • prise en charge par un psychologue ;

 

Marcel Bensoussan, Audioprothésiste et responsable audiologie
Marcel Ben Soussan
Audioprothésiste et responsable audiologie
Diplômé d'Etat en 2013, Marcel Ben Soussan est un audioprothésiste expérimenté chez VivaSon. En charge de la formation technique des audioprothésistes au sein de l'enseigne et dans les écoles d'audioprothèses, Marcel Ben Soussan est Responsable Audiologie chez VivaSon depuis 2015.

QUESTIONS FRÉQUENTES

Image
Questions fréquentes sur l'audition
Vivason répond à vos questions
Est-ce que la présence d'acouphènes est héréditaire ?
L’aspect héréditaire de la maladie reste extrêmement controversé, les causes de ce traumatisme n’étant pas déterminées avec précision. De nombreux chercheurs spécialisés dans la santé auditive étudient sans relâche la possibilité d’une transmission génétique causant les acouphènes.
En savoir +
L’hypnose pour traiter les acouphènes
L’hypnose fait partie des thérapies alternatives naturelles qui ont fait leurs preuves dans le domaine de la santé. Elle permet à la personne atteinte de se dissocier de la sensation auditive et de déshabituer son cerveau à ce bruit permanent handicapant au quotidien. Les résultats sont probants, l’hypnose ayant de bons effets sur le stress généré par le système nerveux, lui-même relié au système auditif.
En savoir +
Soulager ses acouphènes par la musique, est-ce possible ?
? Un environnement calme a tendance à amplifier les bourdonnements et sifflements liés aux acouphènes. Selon une récente étude menée par Neurology Now, écouter de la musique serait extrêmement bénéfique contre cette gêne et aiderait à mieux la supporter.
En savoir +
La tinnitométrie pour traiter les acouphènes ?
La tinnitométrie est une technique basée sur une écoute attentive du patient associée à différentes thérapies visées pour soulager les effets acouphéniques. Elle a été créée par Pierre Grignard, audioprothésiste de renom depuis 58 ans, spécialiste dans le traitement de ce trouble.
En savoir +

Les dernières actualités

Déposer un commentaire