Image

Qu’est-ce que l’hyperacousie, ses causes et ses conséquences ?

Contenu mis à jour le 09/04/2021

Au même titre que les acouphènes, l’hyperacousie est un trouble de l’audition qui impacte la qualité de vie des personnes touchées. Elle se manifeste par une hypersensibilité au sons qui peut être plus ou moins intense selon les patients.

Définition : l’hyperacousie, qu’est-ce que c’est ?

L’hyperacousie est un terme issu des travaux de Perlman en 1938. C'est une pathologie de l’audition qui résulte d’un dérèglement du schéma neuronal suite à un traumatisme de l’oreille interne. Ce trouble apparait généralement suite à un traumatisme sonore aigu lié au bruit. Il est généralement accompagné d’acouphènes.

L’hyperacousie se traduit cliniquement par un niveau de tolérance aux sons extrêmement bas. Les sons deviennent difficilement supportables, voir même douloureux dans les cas les plus sévères.

Comme les acouphènes, une personne hyperacousique peut connaitre différents niveaux d’intensité de la maladie. Pour certains, seul certains sons aigus et stridents comme le bruit des couverts ou le cri d’un enfant seront source de gêne, tandis que d’autres cas, plus sévères, sont intolérants à tous les sons qui les entourent.

Cette hypersensibilité au bruit peu concerner toutes les fréquences du spectre sonore comme certaines plages fréquentielles. Le système de tolérance de l’oreille est biaisé, le seuil de tolérance se rapprochant du seuil d’audition, pour des sons à l’intensité normalement tolérée.

Hypersensibilité au bruit ou hyperacousie, quelle différence ?

Les deux terminologies désignent bien la même chose. Soit une hypersensibilité au bruit, qui peut se traduire par un malaise voir une douleur dans les cas les plus sévères.

L'échelle de l'hyperacousie

La fatigue auditive

La fatigue auditive est la première strate de l'hyperacousie, sans en être vraiment. Elle se ressent généralement en fin de journée, suite à des activités en milieu bruyant. Elle se traduit par une sensation d'oreille cotonneuse. L'écoute est plus passive et il est plus compliqué de se focaliser. Elle peut également s'accompagner de bourdonnements d'oreilles. Si cette fatigue auditive est régulière, il se peut que le système auditif soit fragilisé et donc potentiellement sujet à des traumatismes sonores.

La sur sensibilité aux sons

Il s'agit la encore d'une étape précédent l'hyperacousie à proprement parler. La fatigue auditive est plus fréquente et accentuée. La personne est également sensibles aux bruits stridents et impulsionnels (claquage de porte, cri d'enfant...). Il s'agit d'un profil à risque qui peut être davantage sujet à des traumatismes acoustiques et au développement d'une hyperacousie.

L'hyperacousie

Suite à un ou des traumatismes auditifs, des séquelles au niveau de la cochlée sont installées. Il y a une atteinte effective des structures de l'oreille interne. On parle alors d'une sur-sensation auditive pathologique, à échelle variable selon l'étendue des lésions et de la fragilité cochléaire du patient. Les sons normalement supportables sont désormais source de gêne (froissement de papier, entre choquement d'objets, sonneries de téléphone...).

L'hyperacousie est installée mais il est encore possible d'avoir une qualité de vie plus ou moins normale, à condition de faire attention au bruit. A ce stade, des acouphènes accompagnent généralement cette gêne auditive, avec une intensité variable.

L'hyperacousie douloureuse

A ce stade, le seuil de tolérance aux son est encore plus bas. Les situations courantes deviennent insupportables (se déplacer, prendre les transports en commun, aller au restaurant...). Elles risquent même de devenir traumatisantes, accentuant la fragilité cochléaire et favorisant des épisodes traumatiques réguliers avec rechutes. L'individu peut ressentir des douleurs dès 60 dB.

L'hyperacousie douloureuse se manifeste par une inflammation chronique de l'oreille interne, une sensation quasi-permanente de congestion de l'oreille, une douleur vive à l'écoute de certains sons, des maux de tête de plus en plus présents... A ce stade, l'hyperacousie devient réellement handicapante.

L'hyperacousie sévère et douloureuse : une atteinte handicapante pour le patient

L'hyperacousie est systématique, quel que soit le niveau sonore ambiant, tout est contraignant, voire insupportable. Les symptômes décris précédemment sont exacerbés et les acouphènes sont encore davantage présent et intenses.

Les causes et types d’hyperacousie

L’hyperacousie est généralement causée par un traumatisme sonore, qu’il soit aigu (exposition ponctuelle ou soudaine) ou comportemental (expositions répétées dans le temps). D’autres causes peuvent être à l’origine du trouble comme de l’anxiété, des migraines, la conséquence d’acouphènes, une paralysie faciale…

Elle peut aussi être associée à une surdité soudaine ou une autre pathologie comme le syndrome de Ménière. Elle peut également apparaitre sans cause évidente avec le temps, progressivement.

On distingue plusieurs types d’hyperacousie :

  • hyperacousie de désafférentation : ce type d’hypersensibilité peut se développer à cause d’un manque de stimulation suite à une longue privation sensorielle
  • L’hyperacousie métabolique qui aurait pour cause le déficit d’un neurotransmetteur
  • L’hyperacousie cochléaire. Celle-ci se traduit souvent par des douleurs et des réactions émotives (malaise, irritation, pleurs)

Un des risques pour les personnes souffrant de ce trouble auditif est de développer une Phonophobie, augmentant le stress et les poussant à se protéger constamment du bruit, ce qui peut dans certains cas aggraver les symptômes.

