Sorties en discothèque : n’oubliez pas de protéger vos oreilles !

Crédit Photo : Fêtes comme chez vous

Peut-être aurez-vous vu le film de Michael Dowse It's All Gone Pete Tong (2004), retraçant l’histoire de Frankie Wilde, DJ surdoué et star d’Ibiza qui voit sa vie basculer lorsqu’il se retrouve atteint de surdité. Après une période d’abattement il se ressaisit, et son grand retour en tant que DJ sourd connait un immense succès. Si vous êtes vous-même DJ ou que vous envisagez de sortir en discothèque cet été, il est important de prendre des précautions pour ne pas subir le même sort que Frankie Wilde.

Des discothèques peu respectueuses des réglementations

En février, nous évoquions les troubles auditifs auxquels étaient exposés les musiciens. En effet dans un orchestre symphonique, le niveau sonore atteint généralement 105 décibels. Depuis 1998, un décret limite le niveau sonore des boites de nuit à 105 décibels. Cependant, l’agence régionale de santé d’Ile-de-France en association avec la préfecture de police de Paris et un observatoire du bruit, Bruitparif, créé par le conseil régional, avait publié en 2010 une étude alarmante sur le niveau sonore des boites de nuit franciliennes. En effet, sur l’ensemble des discothèques testées, très peu respectaient les réglementations. Le niveau sonore dépassait parfois les 110 décibels (équivalent au passage d’un train), exposant les clients à un risque fort, surtout s’ils ne portaient pas de bouchons d’oreilles. Les troubles auditifs peuvent être temporaires (acouphènes, sifflements…) ou définitifs. Une seule exposition peut suffire à détruire les cellules auditives.

Pensez aux protections auditives

Si vous comptez vous rendre en discothèque, il est important de protéger votre audition. Voici quelques conseils. Tout d’abord, limitez vos sorties en boite de nuit au maximum. Ne vous y rendez pas plus de 3 fois par semaine. Quand vous y êtes, ne restez pas près des enceintes, et si possible faites des pauses régulières dans des zones moins bruyantes. Le port de bouchons d’oreilles est également fortement conseillé. Malheureusement, seulement 8 % des jeunes de moins de 25 ans portent des bouchons dans les discothèques. Et seulement 13 % d’entre eux se sont vus proposer des bouchons par les professionnels de la nuit. Vous pouvez acheter des bouchons jetables à remplacer à chaque utilisation, ou des modèles plus haut de gamme réutilisables qui altèrent beaucoup moins le rendu sonore. Certains modèles de bouchons d’oreille sont livrés avec un fil à passer autour du coup qui vous permet de les laisser pendre (comme des écouteurs) pour les remettre ensuite rapidement. Pour ce qui est des écouteurs, ne les utilisez surtout pas comme protection auditive de substitution. En effet, essayer de couvrir un bruit toxique à l’aide d’écouteurs peut avoir un effet opposé.

Prudence est mère de sûreté, alors si vous faites la fête cet été, n’oubliez pas vos protections auditives. De nombreux fabricants d’audioprothèses proposent des protections auditives sur-mesure.

Publié le

22/03

ARTICLE SUGGÉRÉ

La méthode Hear pour mieux s’adapter au port de son appareil auditif

Après avoir sauté le pas de l’achat d’un appareil auditif, il est nécessaire de s’adapter à celui-ci. En effet, l’oreille réentend des sons et a besoin d’une rééducation. Celle-ci n’est pas toujours facile et peut prendre environ trois mois. Le professeur Lane a effectué une recherche à ce sujet et pense avoir trouvé la solution : la méthode HEAR.

Lire l'article
Certaines personnes sont capables de s’accommoder de leurs acouphènes plus aisément que d’autres. Notre cerveau tient une place centrale dans ce phénomène.

23/08

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’utilisation de notre cerveau affecte nos acouphènes

Le cerveau reçoit et interprète quantité de signaux qu’il délivre finalement à notre conscience. Cette gêne particulièrement handicapante que représente les acouphènes est elle aussi soumise au travail interprétatif du cerveau. Ainsi, au-delà des seules déficiences physiques, c’est aussi le fonctionnement cérébral qui est contributeur de la nature et de l’intensité des acouphènes dont souffre tant d’individus. Une étude récente nous en dit plus.

Lire l'article

06/01

ARTICLE SUGGÉRÉ

Appareils auditifs nos conseils et astuces, entendre n’aura jamais été aussi simple

Ne plus percevoir les sons du quotidien peut être une étape difficile à vivre. La déficience auditive peut être facteur de renfermement et d’exclusion sociale. Manquer certaines informations importantes au travail, ne pas entendre une voiture lorsque l’on traverse la route ou encore faire répéter à plusieurs reprises votre interlocuteur peut être très déstabilisant et handicapant. D’après une étude publiée par The Hearing Review, environ 50% des personnes souffrant de déficience auditive ne sont pas équipés d’appareillage amplificateur et la plupart d’entre elles attendent plusieurs années avant même de s’équiper. Ainsi se munir d’un appareil auditif demeure la meilleure alternative pour ne plus faire de cette déficience une gêne.

Lire l'article

17/05

ARTICLE SUGGÉRÉ

Est-ce que la présence d’acouphènes est héréditaire ?

La présence d’acouphènes au quotidien est fortement désagréable. Bien qu’il existe des solutions pour soulager la gêne, comme le port d’un appareil auditif, ce mal ne se soigne pas. Dans l’optique de trouver un traitement aux acouphènes, de nombreuses recherches sont en cours. L’idée étant de savoir si la pathologie est héréditaire, et, si c’est le cas, d’y remédier.

Lire l'article

23/02

ARTICLE SUGGÉRÉ

Ecoutez de la musique sans faire casquer votre ouïe

Les professionnels de l'audition n'insistent jamais assez sur les méfaits de l'écoute excessive de musique au casque. VivaSon vous donne quelques conseils afin de ne pas faire souffrir vos oreilles, sans pour autant arrêter d'apprécier la musique qui vous fait vibrer !

Lire l'article