Les conséquences de l'hyperacousie

L’impact de l’hyperacousie sur un patient est également très intense. Elle peut avoir différentes répercussions sur le patient en fonction de son degré d'intensité et de la psyché du patient :

  • Stress
  • Fatigue et troubles du sommeil
  • Seuil d'inconfort plus ou moins bas selon la gravité
  • Irritabilité
  • Repli sur soi
  • Surprotection auditive
  • Arrêt de certaines activités comme des loisirs, l'écoute ou la pratique musicale…

Plus la pathologie s’avère sévère, plus elle impacte la qualité de vie.

Traitement de l'hyperacousie : existe-t-il ’il des solutions pour soulager les symptômes ?

Comme pour les acouphènes, il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement permettant d’en guérir. La compréhension de cette pathologie reste encore très limitée aujourd’hui. Néanmoins des thérapies existent, permettant de soulager la gêne des patients :

Thérapie de désensibilisation graduelle

La désensibilisation par le bruit consiste à réhabituer le patient à entendre les sons qui sont douloureux pour lui. Cette thérapie nécessite du temps avec une exposition graduelle. Cette méthode permet de désensibiliser progressivement le patient et le soulager de ses symptômes hyperacousiques.

La surprotection auditive n’est pas une solution

Les personnes hyperacousiques peuvent développer une peur constante du bruit et un stress exacerbé. Le risque est de s’isoler des sons et de se protéger constamment du bruit, même dans des environnements calmes. Néanmoins, il faut éviter un maximum d’adopter ce comportement car il peut au contraire accentuer les symptômes. Certains spécialistes recommandent même de s’exposer au bruit le plus possible (dans les limites du raisonnable bien entendu !).

picto-idea.png

La surprotection n'est pas une solution !

La surprotection auditive peut entraîner une intensification des symptômes, bien que le port de protections soit indiqué dans les cas les plus sévères.

Appareils auditifs avec générateurs de bruits blanc

La solution de masquage des acouphènes par génération d’un bruit neutre peut également être indiqué dans certains cas pour soulager les patients hyperacousiques. Le réglage des appareils auditifs, notamment des réducteurs de bruit, peut également participer au soulagement du patient.

Comme pour les acouphènes, il est préférable d’avoir une approche pluridisciplinaire pour maximiser l’impacte d’un traitement. Vous pouvez demander conseil à un médecin ORL ou un service spécialisé pour vous accompagner et vous orienter vers le parcours de soins qui vous correspond le plus.

Des thérapies complémentaires peuvent également aider à améliorer la condition du patient : TCC, sophrologie...

Sources et Références

https://www.france-acouphenes.org/index.php/pathologies/hyperacousie/echelle-de-l-hyperacousie

https://www.doctissimo.fr/html/sante/audition/articles/15677-hyperacousie.htm

Marcel Bensoussan, Audioprothésiste et responsable audiologie
Marcel Ben Soussan
Audioprothésiste et responsable audiologie
Diplômé d'Etat en 2013, Marcel Ben Soussan est un audioprothésiste expérimenté chez VivaSon. En charge de la formation technique des audioprothésistes au sein de l'enseigne et dans les écoles d'audioprothèses, Marcel Ben Soussan est Responsable Audiologie chez VivaSon depuis 2015.

QUESTIONS FRÉQUENTES

Image
Questions fréquentes sur l'audition
Vivason répond à vos questions
Est-ce que la présence d'acouphènes est héréditaire ?
L’acouphène provoque une sensation désagréable de sifflements et de bourdonnements à travers les oreilles, et ce, sans présence de bruits extérieurs. Ces vibrations sonores sont perçues par environ 15% de la population dont 2,5% en souffrent intensément. Les causes de ce traumatisme ne sont pas déterminées. C’est pourquoi de nombreux chercheurs étudient sans relâche la possibilité d’une transmission génétique. Cependant, l’aspect héréditaire de la maladie reste extrêmement controversé.
En savoir +
L’hypnose pour traiter les acouphènes
Véritable calamité du 21e siècle, au centre des derniers JNA, les acouphènes touchent de plus en plus de personnes. Alors qu’on estime qu’1 personne sur 5 en est atteinte dans le monde, on évalue à près de 16 millions le nombre d’acouphéniques en France. Les hommes auraient une prévalence plus élevée. Les causes sont différentes et parfois multiples. Alors qu’il n’existe pour le moment pas de cure, plusieurs traitements sont efficaces pour soulager les acouphènes comme l’hypnose médicale.
En savoir +
Soulager ses acouphènes par la musique, est-ce possible ?
Cela peut paraître assez contradictoire d’écouter de la musique ou des bruits alors que l’on souffre de douleurs probablement causées par ceux-ci. Mais resté enfermé dans le silence n’est pas forcement la solution. Le calme a tendance à renforcer les bourdonnements et sifflements liés aux acouphènes. Selon l’étude réalisée ce mois-ci par NeurologyNow, écouter de la musique, serait extrêmement bénéfique contre cette gêne et permettrait de pouvoir mieux les supporter.
En savoir +
La tinnitométrie pour traiter les acouphènes ?
Quand on est atteint d’acouphènes, il n’est pas rare de s’entendre dire qu’il n’y a pas de solution, qu’il faut apprendre à vivre avec. Avec une double carrière d’opticien et d’audioprothésiste de plus de 44 ans, Pierre Grignard nous livre sa recette pour soigner les acouphènes.
En savoir +

Déposer un commentaire

Contactez-nous
Veuillez remplir vos coordonnées pour envoyer ce message.
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.